Reports

AVATAR @ Le Trabendo (05/12/16)

C’est après un set au Download Festival France qui a pour beaucoup marqué cette première édition française que les Suédois d’Avatar viennent confirmer leur réputation de bêtes de scènes avec un Trabendo affichant complet.

On débute les festivités avec le punk aux nuances hardcore et aux influences hard rock de la première bande de Göteborg de la soirée, THE LAST BAND. La disposition des instruments rend rapidement la tache difficile au chanteur, qui telle une véritable boule d’énergie s’égosille dans un style vocal nous rappelant le punk anglais. Le genre musical des Suédois est un peu éloigné de ce que propose Avatar et malheureusement l’ambiance ne décolle pas, on sent le public impatient et lassé au bout de quelques morceaux. On espère que cette opportunité permettra au groupe de nous rendre à nouveau visite afin de les apprécier dans de meilleures conditions.

Les lumières s’éteignent, un mystérieux rideau se dresse au milieu de la scène mis en valeur par les lights, celui-ci tombe et laisse apparaitre Johannes Eckerström (chant) dans son apparat de clown tandis que “For The Swarm” résonne dans le Trabendo. En bon maître de cérémonie, ce dernier galvanise la foule de par ses mimiques et grimaces emblématiques, le cirque de AVATAR est bel est bien arrivé à Paris !

Les Suédois enchainent sur “House Of Eternal Hunt”, le pit s’anime et l’auditoire parisien ne se prive pas de faire part de son enthousiasme. La setlist est un véritablement enchainement de tubes, “Torn Apart”, le très théâtral “The Eagle Has Landed” et l’incontournable “Hail The Apocalypse”. On se plaît à suivre la formation sur du headbang qui n’en fini plus, impossible de résister aux sing along hyper efficaces. Chaque titre est une claque, autant par l’énergie des musiciens Jonas Jarlsby et Tim Öhrström (guitares), Henrik Sandelin (basse), John Alfredsson (batterie) que part le jeu de scène de Johannes, on a affaire à un grand groupe qui ne va cesser de prendre de l’importance dans la scène metal, on vous le garantie !

En parlant de notre clown, ce dernier nous livre une performance vocale sans accroc, il enchaîne scream, chant clair, et même growl sur “Black Waltz” avec une puissance incroyable et sans aucune fausse note. Ce personnage incarne l’âme d’Avatar et l’assemblée lui mange littéralement dans la main. Il prend soin d’introduire chaque morceau et déclare la France “Avatar’s country” et sur le coup, on est plutôt d’accord. Le chanteur s’éclipse quelques temps pour revenir vêtu d’un costume de Pierrot le clown afin d’interpréter “Fiddler’s Farewell”, son émotion et sa justesse nous filent les frissons plus d’une fois, un frontman de talent comme on en voit peu. Cependant, les musiciens ne sont pas pour autant oubliés, nous avons droit à un solo de John à la batterie et plusieurs fois Jonas et Tim viennent surplomber l’auditoire afin d’introduire certaines chansons ou jouer leurs solos dans leurs costumes de dompteurs de félins.

Le groupe nous régale avec “Smells Like A Freakshow” pour une énième session de headbang dont notre nuque se souviendra avant d’entamer “Night Never Ending”, un titre taillé pour la scène. Dans le pit, ça reprend joyeusement le refrain en choeur tout en se tenant bras dessus bras dessous, difficile de se décoller ce dernier de la tête. On fini la soirée avec “Tower”, dernier morceau de l’album “Hail The Apocalypse” (2014) venant conclure cette folle soirée sobrement. Le quintette revient au complet sur scène pour une ovation méritée qui durera plusieurs longues minutes.

C’est indéniable, Avatar excelle sur les grandes scènes des festivals, mais aussi en salles plus intimistes, et même si nous avons eu droit à dix-sept morceaux, on serait bien resté pour un ou deux en plus ! “Feathers & Flesh“, en plus d’être l’une des meilleures sorties de l’année, s’inscrit comme le disque de la consécration pour les Suédois qui viennent d’annoncer leur venue au Hellfest l’été prochain. On espère tout de même une date à Paris dans une salle un peu plus grande, car on avait parfois envie de pousser les murs. Incontestablement l’un des meilleurs concerts de l’année pour nous !

Setlist :

For The Swarm
House Of Eternal Hunt
Torn Apart
The Eagle Has Landed
Hail The Apocalypse
Bloody Angel
Black Waltz
Paint Me Red
Vultures Fly
Murderer
Fiddler’s Farewell
When The Snow Lies Red
Black Waters
Let It Burn
Smells Like A Freakshow
Night Never Ending
—-
Tower