HIGHLY SUSPECT @ Le Trabendo (10/02/18)

Par Cléa Jouanneau le 13 février 2018
Rédaction : Cléa Jouanneau / Crédit photos : Emilie Bardalou

Presque un an pile après leur premier concert parisien aux Étoiles, les Américains de Highly Suspect sont revenus secouer la capitale dans un Trabendo plein à craquer.


Si Highly Suspect reste pour l'instant un secret relativement bien gardé en France, la notoriété du groupe semble peu à peu s'étendre. Si bien que quand WELLES grimpe sur scène, c'est face à une salle déjà quasiment remplie. Menée par le frontman Jeh Sea Wells, la chevelue bande envoie sobrement un rock empreint de grunge. La rugosité des guitares n'a d'égale que celle de la voix du chanteur sur les musclées "Hold Me Like I'm Leaving" et "Codeine", tandis que des riffs psychédéliques s'invitent sur la très bonne "Seventeen" et ses airs de ballade. Sans aller jusqu'à déclencher de furieux pogos, Welles semble convaincre la majorité de l'assemblée.

 

 

Hors de question de laisser retomber la salle dans le silence, DJ REDBEES prend immédiatement le relais. Loin des riffs saturés, ce sont des beats hip hop qui font trembler le Trabendo pendant trente minutes. Un morceau de Kendrick Lamar plus tard, le DJ balance "F.W.Y.T.", morceau instrumental de la tête d'affiche du soir avant d'annoncer le groupe de manière théâtrale.


Sous les acclamations du public, Johnny Stevens et les frères Rich et Ryan Meyer montent sur scène sur fond de hip hop tonitruant. À peine leurs instruments en main, retour au rock lourd avec le riff d'ouverture sinistre de "Bath Salts". Sans prendre de gants ou faire de manières, HIGHLY SUSPECT rentre dans le vif du sujet en couplant les survoltés "Lost" et "Bloodfeather", extraits de leur premier album "Mister Asylum". L'audience n'attendait que ce signal de départ pour s'agiter. Seule ombre au tableau, des larsens stridents sur les trois morceaux, heureusement vite estompés. Blâmant son éducation minable, le chanteur Johnny Stevens s'excuse de ne pas pouvoir parler français (car "aux États-Unis, tout part dans le budget militaire. Fuck Trump !"), avant d'enchainer sur la venimeuse tirade anti-racisme et anti-homophobie "Viper Strike".

 

 

Entre l'ardent "Fuck Me Up", le tube "Lydia" et l'effréné "Claudeland", tous trois déclencheurs immédiats de pogos, la bande calme le jeu en s'aventurant sur un terrain plus blues. La voix rauque et grondante de Johnny Stevens laisse place à celle beaucoup plus douce du bassiste Rich Meyer sur "Round And Round", pendant que le chanteur triture les cordes de sa guitare dans tous les sens. Si la formation est excellente quand elle file à toute allure sur ses morceaux rageurs, elle n'est qu’encore meilleure quand elle ralentit pour partir dans de jams blues impromptus. Sur le mi-morceau/mi-jam "ATL", Highly Suspect réunit tout ce qu'il fait de mieux en mélangeant une progression blues, des riffs hargneux, une section rythmique explosive et une voix rocailleuse. À mi-morceau, le batteur Ryan Meyer s'offre un long solo surpuissant, parfois accompagné de son ingénieur son/musicien additionnel Matt Kofos. Les membres donnent l'impression de se faire franchement plaisir à jouer ensemble et à mettre tout le monde en avant.

 

 

Pull, bonnet, T-shirt, casquette, c'est toute une garde-robe griffée du slogan du groupe (MCID, pour "My Crew Is Dope") que porte le frontman. Un slogan qui résume plutôt bien l'atmosphère chaleureuse et conviviale du concert, lors duquel le leader, entre plusieurs blagues, suspend un morceau pour s'assurer que personne ne se fasse mal et où les membres de leur équipe déambulent sur scène, tantôt pour asperger l'auditoire de bières, tantôt pour attraper un instrument et jammer avec eux. Après avoir favorisé les morceaux plus anciens, Highly Suspect semble finalement se souvenir de son second album, "The Boy Who Died Wolf", lors du rappel. Revenant en douceur avec la ballade grunge "Little One", le trio fait chanter tout le monde sur la nommée aux Grammy "My Name Is Human". Clamant son amour pour le hip hop, Johnny Stevens cale même un court rap à la fin. Quant aux frères Meyer, ils déposent les armes et vont slamer sur l'expéditif "Look Alive Stay Alive", pendant que deux membres de leur crew jouent à leur place. Avec un dernier retour au blues avec "Wolf" et "Serotonia", tout en distorsion et en montée en puissance, Highly Suspect vient finalement clôturer en beauté deux heures d'un set survolté.

 

 

On s'en doutait suite à son premier concert français, mais avec son retour dans la capitale Highly Suspect confirme qu'il est l'un des groupes les plus excitants de la scène rock actuelle. À suivre, de très très près.


Setlist :


Bath Salts
Lost
Bloodfeather
Viper Strike
Fuck Me Up
Round & Round
Lydia
Claudeland
ATL / Drum Solo / ATL
----
Little One
My Name is Human
Wolf
Look Alive, Stay Alive
Serotonia

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK