Interviews

THE GREAT DIVIDE (15/03/12)

Pour la promotion du premier effort des parisiens, RockYourLife! a voulu en savoir un petit peu plus sur le groupe, leur actu’ et surtout sur leur nouveau bébé, “Tales Of Innocence And Experience”, qui sortira en avril sous le label Useless Pride Records. C’est parti !

Salut les gars ! Bon, tout d’abord, on va faire “classique” : Pouvez-vous vous présenter et faire un petit historique du groupe ?

Fab (basse) : Nous sommes The Great Divide et on délivre un hardcore que l’on peut qualifier de “modern”. Il y a Seb au chant, Julien et Antoine aux guitares, Julien à la batterie et au chant clair, moi même (Fab) à la basse. Seb et moi avions eu l’idée de monter ce groupe il y a à peu près six ans mais la sauce n’a jamais pris à cause de galères de line up. Après une longue pause, nous avons décidé de remonter le projet et c’est là que j’ai sollicité les autres membres. Notre première démo est sortie un an et demi après nos premières répètes et notre premier disque sort dans environs un mois.

Vous aviez sorti une démo trois titres cet été, quels ont été les retours que ce soit de la presse ou des auditeurs ?

F : Les retours ont été plutôt positifs. Notre démo avait pour but de faire découvrir un premier aperçu de l’identité sonore de The Great Divide, et cela représentait en même temps un premier support pour trouver quelques concerts en France et à l’étranger. Côté presse nous avons été chroniqués par certains webzines comme RYL! et interviewés par d’autres, nous sommes contents de l’intérêt que cette première démo a suscité. Coté auditeurs, nos amis ont apprécié notre son et un “nouveau public” a aussi semblé réagir positivement à l’arrivée d’un nouveau groupe du genre en France. On n’a pas eu de critique particulièrement négative, au pire cela ne plaisait simplement pas. L’arrivée du maxi permettra de montrer un étendu beaucoup plus large de ce que l’on joue, il n’est vraiment pas évident de se faire une opinion sur un groupe après l’écoute d’une démo.

Pour ce qui est des concerts, comment se sont passés vos premières scènes ?

F : Vraiment bien ! Le public a été réceptif à nos chansons malgré le décalage musicale avec certains groupes avec qui nous avons joué. La moitié du groupe a déjà une expérience de la scène, ce qui facilite aussi les choses. Par contre ce qu’il ne faut pas oublier c’est que l’on débarque tout juste dans le paysage musical et que les gens en sont encore au stade de “découverte” de notre son. Donc forcément il va encore falloir attendre un peu pour les gros sing alongs et faire danser le 2step à tout le public !

On a vu que vous vous êtes remis rapidement au boulot et que vous vous êtes enfermés en studio il y a peu de temps pour sortir un premier “vrai” EP, racontez nous ?

F : C’est plus qu’un EP car il y aura neuf titres ! Les trois chansons figurant sur la démo sont une sélection de titres que l’on avait déjà écrits. La suite du travail a consisté à en écrire quelques nouvelles, à peaufiner celles que nous avions déjà, puis choisir celles que nous allions enregistrer. Nous avons décidé d’aller au studio Sainte Marthe avec Guillaume Mauduit, qui avait déjà enregistré notre démo. Nous étions super contents du travail qu’il avait fourni et Ste Marthe reste une référence. Tout s’est super bien déroulé et nous sommes ravis du résultat. Maintenant nous n’avons qu’une hâte : celle de partager ce nouvel enregistrement avec le plus de monde possible !

RYL! a suivi l’évolution de cet enregistrement via votre page Facebook et on a eu la surprise de voir que vous aviez invité un guest de taille qui n’est autre que Scott Wade, le premier et mythique frontman de Comeback Kid ! Pourquoi lui et comment s’est fait cette collaboration ?

F : “Turn It Around” et “Wake The Dead” sont pour nous deux albums majeurs dans le style donc forcément, Scott était pour nous un choix évident. C’est vraiment son chant qui a fait la renommée de Comeback Kid et les différenciait des autres groupes. Au delà des mélodies, c’est aussi ce qui nous a fait accrocher à Comeback Kid. Nous l’avons contacté bien avant la sortie de la démo pour l’inviter. Il a accepté puis nous le tenions régulièrement au courant de l’avancée du projet. Au début il était question de maquetter le titre puis de lui envoyer pour qu’il enregistre ses parties au Canada. On s’est finalement dit que ce serait plus sympa de l’avoir parmi nous donc on l’a fait venir. On n’est pas déçu d’avoir fait ce choix tant le contact s’est immédiatement bien passé avec lui. Il s’est retrouvé à participer avec nous et notre entourage aux backing vocals et découvrir en même temps la vie parisienne autant touristique que nocturne pendant quelques semaines. La rencontre de Scott est une excellente surprise, on est très heureux que ce soit lui qui soit derrière deux de nos albums du genre préférés.

Il y a aussi un autre invité, non ?

F : Vithia, chanteur de Rise Of The Northstar, “da last real saiyan on earth”. (rires) Avant même d’enregistrer il était question d’avoir deux guest : un étranger et un français. Le choix s’est fait naturellement pour Vithia puisque c’est un ami proche et que je supporte énormément ROTNS.

Musicalement, à quoi faut-il s’attendre sur cet EP ?

F : J’ai envie de dire que l’on peut s’attendre à neuf titres qui ont chacun leur identité et qui trouvent une cohérence dans la tracklist que nous avons choisie. Nous avons réenregistré et modifié les titres de la démo, il y a les deux morceaux avec nos invités et le reste des titres qui s’inscrivent vraiment dans le style que nous faisons. Aussi, deux morceaux illustreront le concept amorcé par la pochette du disque. Musicalement on se permet plus de choses que sur la démo tout en suivant le même esprit de punk hardcore rapide et catchy. Le retour de Julien dans le groupe apporte aussi une voix claire sur certaines parties. Nous sommes cinq dans The Great Divide et ce maxi nous a permis d’utiliser les idées et influences de chacun pour produire un enregistrement que l’on peut qualifier je pense de complet.

Que pensez vous du potentiel la scène hardcore française ? Croyez-vous que la scène française peut percer et rivaliser avec les grands britanniques et américains ?

F : La scène hardcore française compte déjà quelque noms dont la réputation a franchi plus d’une frontière, et ce depuis des années. Beaucoup de groupes de la scène ont déjà tourné à différents endroits du globe et donc la scène hardcore française a un potentiel mais qui reste peu exploité. Les français sont encore trop timides selon moi. Mais il semble que le hardcore a le vent en poupe en ce moment. Si elle se donne les moyens la scène française peut évidemment percer. C’est déjà le cas des Chunk! No Captain Chunk! pour la scène pop punk (ou “easycore”) et Betraying The Martyrs dans le metal par exemple. On écoute tous des choses très différentes dans le groupe et on a la chance d’avoir une scène hardcore française très variée. On attend par exemple le prochain The Prestige ou l’EP d’Admiral’s Arms qui sont actuellement sur une très belle tournée européenne. Nine Eleven viennent aussi de sortir un nouvel album, et on en oublie beaucoup d’autres. Je pense sincèrement que les prochains français qui vont exploser sont nos potes de Rise Of The Northstar qui vont enfoncer le clou avec leur prochain disque.

Quels sont les prochaines actualités du groupe ?

F : Nous finirons de tourner notre clip à la fin du mois. Cette vidéo mettra en image notre chanson avec Scott qui apparaitra avec nous sur les images. Ensuite nous ferons en sorte de tourner un maximum pour promouvoir le CD.

On arrive à la fin et comme le veux la tradition, j’ai une dernière question : Qu’est ce qui rock vos vies ?

F : Le feat de B-Real avec Larusso.

Merci à vous et bonne continuation ! RYL! est derrière vous

F. : Merci à RockYourLife! pour l’intérêt que vous portez à TGD !

Site web : facebook.com/thegreatdivide