ReportsSlideshow

AS I LAY DYING @ Bataclan (15/10/19)

Mardi 15 octobre, 18h. Une file d’attente dense file jusqu’au coin de la rue. Les coreux de tout Paris et d’ailleurs se sont donnés rendez-vous pour une soirée sous le signe de la douceur, avec quatre groupes de metalcore, dont les fameux As I Lay Dying. Les Californiens nous présentent leur nouvel album “Shaped By Fire” sorti quelques semaines plus tôt. Qu’on se le dise, les différents groupes n’étaient pas là pour trier des lentilles !

Des premières parties douces comme du coton

18h40. Les Texans de FIT FOR A KING arrivent sur scène prêt à tout casser. Ryan O’Leary (basse), excité comme une puce, saute partout, fait des grands écarts, tourne sur lui-même. Le batteur Jared Easterling s’arrache les jambes avec sa double pédale et ses roulements de fou furieux. Les guitaristes Daniel Gailey et Bobby Lynge sont totalement enragés et nous sort des riffs bien gras. Le chant clair du bassiste et les screams gras du leader Ryan Kirby sont absolument parfaits. Fit For A King nous offre une ambiance de feu et chauffe la salle comme il faut.

19h20. UNEARTH déboule sur scène bien remonté. D’office, les riffs monstrueux et la batterie branchée sur le mode boudin défoncent tout sur leur passage. Les murs et nos cages thoraciques tremblent fortement, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Sur scène, ça saute dans tous les sens et le public le rend bien : pogos, circles pit. Déjanté, énergique, Unearth, avec son metalcore surpuissant, retourne le Bataclan.

20h20. CHELSEA GRIN rejoint la scène, manifestement ravi d’être là. Tel un boys band des 90’s, Tom Barber (chant), Stephen Rutishauser (guitare) et David Flinn (basse) sont synchro dans leurs mouvement de headbang généreux. Leurs instrus à paillettes ravissent la foule présente à bord. Elle semble conquise par le groupe qu’elle connait bien. Ici aussi, tout tremble sous les coups de batterie. Le deathcore est simple, efficace et maîtrisé. Il n’en faut pas plus à l’auditoire pour être ravi et être prêt à tout détruire pour AILD.

Le brut à l’état pur 

21h20. L’immense drap blanc tombe d’un coup sec et dévoile l’installation scénique de AS I LAY DYING. Deux sculptures de chaque côté de la scène entourent une estrade. Sur celle-ci, la batterie surplombe l’assemblée. Pour une fois, le batteur est à la vue de tous. Jordan Mancino arrive souriant comme tout, toutes baguettes dehors. Le reste du groupe suit, sous les applaudissements phénoménaux du public.

En cette soirée, six titres du nouvel album sont joués. Le quintette ouvre bien évidemment sur le premier titre de “Shaped By Fire“, “Burn To Emerge” et enchaîne avec le second, “Blinded”. Un peu plus tard, c’est “My Own Grave” ou encore “Gatekeeper”. Pour le reste de la setlist, les fans sont servis avec entre autres, “Forsaken”, “An Ocean Between Us”, “A Greater Foundation”.

Une maîtrise conséquente

Cette setlist rassemble donc les plus gros morceaux du groupe, qui met en avant tout son savoir faire. Sur scène, les musiciens déploient une énergie folle. AILD arrache tout sur son passage. Phil Sgrosso et Nick Hipa (guitares) ne ménagent pas l’assemblée. Les riffs puissants, taillés dans le roc, agressent joliment les tympans.

Jordan Mancino, branché sur vitesse maximale, fait trembler tout le Bataclan de sa frappe puissante. Sa double pédale n’a qu’a bien se tenir. 
La voix rocailleuse de Tim Lambesis enveloppe l’auditoire en transe.

Certes, après un si long arrêt et les phases noires par lesquelles est passé la formation, le public a pu tout lâcher. Mais que nenni. La foule est surexcitée. Cette dernière reprend en chœur tous les morceaux, s’époumone même sur les nouveautés. Les circles pit sont indécents, les pogos d’une rare violence, mais toujours dans l’esprit bon enfant. Les slams sont innombrables.

Durant le concert, les musiciens seront en phase avec leur auditoire et essayent de remonter leur capital sympathie grâce à divers checks avec les personnes des premiers rangs, les slammeurs arrivant derrière la barrière de sécurité ou encore de nombreux sourires.

A la fin du set, c’est l’effervescence quand les membres décident de balancer dans l’assemblée leurs médiators ou autres baguettes : la folie furieuse, pire qu’un premier jour de soldes !

Entre circle pit, slams et pogos à gogos, cette folle soirée sous le signe de la rage ravie l’assemblée. Une montée en puissance dans les groupes pour finir par le show intense d’As I Lay Dying. Une soirée réussie !

As I Lay Dying Setlist Le Bataclan, Paris, France 2019, Shaped By Fire

Ecrire un commentaire