ONE OK ROCK @ Zénith (22/12/17)

Par Emilie Bardalou le 25 décembre 2017
Rédaction : Emilie Bardalou / Crédit photos : Chung Hee Jee

Vendredi soir, le phénomène japonais One Ok Rock a fait halte au Zénith De Paris pour clôturer en beauté sa tournée européenne. Retour sur l'évènement de fin d'année qu'il ne fallait pas manquer !


La soirée s'annonce effervescente lorsque sur les coups de 20h CROWN THE EMPIRE fait son entrée sur scène. La salle est déjà bien remplie et on a rarement vu une telle ambiance pour une première partie. Andy Leo et sa bande sont déterminés à donner toute leur énergie pour la dernière date de cette tournée. Le public se montre donc très réceptif et s'agite dans tous les sens. On dirait même que certains sont venus spécialement pour le metalcore de Crown The Empire tant l'engouement est grand. L'assemblée toute entière a les poings levés à la fin du set, voilà la preuve irréfutable que le groupe a réussi à embraser le Zénith.


Les fans de ONE OK ROCK sont venus nombreux ce soir. Ils sont résolument jeunes pour la plupart. À 21h, alors que les lumières viennent tout juste de s'éteindre, la salle est hystérique. Les premières notes de "Bombs Away" font immédiatement prendre conscience de l'ampleur du phénomène. Le public connaît toutes les paroles et a déjà les mains en l'air. Durant 1h30, personne ne semble pouvoir contenir sa fougue.

 

 

Venus pour présenter leur dernier album "Ambitions", les rockeurs enchaînent avec les hymnes "Taking Off", "Bedroom Warfare" et "Bon Voyage" qui en sont extraits. Taka, le chanteur et leader idolâtré de la formation, est aussi efficace dans les tons doux que dans les notes plus aigües. Visiblement, les quatre musiciens ont développé une véritable aisance scénique au fil des tournées. Taka, Ryota à la basse et Toru à la guitare se déplacent de manière quasi synchronisée et cherchent à créer le contact avec l'audience en permanence.

 

 

One Ok Rock est effectivement en symbiose avec son auditoire. Sur "I Was King", même les gradins se lèvent et de nombreux fans brandissent des couronnes lumineuses. Ce beau moment est fait pour durer. La foule décide alors d'illuminer le Zénith avec ses téléphones pendant "Hard To Love", interprétée en acoustique. Les mains levées dans la salle viennent ensuite former des cœurs lorsque les derniers accords de "Take What You Want" retentissent. Le besoin d'éliminer toutes les barrières existantes se fait ressentir. Tout juste après avoir introduit "We Are" et annoncé un nouvel album, Taka décide de s'offrir un bain de foule dans les gradins pour le plus grand bonheur de l'assemblée.

 

 

Le rappel a comme un goût de fête. One Ok Rock remonte sur scène en arborant fièrement le drapeau français avant de jouer "American Girls". Les Japonais sont rejoints par les Texans de Crown The Empire pour un ultime au revoir. Les deux groupes stars de la soirée n'ont pas envie de partir et préfèrent récolter les ovations du public. Pourtant, il faut déjà se quitter.

 

 

One Ok Rock a montré qu'il avait le potentiel de conquérir le monde entier. Un son pop rock aux mélodies japonisantes, une belle maîtrise de la scène et une capacité hors du commun à exalter ses fans : tous les éléments sont réunis pour adhérer au mouvement rock japonais !


Setlist :


Bombs Away
Taking Off
Clock Strikes
Bedroom Warfare
Bon Voyage
I Was King
Hard To Love
Take What You Want
Jam Session
The Beginning
Jaded
Mighty Long Fall
We Are
----
American Girls

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK