Reports

ALTER BRIDGE @ La Maroquinerie (12/11/10)

Après une absence des scènes françaises de plusieurs longues années, c’est le douze novembre de l’an de grâce 2010 qui marqua le retour des américains d’Alter Bridge sur nos terres. Un peu à l’encontre de leurs habitudes récentes, point d’immense salle et d’énorme show “à l’américaine” à l’ordre du jour, puisque c’est à La Maroquinerie qu’a eu lieu le concert, complet de fort longue date. Mais, une fois n’est pas coutume, remontons quelques heures avant le concert afin de saisir l’ambiance de cette journée…

Qui dit concert complet, dit fans nombreux. C’est donc en prévision de la “bataille” pour les places les plus proches de la scène que les plus patients ont réservé la tête de la file d’attente dès le début de l’après-midi. Les multiples apparitions des membres du groupe, plutôt souriants, semblaient alors annoncer une journée sans accroc. Loin d’entamer la bonne humeur ambiante, c’est un peu plus tard que nous parvint une première information, selon laquelle le semi-remorque transportant le matériel du groupe ne pouvait atteindre les portes de la salle. Si la nouvelle pouvait prêter à sourire, la mention d’une possible annulation du concert fut, elle, la source d’une longue inquiétude pour les fans. Ce n’est, en effet, qu’à plus de 18 heures que le matériel put être totalement livré grâce à des véhicules de location. Inévitablement, l’heure du concert venait d’être changée : il commencerait à 21 h, et se passerait de première partie.

Les membres d’Evenline, la formation française qui devait ouvrir le show, à la fois déçus et énervés, décidèrent -un peu contre la volonté de la salle- d’accompagner notre dernière heure d’attente d’un concert acoustique. Au milieu de la file d’attente, la prestation des jeunes français fut saluée par leurs fans, et leur attira quelques manifestations de sympathie, tandis que la majorité du public continuait indifféremment de s’impatienter d’une manière de plus en plus visible. Le soulagement fut réel quand, à l’approche de l’heure annoncée, l’accès à la salle fut enfin autorisé.

21h15. Tout le public est enfin entré. Les lumières s’éteignent, et Myles Kennedy fait son entrée. Les yeux clos, il entame ” Slip To The Void” devant un public qui n’attendait plus que ça. Les sourires couvrent tous les visages, et l’entrée quelques secondes plus tard de ses camarades ne fait que renforcer l’euphorie ambiante qui semble déjà s’installer. Introduction parfaitement négociée, Alter Bridge a conquis son public en cinq minutes, et en a encore beaucoup sous la pédale ! A mesure que le concert avance, les membres du groupe semblent rapidement prendre leurs aises. Mark Tremonti d’abord, qui déploie une énorme énergie dans son jeu, et le laisse paraître sur son visage, extrêmement expressif. Grimaces, serrages de dents, sourires – il est là pour faire le show, et il fait tout pour enflammer la petite salle ! Derrière ses fûts, Scott Phillips suit le mouvement, et se met rapidement à se déchainer à chaque occasion. C’est un peu moins le cas de Brian Marshall, qui, s’il attaque bel et bien ses cordes avec rage, garde une distance avec le public et n’interagit pas autant avec lui que ses collègues. De son côté, Myles semble gagner en confiance à chaque morceau. L’ensemble dégage très vite une grande énergie devant la réaction positive du public, et le son, au demeurant quasiment parfait sur le plan technique -et ce en dépit de balances très courtes- rencontre même une phase où il devient un peu “too much”, au moins pour les premiers rangs, qui ne sont qu’à quelques centimètres des amplis.

Une très grande partie du concert est un véritable tunnel. A défaut d’avoir une setlist pensée pour inclure des hauts et des bas, le groupe maintient totalement l’atmosphère issue à la fois de son énergie et de celle du public, qui réagit à toutes les injonctions du chanteur et accompagne ses refrains, et parfois un peu plus. “All Hope Is Gone”, qui s’y prête particulièrement, installera d’ailleurs définitivement cette participation du public. Les membres du groupe, qui semblent surpris par l’accueil plus qu’amical du public, n’hésitent pas à faire le show et s’amusent d’un rien, comme lors d’un démarrage semblerait-il loupé de Mark Tremonti. Cet effet tunnel se termine à la fin de “Blackbird”, lorsque Myles embraye sur son morceau solo “Watch Over You”. Largement accompagné de l’audience, et visiblement heureux de l’être, il instaure pour quelques instants une ambiance moins énergique et plus intimiste. Puis vient le temps d’un “Open Your Eyes” et Alter Bridge se retire… Mais hors de question de laisser un public aussi chaud sans rappel ! Et quoi de mieux qu’un petit “Isolation” enflammé pour remercier tout le monde et se faire (encore plus) plaisir ? Difficile de trouver mieux ! “Rise Today”, second morceau du rappel, ne parviendra d’ailleurs pas à déclencher la même folie… Mais qu’importe, les quatre musiciens ont joué dans une petite salle, et se sont montrés excellent dans cet exercice. Les fans sont sortis avec des étoiles dans les yeux, et c’est bien tout ce qui compte !




Setlist :

Slip To The Void
Buried Alive
Before Tomorrow
Coeur d’Alene
Brand New Start
White Knuckles
All Hope Is Gone
Metalingus
Ghost Of Days
Broken Wings
Ties That Bind
Coming Home
One Day Remains
I Know It Hurts
Come To Life
Blackbird
Watch Over You
Open Your Eyes
—-
Isolation
Rise Today

Crédit photos : Mathieu Ezan