News

Succès du premier concert sans distanciation sociale !

En voilà une bonne nouvelle pour le monde du spectacle !

Si les résultats de “Restart-19” ont confirmé que les grands rassemblements pouvaient se tenir lors d’une pandémie, une autre expérience vient compléter ces propos.

Cette fois-ci, l’initiative PRIMACOV vient du festival espagnol Privamera Sound en association avec l’hôpital Germans Trias de Barcelone et la Fondation de Lutte contre le Sida et les Maladies Infectieuses.

Ces derniers ont organisé un concert le 12 décembre dans la salle Apolo du Nitsa Club à Barcelone. Le tout devant un public de mille personnes et sans distanciation sociale.

L’objectif était d’évaluer l’efficacité des nouveaux tests antigéniques contre la COVID. En particulier dans le monde événementiel, lourdement touché par la situation sanitaire actuelle.

Pas de gestes barrières mais tous masqués !

Suite à un rapide test à l’entrée pour confirmer qu’ils étaient négatifs en quinze minutes, les spectateurs ont ensuite pu assister au concert. Seule et unique contrainte : le port obligatoire du masque.

Cette réussite représente un véritable espoir pour le secteur de l’évènementiel. “C’était précisément l’objectif de cette étude : valider ce type de test comme un outil extrêmement utile pour pouvoir organiser tout type d’événement, musical ou non, sans distanciation sociale,” dixit l’équipe de PRIMACOV dans un communiqué officiel.

Nouvelles techniques

Cet essai de Primavera fait partie d’une poignée de nouvelles techniques vantées pour permettre le retour de la musique live traditionnelle.

Cette semaine, la légendaire salle londonienne The 100 Club a annoncé qu’elle testera le mois prochain un nouveau système de ventilation. Celui-ci vise à éliminer 99,99 % des dangereux agents pathogènes aéroportés, tels que le coronavirus, en intérieur.

Développé par une équipe britannique d’ingénieurs, de scientifiques, d’experts médicaux et d’entrepreneurs, le PRS (Pathogen Reduction System) a été conçu pour s’intégrer dans le système de ventilation existant d’un bâtiment.

Il fonctionne ensuite pour purifier l’air intérieur “en utilisant une lumière UV-C de haute intensité pour inactiver en toute sécurité 99,99 % des pathogènes dangereux transmis par l’air tels que la COVID-19, le SARM, la rougeole, la tuberculose et le virus de la grippe.”

Ecrire un commentaire

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife