ROYAL BLOOD @ Zénith (09/11/17)

Par Clea Jouanneau le 12 novembre 2017
Rédaction : Cléa Jouanneau / Crédit photos : Manu Wino

Propulsé sous les projecteurs grâce à son incontournable premier effort, installé parmi les valeurs sûres du rock actuel avec son second album, Royal Blood est venu prouver au Zénith que, s'il souffre d'un manque de notoriété en France, il a désormais la carrure pour remplir ce genre de salle.


La scène rock de Brighton est à l'honneur ce soir : le quatuor BLACK HONEY, originaire de la station balnéaire du sud de l'Angleterre comme la tête d'affiche, ouvre les hostilités. Menée par la chanteuse/guitariste Izzy B. Phillips, la bande réchauffe doucement l'atmosphère avec son rock indé aux accents shoegaze. Tantôt pop sur le single "Hello Today" et son refrain entêtant, résolument plus grunge sur "All My Pride", le groupe se démarque par ses riffs de guitare rétro et la voix mordante de sa chanteuse. Deux caractéristiques prédominantes sur l'excellent "Spinning Wheel", débuté presque a cappella, puis électrisé par un riff à la générique de Pulp Fiction. Légèrement perdu sur une si grande scène, Black Honey suscite cependant l'intérêt pour la sortie de son premier album, prévu pour début 2018.

 

 

Après avoir franchi l'épreuve de la confirmation avec son deuxième album, ROYAL BLOOD voit les choses en grand. Peut-être un peu trop grand d'ailleurs puisque la salle est loin d'afficher complet. Un rideau noir cache la moitié supérieure des gradins, inoccupée. Mais qu'importe, c'est sur ce rideau qu'est projeté le visage d'un tigre à six yeux, symbole du duo sur cette tournée. À 21h, alors que les acclamations de la foule sont de plus en plus pressantes, les deux Anglais arrivent. Première surprise, l'éternel duo n'est plus seul. Le tandem de Brighton s'accompagne de deux choristes, prêtant leur voix sur les morceaux moins bruts de "How Did We Get So Dark?". C'est d'ailleurs ce dernier qui est mis à l'honneur pour commencer. Mike Kerr se fait inquisiteur sur les ardentes "How Did We Get So Dark?" et "Where Are You Now?", avant d'enchaîner sans autre forme de procès sur la toute aussi détonante "Lights Out". Royal Blood ne s'embête pas à acclimater son public en douceur et fonce à toute vitesse en envoyant d'emblée une succession effrénée de ses titres les plus musclés. Après un féroce "Come On Over", le groupe reprend son souffle sur "I Only Lie When I Love You", chanté en choeur par l'assemblée avec une ardeur remarquable. Et quand il ralentit avec les plus traînantes "She's Creeping" et "Look Like You Know", ce n'est que pour repartir de plus belle avec la cinglante "Little Monster". Couronné par un solo de batterie, le tube réveille enfin un auditoire plutôt timide jusque-là, en dehors des premiers rangs.

 

 

Mike Kerr joue des pieds et des mains pour inonder le Zénith de cascades de riffs de basse ravageurs, tandis que Ben Thatcher fait trembler les murs avec sa rythmique implacable. Très complémentaires, les deux acolytes remplissent chacun leur rôle : le chanteur/bassiste arpente la scène, multipliant poses et blagues avec l'audience, tandis que le batteur, impassible, fait de chaque mot et geste une occasion pour applaudir, de manière presque théâtrale. L'avantage d'avoir des albums assez expéditifs, c'est que le duo peut caser la quasi-totalité de sa discographie en 1h30 de concert. Ce dernier envoie des morceaux capricieux, se détachant de ses formules souvent concises sur album en s'essayant à des outros. Sur "Hole In Your Heart", il sort de sa mythique formation basse/batterie pour y ajouter un clavier.

 

 

Déjà bien chauffée par "Loose Hands", l'atmosphère se charge d'électricité dès les premiers grattements de cordes de "Figure It Out", teasé par un Mike Kerr grimpé sur l'estrade au fond de la scène. Les crowd-surfers se croisent, la soirée semble atteindre son point culminant. Après un rapide passage backstage, le groupe démontre qu'il compte terrasser le Zénith encore plus fort avec l'impitoyable "Ten Tonne Skeleton". Le public, finalement déchaîné, obéit au doigt et à l'oeil du chanteur qui le fait hurler avant d'envoyer le rentre dedans "Out Of The Black". Un retournement de public et un bain de foule un poil scabreux pour Ben Thatcher plus tard, Royal Blood quitte vainqueur la scène après une ultime outro incendiaire.

 

 

Si l'on pouvait douter de la capacité du duo à investir une salle de cette ampleur, le défi est relevé haut la main. Royal Blood a gagné en assurance depuis sa première tournée et possède désormais incontestablement les épaules pour porter son explosion de décibels et revendiquer le titre de formation incontournable de la scène rock actuelle.


Setlist :


How Did We Get So Dark?
Where Are You Now?
Lights Out
Come On Over
You Can Be So Cruel
I Only Lie When I Love You
She’s Creeping
Look Like You Know
Little Monster
Hook, Line & Sinker
Blood Hands
Don’t Tell
Sleep
Hole In Your Heart
Loose Change
Figure It Out
----
Ten Tonne Skeleton
Out Of The Black

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK