ReportsSlideshow

AT THE GATES @ La Machine Du Moulin Rouge (16/12/19)

At The Gates, les vétérans suédois de death metal mélodique étaient à Paris pour une soirée riche en gros son. Accompagnés des Allemands de Deserted Fear et de leurs compatriotes Nifelheim, la soirée s’annonçait extravagante. RockUrLife revient sur les moments phares !

Une exécution carrée

La salle est assez vide, les grèves semblent avoir raison de la volonté d’une partie du public. Pour les plus courageux, la soirée débute avec la formation allemande DESERTED FEAR. Le groupe de death metal délivre une prestation très carrée. C’est bien fait, pas une note à côté, les chorégraphies ont été étudiées. Il manque juste un peu de relief pour véritablement séduire. L’audience apprécie l’engagement du trio, et pogote un peu.

Du cuir et du metal

Place au metal à clou avec NIFELHEIM ! La formation de black metal suédois fait une entrée fracassante et excentrique. Mené par les jumeaux Erik et Per Gustavsson aka Tyrant et Hellbutcher, les Suédois provoquent d’abord des réactions avec leurs tenues vestimentaires extravagantes. Du cuir, des clous, du bling bling à go go. C’est kitschissime !

Sur scène, entre deux gorgées de Trooper, le chanteur use son regard exorbité pour venir chercher l’auditoire. L’urgence de sa musique ressort par toutes les pores de sa peau et l’assemblée réagit vivement. Les poings se lèvent, la fosse s’agite, le spectacle est au rendez-vous. Le côté animal et très punk des Suédois ne laisse personne indifférent !

At The Gates, les rois suédois du death metal

AT THE GATES arrive sur scène avec un set qui démarre fort. L’enchaînement “Slaughter Of The Soul” et “At War With Reality”. L’assistance est ravie, la fosse s’agite de toute part. Toutes les conditions sont réunies pour se prendre une belle claque. Lindberg et sa casquette ont la bougeotte. Il arpente la scène, engage chaque personne du public et la sauce prend. Les quelques mots adressés aux spectateurs font mouche.

Le quintette quitte brièvement la scène sur l’interlude “El Altar Del Dios Desconocido” avant de revenir en trombe avec “Death And The Labyrinth” et “Daggers Of Black Haze”.

Après quarante minutes de jeu, la fosse est retournée et tout le monde jubile. Les intros plus posées à la guitare permettent à la salle de reprendre son souffle. Des pauses bienvenues, avant une fin de première partie de set à toute vitesse. Lindberg finit le poing levé sur “The Mirror Black” devant un public en sueur.

Quelques secondes plus tard, At The Gates est de nouveau sur scène pour conclure son show. Les Suédois ressortent quelques vieux morceaux comme “Blinded By Fear” et le public en redemande !

At The Gates démontre qu’il est encore au sommet de son art avec une prestation solide qui a mis tout le monde d’accord !

At the Gates Setlist La Machine du Moulin Rouge, Paris, France 2019, To Drink From The Night Itself

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !