NewsSlideshow

Seether : vidéo paroles de “Wasteland” !

Seether propose un clip d’animation pour illustrer le troisième titre de son dernier album !


Ce morceau figure sur “Si Vis Pacem, Para Bellum” paru en août. Un huitième disque que Shaun Morgan et ses acolytes sont dans l’incapacité de défendre sur les routes en raison de la COVID-19. Une situation sanitaire qui pèse beaucoup sur la santé mentale de son frontman, qui fait face à une “crise existentielle” comme beaucoup de musiciens en cette période trouble et incertaine.

“Cela fut une période très éprouvante, où j’ai eu l’impression qu’on m’avait enlevé tout mon gagne-pain. Et c’est évidemment dû aux raisons que nous connaissons tous, mais c’est une chose tellement intéressante à comprendre. Par exemple, il n’y a aucune garantie, pour l’instant, que nous allons reprendre le travail l’année prochaine. Ils disent [provisoirement] qu’il y aura des chances de tourner, mais il y a de fortes chances qu’il y ait une autre année où nous ne pourrons pas tourner. C’est donc quelque chose que j’apprends à accepter. Je dois trouver ce que je peux faire d’autre dans ma vie, et quelles autres voies je peux suivre, parce que celle-ci pourrait m’être retirée involontairement pendant un certain temps. C’est donc à moi de trouver quelque chose d’autre qui me fasse sentir utile et qui me donne une certaine valeur. Mais c’est aussi un combat.”, confie le frontman Shaun Morgan.

Avant de continuer : “Pendant deux décennies, j’ai vécu en supposant que ma vie était en quelque sorte cyclique”, a-t-il poursuivi. “C’était écrire et enregistrer un album, faire une tournée de 18 mois à deux ans, écrire et enregistrer un album, et puis répéter. Et maintenant, pour la toute première fois, ce n’est pas le cas. Et c’est alarmant, dans un sens, de voir à quelle vitesse cela m’a atteint. Parce que c’est une épée à double tranchant.

D’une part, je vois mon enfant de trois ans – qui avait deux ans et demi lorsque tout a commencé – je vois comment il se développe et grandit, comment son vocabulaire a explosé et comment cette petite personne émerge lentement de ce corps de bambin. Et si j’avais été sur la route, je n’aurais pas vu cela. Je suis donc très heureux et reconnaissant pour cette partie de ma vie. De l’autre côté, je commence à me demander si je veux encore faire des tournées comme nous le faisions autrefois.”

Puis d’ajouter : “Je suis donc en pleine crise existentielle et je me demande si je veux toujours gagner ma vie en tant que musicien de tournée, car je le fais depuis que j’ai 20 ans, soit depuis presque 22 ans. Ou y a-t-il d’autres choses que je pourrais décider de faire plus importantes pour moi maintenant ? Et peut-être que je commence à m’éloigner de cette vocation principale, si vous voulez, et que je passe à autre chose. Je ne sais pas encore, parce que je ne sais pas si c’est ce que je ressens, parce que je n’ai pas la possibilité de tester ma théorie. Je n’ai pas l’occasion de dire : “D’accord, allons faire des concerts”. “Oh, mec, est-ce que j’aime toujours cela ? Et je suis sûr que je vais le faire. Mais pour l’instant, j’ai l’impression que le côté tournée devient un peu moins important pour moi. Le côté créatif est toujours aussi important – j’aime toujours faire cela, enregistrer, sortir des albums et faire de la musique”.

Ecrire un commentaire

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife