THE AVALANCHES @ Le Trianon (04/07/17)

Par Gabrielle de Saint Leger le 10 juillet 2017
Rédaction : Gabrielle De Saint Leger / Crédit photos : Edouard Camus

Grand retour sur scène pour The Avalanches : non seulement le groupe australien montait pour la première fois de ses vingt années de carrière sur les planches d'une salle parisienne, mais surtout il comblait la frustration de ses fans après l'annulation de sa venue prévue lors de la dernière édition de La Route Du Rock. Une longue attente largement récompensée ce mardi.


Première parisienne également pour GAVIN TUREK, en charge de chauffer un public encore timide en début de soirée. La tâche n'a pas l'air difficile pour l'Américaine, qui a trouvé les ingrédients pour convaincre : une musique entraînante à base de disco, doublée d'une présence scénique atypique. Débordante d'une énergie incroyable, elle occupe tout l'espace en enchaînant des chorégraphies aussi fluides que rythmées. La danse est incontestablement le moyen d'expression dans lequel elle se sent le plus à l'aise, mais elle n'en oublie pas pour autant de chanter sans fausses notes par-dessus les bandes préenregistrées de ses morceaux, rendant sa performance cohérente et encore plus dynamique. Chanson après chanson, elle finit par transmettre sa bonne humeur à l'assemblée, désormais prête à poursuivre la soirée.

 

 

La longue attente entre la première partie et le set de THE AVALANCHES n'aura pas eu raison de la motivation du public. Même si celui-ci est cantonné en fosse, laissant les deux balcons du Trianon vides, l'ambiance monte vite très haut pour ne pas redescendre avant la fin. Il faut dire que commencer le concert par le doublé "Because I'm Me" / "Frankie Sinatra" et une reprise musclée des Clash est plutôt idéal. Dansant, chantant, les spectateurs font trembler le sol et répondent bien présents aux exhortations de Spank Rock et de Eliza Wolfgramm, tous deux au micro pour cette tournée, pendant que de chaque côté de la scène les deux seuls membres originels de The Avalanches, Tony Di Blasi et Robbie Chater manipulent respectivement claviers et guitares.

 

 

Bien que la scène soit décorée aux couleurs du dernier album sorti l'année précédente, "Since I Left You" (2000) n'est pas en reste. De la dopante "Flight Tonight" à "Frontier Psychiatrist", réellement monstrueuse dans le live, seuls les plus gros titres de leur mythique album aux milliers de samples sont représentés ce soir. Mais on ne va pas non plus bouder notre plaisir, d'autant plus que la performance ne connaît pas vraiment de temps morts. Comme sur disque, les morceaux défilent les uns à la suite des autres sans répit et maintiennent remarquablement éveillé.

 

 

Pour le rappel, la formation revient accompagnée d'un guest qui n'est autre que l'un des plus illustres collaborateurs de "Wildflower", le compositeur Jean-Michel Bernard. Recevant un accueil enthousiaste, "Jean-Mi" interprète avec un Di Blasi au thérémine la piste éponyme de l'album, avant de poursuivre avec "The Noisy Eater" dans une version encore plus épique et barrée qu'à l'origine. Pour les derniers instants du concert, le groupe a réservé le meilleur pour la fin en envoyant efficacement l'un de ses plus grands succès, "Since I Left You". Dix-sept ans après, la boucle est bouclée.

 

 

En une trop courte mais extrêmement dense heure de jeu best of, The Avalanches a fait preuve d'une énergie contaminatrice qui a ravi tout le monde. On peut espérer que les caméras qui filmaient la performance sous tous ses angles aboutiront à une vidéo partagée de cette soirée devant laquelle il aura été difficile de ne pas bouger au moins un orteil.


Setlist :


Because I'm Me
Frankie Sinatra
The Guns Of Brixton
Flight Tonight
Radio
Subways
Bump
Frontier Psychiatrist
Beeper
If I Was A Folkstar
----
Wildflower
The Noisy Eater
Since I Left You

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK