NewsSlideshow

COVID-19 : Les salles de spectacles “ne sont pas des lieux d’infection” !

Une seconde étude allemande sur le mouvement des particules en suspension dans l’air dans un environnement intérieur a montré qu’il existait un risque négligeable d’infection dans les salles de concert correctement ventilées !

L’étude scientifique, qui s’est déroulée au Konzerthaus de Dortmund (1500 places), a été réalisée pendant trois jours en novembre par l’Institut Fraunhofer Heinrich Hertz de Goslar et la société de mesure des particules Parte Q, avec le soutien de l’Agence fédérale allemande de l’environnement. Elle fait suite à l’étude Restart-19 réalisée en août par l’hôpital universitaire de Halle, dont les résultats ont été publiés en octobre, qui a conclu que, avec une ventilation adéquate, les événements en live présentaient un risque “faible à très faible” de transmission de personne à personne.

Contrairement à l’étude Restart-19, qui portait sur des participants humains, l’étude de Dortmund a utilisé un mannequin de haute technologie, appelé Oleg, pour simuler la respiration humaine dans le Konzerthaus.

Pour l’étude, les 2 et 3 novembre, l’équipe a mesuré la transmission d’aérosols à travers le lieu, y compris dans l’auditorium et le foyer. Leur conclusion est que dans certaines conditions – que la salle dispose d’une réserve d’air frais suffisante et que tous les participants portent des masques – le risque qu’une personne infecte des spectateurs en bonne santé avec la COVID-19 “par transmission d’aérosol peut être presque exclu”, selon un communiqué du Konzerthaus.

“C’est exactement ce dont nous avons besoin en termes d’information”

“Les salles de concert et les théâtres ne sont pas des lieux d’infection”, déclare le Dr Raphael von Hoensbroech, directeur du Konzerthaus Dortmund. “Les derniers mois ont montré que la politique a besoin d’une base scientifique solide pour prendre des décisions. Avec notre étude, nous voulons nous assurer que les salles de concert et les théâtres puissent à nouveau accueillir un public suffisant lors de leur réouverture”.

Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

  • Avec des masques et un apport d’air frais suffisant par le système de climatisation existant du Konzerthaus – appelé RLT (Raumlufttechnik), ou système de ventilation de la pièce – les aérosols testés n’ont eu pratiquement aucune influence sur toutes les surfaces avoisinantes.
  • La grande taille de la pièce assure déjà une forte dilution des aérosols contaminés, et la climatisation élimine efficacement tous les aérosols, sans jamais les laisser s’accumuler.
  • Une salle de concert pleine n’interfère pas avec le passage de l’air vers le haut, mais le favorise plutôt par des effets thermiques supplémentaires.
  • Il est nécessaire de porter des masques dans les couloirs, les aires de repos et les foyers, car la ventilation y fonctionne (dans le cas du Konzerthaus Dortmund) différemment de celle de la salle de concert elle-même et un contact étroit ne peut être exclu.
  • Le Konzerthaus ne peut pas déclencher un événement de grande envergure avec son système de ventilation existant, qui remplace complètement l’air à l’intérieur du site par de l’air extérieur toutes les 20 minutes.
  • La mesure du CO2 pendant un événement peut aider à mieux évaluer la propagation des particules en suspension dans l’air dans le hall.

Alors qu’en théorie, le Konzerthaus devrait pouvoir fonctionner à pleine capacité sans risque, en pratique (compte tenu des difficultés de distanciation sociale dans les couloirs, les bars, etc.), un système de sièges en damier, avec un siège sur deux occupé, est recommandé par les scientifiques. Dans tous les cas, lorsqu’un client ne peut pas porter le masque, le siège situé juste devant lui doit rester libre.

“Les salles de concert et les théâtres ne sont pas des lieux d’infection”

Alors que l’étude ne fournit que des résultats concrets pour la transmission au Konzerthaus Dortmund, l’Institut Fraunhofer Heinrich Hertz est en mesure d’appliquer les résultats à d’autres salles et lieux de concert similaires, dit-il. Même pour celles qui ne répondent pas aux exigences, des études supplémentaires peuvent être réalisées avec “relativement peu d’efforts”, selon le responsable de l’étude, Wolfgang Schade.

Heinz-Jörn Moriske, directeur de l’Agence fédérale de l’environnement, décrit l’expérience de Dortmund comme une “étude exceptionnelle avec beaucoup de valeur informative”, ajoutant : “C’est exactement ce dont nous avons besoin en termes d’information. Avec une répartition des invités semblable à celle d’un échiquier et un système de ventilation à 100 %, le risque d’infection est très faible”.

En outre, il ajoute que “le port de protections buccales et nasales dans la salle est avantageux, même s’il n’est pas aussi important qu’on le supposait auparavant”.

“Cette étude fournit une base importante pour évaluer le risque de transmission du Sars CoV-2 lors de concerts avec un public”, convient l’expert en hygiène Martin Exner.

Voilà qui devrait accélérer les initiatives de concerts-tests en France !

Source : https://www.iq-mag.net/2021/01/second-german-study-konzerthaus-dortmundshows-venues-not-places-infection/#.YAA7hOBCduW

Ecrire un commentaire

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife