ARCADE FIRE @ AccorHotels Arena (28/04/18)

Par Cléa Jouanneau le 03 mai 2018
Rédaction : Cléa Jouanneau

Ironiquement, en sortant son album le plus clivant, Arcade Fire s'est retrouvé propulsé au rang de plus gros groupe de rock indé actuel. Alors pour présenter "Everything Now" (2017) sur scène, la bande s'est offert la salle allant avec son nouveau statut : l'AccorHotels Arena. Dans la plus soigneusement orchestrée des pagailles, les Canadiens se sont imposés par K.O. pour la dernière date de leur tournée.


La dernière fois qu'Arcade Fire a mis les pieds à Paris, le mot d'ordre était costumes. Ce soir, pas d'incitation à venir déguisé, mais une mise en scène du concept derrière le cinquième album et sa critique de la société de consommation. Des logos de la société fictive "Everything Now Corp." et des spots publicitaires incitant à acheter ses produits défilent sur les écrans alors que l'arène se remplit. Nichée au coeur du public, la scène ressemble à un ring de boxe avec sa forme carrée et ses contours délimités par trois cordes. Fidèles à la mise en scène, c'est tels des boxeurs que Win Butler, Régine Chassagne et leurs acolytes font leur entrée sur le tube disco "A Fifth Of Beethoven". Annoncé par une grosse voix vantant ironiquement ses victoires (notamment des Grammys, Juno et Nickelodeon Kid's Choice Awards et une "défaite choquante aux Oscars"), Arcade Fire grimpe sur le ring en fendant la foule. Un "tout, maintenant", crié par Régine Chassagne et c'est parti pour plus de deux heures de déluge de sons, de lumières, de gouttes de sueur et de cohésion.


"Everything Now" instaure immédiatement une atmosphère festive et la mythique "Rebellion (Lies)" met déjà l'arène debout. Malgré les années et le statut du groupe, Arcade Fire n'a rien perdu de son urgence et de sa cohésion. Le couple Win Butler/Régine Chassagne se répond au chant alors que le toujours déchainé Will Butler et Richard Parry, aussi rayonnant que sa tenue jaune vif, sautent dans tous les sens, habités. Comme si la scène n'était pas assez remplie par les six membres et leurs quatre musiciens, trois danseuses viennent se déhancher sur "Here Comes The Night Time" alors que Win Butler crie "chantons pour les immigrants ce soir". Après s'être joint aux danseuses aux robes colorées sur "Haïti", Régine empoigne son accordéon pour "No Cars Go". Guitares, percussions, claviers, la dextérité avec laquelle les membres de la formation jonglent entre les instruments a toujours été la patte des Canadiens. Mais en configuration 360°, elle prend encore plus d'intérêt. Une tournante constante des musiciens, couplée à un charisme général, un plateau central rotatif et des écrans géants efficaces permettent à tout le monde de ne rien rater de l'action. Éclairages bleus pétants sur "Electric Blue", billets sur les écrans géants pendant "Put Your Money On Me", logos "Everything Now" placardés partout, la scénographie est bien pensée. Pas des plus subtiles, mais efficace. Seul bémol, la qualité du son, pas toujours au niveau de la performance.


Des milliers de lumières de téléphones éclairent le doux "Neon Bible", puis la structure scénique se retrouve enfermée par des barreaux de lumière blanche pour merveilleusement mettre en images la sublime "My Body Is A Cage". "Neighborhood #1 (Tunnels)" est tout aussi sublime, notamment grâce à l'excellente violoniste Sarah Neufeld. Balayant l'ensemble de sa discographie, la bande fait un tour en banlieue et dédie "The Suburbs" à France Gall, sort les guitares sur "Ready To Start" et transforme l'arène en dancefloor multicolore avec "Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)", Régine et sa combinaison de paillettes prenant des airs de reine du disco. La dualité du sextette, jouant sans cesse entre gravité et extravagance est palpable sur la dernière partie du set. Le public se fait un plaisir de danser quand Régine et Win s'offrent chacun leur tour un bain de foule sur les ambivalents "Reflektor" et "Afterlife", mais le climax de cette montée en intensité, c'est "Creature Comfort". La scène est envahie de fumée, Tim Kingsbury fait faire la vague à l'assemblée dans un mouvement hypnotique, le son est fort, très fort, l'ensemble vibrant.


Un rapide tour backstage suite à "Neighborhood #3 (Power Out)", puis toute la clique remonte sur scène. Toute la clique, sauf Win. Éclairé d'un faisceau blanc, le charismatique géant se fraye un chemin dans la foule, chantant "We Don't Deserve Love" les yeux rivés aux écrans géants affichant les paroles. Après une reprise de "The Coffee Cola Song" du Camerounais Francis Bebey (à l'origine de "Everything Now"), aux côtés de son fils Patrick et sa flûte pygmée, les premières notes de l'hymne "Wake Up" résonnent alors que la première partie Preservation Hall Jazz Band envahit la scène. Éternel point d'orgue fédérateur des concerts d'Arcade Fire, le morceau résonne jusqu'à la rue. Telle une fanfare euphorique, la joyeuse troupe se faufile à travers le public, déambulant jusqu'aux trottoirs du boulevard de Bercy pour le plus grand plaisir des spectateurs à peine sortis, avant de finalement s'enfoncer dans les entrailles de la salle sur fond de "Rebel Rebel" de Bowie.


Une fin de show à l'image du concert : une explosion sauvage de sonorités éclectiques et de générosité, qui parvient à éviter la pagaille grâce à une maîtrise sans faille.


Setlist :


Everything Now
Rebellion (Lies)
Here Comes The Night Time
Haïti
No Cars Go
Electric Blue
Put Your Money On Me
Neon Bible
My Body Is A Cage
Neighborhood #1 (Tunnels)
The Suburbs
The Suburbs (Continued)
Ready To Start
Sprawl II (Mountains Beyond Mountains)
Reflektor
Afterlife
Creature Comfort
Neighborhood #3 (Power Out)
----
We Don't Deserve Love
The Coffee Cola Song
Everything Now (Continued)
Wake Up

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK