EUROPE @ Le Trianon (27/09/18)

Par Marine Yoro le 01 octobre 2018
Rédaction : Marine Yoro / Crédit photos : Emilie Bardalou

En ce doux jeudi automnal, la splendide salle du Trianon recevait Europe, deux ans après leur dernière venue dans la capitale, pour le "Walk The Earth Tour". C'est accompagné des Ecossais de King King que le groupe de hard FM nous propose un show à la fois rempli de nostalgie mais pourtant si moderne. Un, deux, trois... Le décompte final a commencé, The War Of Kings peut démarrer.


C'est au groupe de blues rock KING KING de lancer les hostilités à 19h30 pétante. Entrée sur scène plutôt classique avec un "Highway To Hell" qui réussit toujours son coup de mettre le public en joie. King King est un quatuor écossais mélangeant habilement le blues et le rock. Fier de ses origines, Alan Nimmo (chant) aborde fièrement un kilt tartan, et au cas où on ne ferait pas le lien, le chanteur nous rappelle entre deux chansons d'où viennent les musiciens. Au moins, c'est clair pour tout le monde. Dès la première chanson proposée, l'audience semble conquise. Au beau milieu du pit, on peut observer la fosse sauter et taper des mains. On peut dire que le pari est réussi. Le son du Trianon donne justice à la musique de King King et nous aide à apprécier ce moment en attendant Europe.

 

 

Le moment tant attendu est arrivé lorsque EUROPE s'empare finalement de la scène. Les Suédois démarrent donc avec "Walk The Earth" extrait de l'album du même nom. Dès les premières notes, on peut tout de suite constater que Joey Tempest et ses compagnons sont plus en forme que jamais. La voix du charismatique leader ne cesse de nous épater et ce pendant tout le show, bien que la fatigue de la tournée se fait entendre à travers certaines notes. L'auditoire, quant à lui, est toujours aussi réceptif au hard FM d'Europe. Ça chante, ça danse, ça sourit bêtement, bref, on apprécie le moment et on est content d'être là. Et pour notre plus grand plaisir, Joey Tempest nous régale en essayant de parler la langue de Molière avec nous. Il nous qualifie même de "putain de public".

 

 

Contrairement à la dernière venue à Paris où "War Of Kings" et "The Final Countdown" étaient largement mis à l'honneur et joué dans leur intégralité, cette fois on a droit à un cocktail d'à peu près tous les albums d'Europe, bien qu'on aura quand même droit à quatre chansons du nouvel opus, sorti en 2017.

 

 

Entre les morceaux qui s'enchaînent et les micro speech de Tempest, les autres membres du quintette ont également leur heure, ou plutôt minute, de gloire. Nos yeux (merci à l'ingénieur lumière de nous avoir fait perdre, à peu près 10% de notre vision, mais on te pardonne) mais surtout nos oreilles se souviennent encore du super solo de batterie de Ian Haugland reprenant le classique "William Tell Ouverture". En parlant d'étonnante reprise, parlons du mashup de "Superstitious" et... "No Woman, No Cry" pendant le pont. Lumière vertes, jaunes, rouges, c'est à peine si on ne sentait pas les délicieuses odeurs de la Jamaïque, en plein cœur du XVIIIème arrondissement de Paris.

 

 

Après le classique rappel, sans surprise, la bande de Joey Tempest revient avec les légendaires "Cherokee" et "The Final Countdown". La recette magique d'un concert d'Europe réussi. "The Final Countdown" a beau avoir trente ans, elle reste toujours aussi attendue par les fans, et les moins fans. C'est dans un noir complet, que les mythique premières notes de synthé démarrent avant d'être accompagnées par l'assemblée et ce jusqu'à la fin du show.


Setlist :


Walk The Earth
The Siege
Rock The Night
Hole In My Pocket
Last Look at Eden
Pictures
Firebox
Ready Or Not
Turn To Dust
Sign Of The Times
Vasastan
GTO
Carrie
Nothin' To Ya
Scream Of Anger
War Of Kings
Superstitious
----
Cherokee
The Final Countdown

Les photos du concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK