Interviews

THE SOUNDS (06/02/12)

English version

À l’occasion de leur passage à Paris pour un concert en tête d’affiche à La Maroquinerie qui s’annonce explosif, la chanteuse Maja Ivarsson et le batteur Fredrik Blond ont répondu aux questions de RockYourLife!. Le duo nous évoque leurs expériences et leurs projets, avec une confiance affirmée.

Votre dernier album “Something To Die For” est sorti l’an dernier. Près d’un an après, quelles sont vos impressions ? Quelles ont été les réactions ?

Fredrik Blond (batterie) : En grande partie, les réactions ont été vraiment bonnes. Nous avons quelque peu changé notre son, et certaines personnes ont du mal avec le changement. Mais je crois qu’une fois qu’ils entendent les chansons en live, ils se rendent compte qu’on reste The Sounds. Je pense que les nouvelles chansons se marient très bien avec les plus anciennes.

Travaillez-vous actuellement sur la composition d’un nouvel album ?

F : On compose continuellement de nouveaux sons. On a toujours des chansons ici et là qui attendent d’être terminées.

Composez-vous lorsque vous êtes en tournée ou est-ce que vous préférez écrire pendant une période de pause ?

F : On n’a pas l’habitude de faire des compositions pendant qu’on est en tournée mais c’est essentiel pour nous de partir en tournée pour qu’on puisse écrire de nouvelles chansons. Là, on peut rassembler nos impressions et trouver de nouvelles idées pour des nouveaux morceaux.

La dernière fois que vous êtes venus en France, c’était en 2009 et vous faisiez la première partie de Fall Out Boy. Êtes-vous contents de revenir ici pour votre propre show ?

Fredrik & Maja Ivarsson (chant) :  Bien sûr ! Nos concerts à nous sont plus spéciaux.

Avec quels groupes voudriez-vous partager une tête d’affiche ?

F :  Des groupes avec lesquels il serait sympa de trainer, avec lesquels on pourrait avoir de vraies conversations, et ça serait encore mieux si leur musique était similaire à la nôtre.

Vous avez beaucoup fait de concerts aux États-Unis et en Europe. Existe-t-il vraiment une différence entre les deux publics ?

F : Non, pas vraiment. Les différences sont minimes, mais peu importe où on se trouve, on essaie toujours de les traiter de la même façon, avec tout le respect qu’ils méritent.

Maja, tu as fait un duo avec le groupe All Time Low. Avec qui voudrais-tu faire une collaboration ?

M : Je collaborerais avec n’importe qui. Je trouve que c’est plus important d’écouter la chanson en question avant de donner sa décision. C’est vraiment essentiel d’aimer la chanson, sinon je ne pourrais pas la chanter avec mes émotions.

Y a-t-il des groupes suédois que vous souhaiteriez nous faire découvrir ? (mis à par Abba et The Hives)

M : Il y a vraiment plein de super groupes suèdois. Je vous conseillerais un nouveau groupe qui s’appelle First Aid kit. Ce sont deux jeunes filles, leur son est très doux, et elles ont un très bon style, que ce soit au niveau du chant et de la composition. Elles ont reçu pas mal d’attention ces derniers temps…

Quand vous vivez dans un pays aussi petit que la Suède et que vous voulez faire de la musique, pensez-vous immédiatement à chanter en anglais et jouer dans d’autres pays ? Est-ce difficile pour un groupe Suèdois d’exporter sa musique ?

M : Ca n’a pas été un casse-tête pour nous sachant qu’on a toujours voulu chanter en anglais, depuis qu’on a commencé le groupe. Mais il y a pas mal d’artistes qui chantent seulement en suèdois et qui sont très populaires, mais seulement en Scandinavie. On savait qu’on voulait viser plus loin et on avait déjà de gros objectifs en tête à atteindre dès les débuts. Et ça n’a pas été si difficile que ça d’exporter notre musique, et je sais que la Suède est le troisième pays au monde après les États-Unis et l’Angleterre à exporter sa musique à l’étranger. Je crois que des groupes comme Roxette et The Cardigans ont ouvert la voie et je savais qu’il était possible pour nous d’y arriver aussi.

Vous avez intégré pas mal de sons électro dans votre dernier album, et de nos jours à la radio, il y a beaucoup de chansons qui comportent de l’électro et de l’autotune. Quelles sont les limites que vous vous êtes fixés ?

M : On a toujours utilisé des éléments électro dans notre musique et on a toujours dit qu’il n’y a jamais de règles à suivre quand on veut écrire de nouveaux morceaux. Tant que ça sonne bien, tout est permis. La règle, c’est qu’il n’y a pas de règles !

F : Je vois où vous voulez en venir, mais personnellement je n’aime pas quand on parle de “règle” ou de “limite” dans la musique, ça enlève toute créativité.

Quels sont vos projets pour cette année ?

M : Nous allons partir en tournée, comme d’habitude. Nous sommes actuellement en tournée en Europe, et je pense qu’on va essayer d’écrire de nouveaux morceaux. On va certainement faire quelques festivals cet été aussi.

Pour finir, puisque le nom du site est “RockYourLife”, qu’est ce qui “rock your life” ?

M : Il est trop tôt dans la journée pour pouvoir répondre à ça… Je crois que le fait de jouer dans un groupe et voyager dans le monde est déjà assez bien, et j’ai besoin de quelque chose vraiment à l’opposé pour rendre ma vie encore meilleure.

Crédit photo : Kirsti Anna Urpa

Site web : the-sounds.com