PARKWAY DRIVE @ Bataclan (13/04/17)

Par Kilien Messai le 15 avril 2017
Rédaction : Kilien Messai / Crédit photos : Edouard Camus

Un peu plus d'un an après leur dernier passage à Paris, les Australiens de Parkway Drive sont de retour dans la capitale dans la salle tristement célèbre du Bataclan. La soirée promet d'être grandiose, car c'est accompagné de Stick To Your Guns et Asking Alexandria que cette affiche metalcore se passe dans une salle proche d'afficher complet.


19h, les festivités débutent avec les Californiens de STICK TO YOUR GUNS qui ont la lourde tâche d'ouvrir la soirée et de réveiller le public. La tâche n'aura pas été très compliquée pour la formation qui, d'entrée de jeu, fait bouger le Bataclan. L'assemblée est réceptive aux différentes demandes du groupe, les premiers slams font leur apparition et les circles pits se forment ! Cependant, la formation semble fatiguée, les musiciens ne bougent pas beaucoup, sans doute la fatigue dûe à la tournée. Mais, cela n'empêche pas les Américains de maîtriser leur set. Que ce soit la batterie, les guitares ou la basse, le son est puissant et sans fausse note, mais c'est bien la prestation du chanteur Jesse Barnett qui reste la plus appréciable. La voix du frontman slalome parfaitement entre chants criés et voix claire et donne un gros coup de boost à la salle, qui le lui rend bien. La performance de STYG touche à sa fin, place à l'entracte !

 

 

Ce dernier, festif, à base de Taylor Swift, Lady Gaga, Nikki Minaj ou encore Eminem, doit maintenant s'arrêter. Les lumières s'éteignent et ASKING ALEXANDRIA fait son entrée sur scène. Suite au départ de Denis Stoff, c'est le chanteur originel Danny Worsnop, de retour, qui assure la tournée. Il n'est donc pas question de jouer la moindre musique de "The Black", dernier album enregistré avec l'ex-vocaliste. La setlist est donc à l'image de l'ère Worsnop, les différents classiques seront joués devant un auditoire toujours aussi réceptif. Mais c'est lorsque les premières notes de "Not The American Average" se font entendre que le public chantera le plus fort. Côté voix, Worsnop, pendant tout le concert, veut montrer qu'il maitrise la sienne, et le fait à l'aide de passage a cappella, ou remplaçant des passages screamés par des voix claires, particulièrement remarquées sur "Moving On" et une partie complète en acoustique. Seul bémol : le guitariste Ben Bruce, qui, lors de son unique solo vocal, tombe très vite dans les fausses notes. Dommage, car tout le reste du show est maitrisé, dans une ambiance qui devient de plus en plus électrique. La fin est un peu brutale, dès la dernière note, Danny Worsnop quitte la scène sans le moindre mot.

 

 

Et il semble que les entractes de cet évènement sont de plus en plus mémorables. Pour celui-ci, il n'est pas question de Taylor Swift, mais d'une véritable pluie de gobelets, littéralement. La fosse du Bataclan s'échange ses pintes de bière pendant prêt d'un quart d'heure avant que les vigiles n'essayent d'intervenir, mais c'est l'extinction des lumières qui calme le jeu.


Il est maintenant l'heure pour PARKWAY DRIVE de fouler la scène du Bataclan. Le quintette connaît la recette pour faire bouger les foules. Dès les premières notes de guitare, l'audience se met à chanter le riff de "Wild Eyes" et à sauter et ce n'est certainement pas le deuxième morceau qui calmera la foule. En enchainant sur "Carrion", les Australiens mettent définitivement la salle en ébullition. Des deux formations précédantes, Parkway est bien celui qui transmet le plus d'énergie. Communiquant à de nombreuses reprises avec l'assemblée, l'incitant à rejoindre la scène ou à former des circles pits et autres wall of death, le chanteur prononcera aussi quelques mots sur les tragiques évènements qui se sont produits au Bataclan en novembre 2015. Dans cet élan patriotique, la salle entame alors une "Marseillaise" qui résonne sans doute bien plus fort que le show en lui-même entre ces murs. Passé le moment émotion, le groupe se fait plaisir sur scène et est content d'être là, les membres nous font même l'honneur d'interpréter une reprise des légendaires Rage Against The Machine avec "Bulls On Parade". Et c'est après un solo de batterie que la formation se retire de la scène avant de refouler les planches pour un rappel de deux titres, pour finalement faire ses adieux aux Parisiens en extase dans une salle dont la température a triplé. A tel point que la buée plane dans l'enceinte du Bataclan.

 

 

Un show proche de la perfection, trois groupes qui méritent chacun d'être la tête d'affiche de la soirée, les Californiens de Stick To Your Guns, les Anglais d'Asking Alexandria ou les Australiens de Parkway Drive, ont fait assez de bruit ce soir pour être entendus à l'autre bout de la ville. Un bruit très appréciable dans une ambiance qui restera assurément l'une des meilleures depuis le début de l'année. Le Bataclan a prouvé qu'il était bien vivant ce soir !


Setlist :


Wild Eyes
Carrion
Dedicated
Vice Grip
Karma
Sleepwalker
Dark Days
Destroyer
Beneyards
Writings On The Wall
Idols And Anchors
Bulls On Parade
Swing
----
Crushed
Bottom Feeder

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK