RISE AGAINST @ Bataclan (11/11/17)

Par Chloé Bougraud le 14 novembre 2017
Rédaction : Chloé Bougraud / Crédit photos : Edouard Camus

Presque trois ans jour pour jour après son dernier passage dans la capitale, Rise Against était de retour au Bataclan vendredi soir pour nous présenter son tout dernier album, "Wolves", sorti en juin de cette année. Comme si son talent ne suffisait pas, la tête d'affiche partageait la scène de la mythique salle du XIème arrondissement avec Pears et Sleeping With Sirens, qui l'accompagnent pour sa tournée : autant dire que le triptyque promettait d'être bien lourd.  


Ce sont les mecs de PEARS qui sont chargés d'introduire le show sold out de ce soir. Le groupe de punk hardcore enragé vient nous présenter le tout nouveau né "Human Mouvement" qui s'inscrit comme le troisième essai de la formation débarquée de la Nouvelle-Orléans. Le job est fait sans encombre et les chanceux présents sont en transe dès le premier set.

 

 

19h45, SLEEPING WITH SIRENS prend la relève. C'est d'un enthousiasme décadent que l'épaisse foule accueille la formation américaine post hardcore. Si les mecs de SWS viennent tout juste de sortir leur cinquième album "Gossip" en septembre dernier, ils ne semblent pas vouloir le mettre à l'honneur. En effet, sur les dix titres interprétés par le quintette, seulement trois d'entre eux proviennent de celui-ci : "Empire To Ashes", "Legends" et "Gossip". Le public n'est pour autant pas en reste et ne cesse de sauter et de gueuler au son d'un "Do It Now, Remember It Later" ou d'autre "If You Can't Hang" qui mettent l'ensemble de la salle d'accord : les gars en ont sous le capot. Fowler et Martin aux guitares et Hills à la basse bondissent en même temps à chaque rugissement de Kellin Quinn Bostwick qui se plaît à faire des aller-retours d'un côté à l'autre de la scène. La chorégraphie est parfaitement montée. Réelle réussite pour Sleeping With Sirens qui repart près d'une heure après le début de son set en ayant charmé l'intégralité de la foule.

 

 

Si la pièce était déjà bien remplie pour les deux premières performances, son état ne fait qu'empirer jusqu'à l'arrivée tant attendue de RISE AGAINST, peu après 21h. C'est d'un point brandi que les fans tentent de saluer le groupe punk hardcore mélodique dès ses premiers pas sur scène en hurlant à tous va son nom pour le faire apparaître plus tôt. "Chamber The Cartridge" ("The Sufferer And The Witness", 2006) ouvre la danse sans perdre une minute. Que ce soit sur un bon vieux "Re-Education (Through Labor)" ("Appeal To Reason", 2008) ou un tout nouveau "The Violence" ("Wolves", 2017), l'entrain de l'audience reste le même. Les guitares sont cinglantes, les riffs lourds et l'ambiance électrique à souhait. Bien plus que de simples spectateurs, l'assemblée semble ne faire qu'un avec Tim McIlrath qui n'hésite pas à lui laisser le micro à plusieurs reprises.

 

 

C'est après "Prayer Of The Refugee" (2006) que la formation quitte la scène pour laisser McIlrath seul avec sa guitare sèche. Le chanteur se lance dans un set acoustique de six chansons, rejoint au bout de la troisième par le reste de l'équipage. Intimité et sincérité se sont faites maîtresses d'un "People Live Here" (2014) ou d’un "Hero Of War" (2008). À quelques jours du triste second anniversaire de la tragédie du Bataclan, c'était un peu un passage obligé pour Rise Against de se laisser gagner par l'émotion alors que le frontman déclame une ode au courage et au rock, juste avant l'interprétation de "Survive" (2006). C'en est fini, les quatre musiciens font place nette durant quelques minutes, qui semblent se faire heures pour la fosse. Quel retour sur "Wolves" (2017) ! Le tout nouveau single fait repartir la foule de plus belle. C'est après le dernier "Savior" (2008) et aux alentours de 22h que les Américains quitteront une bonne fois pour toute les planches du Bataclan, sous les applaudissements et les cris des fans qui sont bien contents de s'être déplacés.

 

 

 

La meute de Rise Against était de sortie pour la tournée de "Wolves" et la soirée n'aurait pu mieux se dérouler. Succès total de Pears à Rise Against, en passant par Sleeping With Sirens. Un régal.


Setlist :


Chamber The Cartridge
Give It All
The Violence
Re-Education (Through Labor)
Dancing For Rain
The Good Left Undone
Collapse (Post-Amerika)
House On Fire
Prayer Of The Refugee
----
Swing Life Away
People Live Here
Hero Of War
Help Is On The Way
Bricks
Survive
----
Wolves
Savior

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK