Interviews

SEETHER (30/03/17)

English version

Quelques semaines avant la sortie du nouvel album de Seether, “Poison The Parish”, RockUrLife a rencontré Shaun Morgan le chanteur du groupe pour discuter de ce nouveau disque et de la prochaine tournée de la formation.

Cela fait presque quatre ans depuis votre dernier album. Que s’est-il passé entre temps ?

Shaun Morgan (chant/guitare) : Nous avons été sur la route pendant un moment, après nous avons pris une année pour écrire, enregistrer et prendre du recul. Car quand tu es sur la route pendant dix-huit mois voir deux ans, ça te fatigue et tu veux juste rentrer chez toi, donc c’est ce que j’ai fait. Après ça, nous avons commencé à enregistrer en septembre, mixer en octobre et maintenant nous attendons de sortir l’album. Désolé, nous ne sommes pas le groupe le plus excitant au monde, on se fait trop vieux pour ces conneries !

Nous ne sommes jamais trop vieux pour le rock n’roll, regarde les Rolling Stones !

Shaun : C’est vrai, ils ont quoi, soixante-six ans ? Et ils font toujours les cons et ont des gosses. Mais c’est vrai je vais essayer de m’en souvenir, merci !

Poison The Parish” est le premier album que vous sortez sur votre propre label, Canine Riot Records, pourquoi ? Prévoyez-vous de sortir tous vos albums dessus ?

Shaun : Je voulais créer un label depuis un moment, mais pour cet album, l’idée ne venait pas de moi en fait, c’était celle de Concord, le véritable label. C’est vraiment cool, on ne s’attendait pas à ce qu’il nous laisse faire ça ! On va s’en servir pour aider les autres groupes, j’en ai déjà signé deux et c’est un bon moyen de les aider. Nous sommes beaucoup plus justes, pas comme d’autres labels qui prennent beaucoup d’argent et ne donnent qu’une petite partie aux groupes, nous ne sommes pas comme ça.

Quelle est l’histoire derrière le titre “Poison The Parish” et pourquoi ce design ?

Shaun : Déjà ce n’est pas religieux car je ne le suis pas. Mais je voulais quelque chose qui soit provoquant, dans un sens. Quand tu regardes la pochette, tu peux croire que c’est religieux, et même blasphématoire pour certaines personnes, ce qui me va. Mais pour le design de l’album je voulais juste quelque chose qui irait bien avec le titre. Le message derrière tout ça est que les prêtres d’aujourd’hui sont les réseaux sociaux et les émissions de télé-réalité. Par exemple, le fait que des personnes de l’émission “Jersey Shore” soient célèbres et en bonne santé tout en étant des c******  et envoient comme message : ”hey, deviens un c****** tu peux être riche et célèbre”, ça me donne envie de me poignarder la b*te. “16 And Pregnant”, les p*tain de Kardashians, “Real Housewives”. Aucune ne dit : “hey sortons et essayons de trouver un remède contre le cancer” mais “hey buvons et tombons enceintes, nous sommes riches et célèbres !”, c’est le pire message qui existe. Bref, désolé ça m’énerve à chaque fois. J’ai une fille de quinze ans qui prend les réseaux sociaux trop au sérieux, c’est quoi leur problème ? Le nombre de pouces levés, de likes ou quoi que ce soit que tu obtiens ne font pas de toi une bonne ou mauvaise personne, ça ne reflète pas tes valeurs et quand tu vois à quel point certaines personnes s’énervent quand elles n’obtiennent pas ces likes, je suis en mode : “allez vous faire foutre”.

Donc tu veux “empoisonner” ces personnes ?

Shaun : Ils sont des poisons pour eux-mêmes ! Tous les médias comme MTV, E Channel, ils empoisonnent les gosses en utilisant de fausses idoles. Putain ! J’en ai rien a faire de ce que Kim Kardashian fait tous les jours; de temps en temps, je lis l’une de ses histoires quand elles arrivent dans mon fil d’actualité car ça m’étonne toujours autant. Une fois, j’ai vu qu’elle prenait un selfie en moyenne toutes les minutes : mon Dieu je déteste ce mot. Qui peut s’aimer autant ? Ca doit être génial. Bref.

Le processus d’écriture était-il le même que pour les albums précédents ?

Shaun : Je fais toujours la même chose : je suis assis chez moi dans mon espace personnel et je continue d’écrire jusqu’à ce que je sois satisfait. J’ai écrit autour de quarante-cinq chansons pour cet album, beaucoup n’ont pas été gardées. Je fais presque tout, les autres gars habitent loin, et après huit ou neuf mois d’écriture on retourne en studio et on commence à enregistrer. Enregistrer était amusant, c’était à Nashville où j’habite, je n’ai pas eu à aller à L.A. je déteste cette ville. Là je conduis quinze minutes et je peux commencer à travailler. Certains groupes quittent leur studio autour de 20h, mais quand je travaille, je peux rester jusqu’à 8h du matin, parce que c’est mon job, je vis de ça ! Donc on a enregistré quinze titres en dix-sept jours ce qui est génial.

Isolate And Medicate” (2014) était un peu pop pour un album de Seether. Après avoir écouté “Poison The Parish” on peut sentir que vous retournez à vos racines, est-ce le cas ?

Shaun : “Isolate And Medicate” est sorti quand on a signé avec Concord. Nous n’avons pas vraiment travaillé avec eux sur le disque. C’est pour cela qu’il y a une grosse différence avec “Poison The Parish”, parce que notre ancien label voulait juste se faire de l’argent sur nous. Ils ont essayé de changer le groupe. Par exemple, ils pensaient que si on était chrétiens et créatifs, l’album serait en rupture de stock, alors ils ont essayé de nous rendre chrétiens, mais on ne l’est pas ! C’est juste des conneries. Donc ils ont essayé de nous pousser vers quelque chose de plus alternatif dans le coté pop de la radio. Et maintenant que nous avons un nouveau label, ils s’en foutent, ils sont tous en mode ‘”faîtes ce que vous avez à faire”, et comme tu l’as dit, on est à nouveau un groupe de rock et on s’en fout si les radios vont nous aimer ou pas. C’est pour ça que je suis heureux avec cet album, nous nous sommes concentrés sur la musique et sur ce que l’on est. Je suis à nouveau inspiré car il n’y a personne qui me souffle derrière moi : “Hey.. Hey… tu peux changer ça ?”. Maintenant c’est : ”dès que vous êtes prêts, on y va !”

Y a-t-il une chanson au dessus des autres ? Quelle est ton titre préféré ?

Shaun : L’une de mes chansons préférées est ‘”Stoke The Fire” parce qu’elle est heavy. Je les aime toutes, mais disons que celles qui sont heavy sont mes préférées, car je peux de nouveau crier ! Et c’est comme ça que je me sens au fond. (rires)

Que dirais-tu pour convaincre les gens d’écouter cet album ?

Shaun : Je leur dirais qu’il n’a pas été influencé par le signe du dollar. Je pense que pour quelqu’un qui écoute notre groupe depuis un moment, c’est comme nos anciens morceaux quand nous étions sûrs de nous et d’où nous allions avant d’être tués par des types en costume. C’est un retour à quelque chose de pur, énervé et honnête.

Le premier clip de l’album pour la chanson “Let You Down” ressemblait à un film d’horreur. Est-ce que vous envisagez de filmer les clips du reste de l’album comme les chapitres suivants de ce film ?

Shaun : C’est une question intéressante. Je voulais juste que la première vidéo soit une oeuvre d’art bien cool, quelque chose d’étrange, car je pense qu’il y a quelque chose d’étrange dans cette chanson, comme dans le reste de l’album d’ailleurs. Je ne voulais pas quelque chose de positif ! (rires) Et là encore, quand on s’est pointé avec l’idée du clip, le label était cool et nous a dit que c’était génial. Mais je pense qu’il représente bien la chanson, il n’a pas besoin d’une ligne directrice, il doit juste te faire te dire “what the fuck ?!” comme dans un cauchemar.

Vous êtes bientôt de retour sur les routes. Est-ce que la scénographie sera à l’image d’un film d’horreur ?

Shaun : Oh non ! On a déjà réfléchi à tout ça, les lumières sont programmées et la scène aussi. Mais nous ne sommes pas un groupe d’horreur, on aime juste les films d’horreur. Nous ne sommes pas un groupe comme Slipknot, Ghost ou tous ces autres groupes. On veut juste jouer et passer un bon moment. On ne veut pas être habillé comme Ghost, j’emmerde ces mecs ! (rires)

Ce n’est pas très facile de vous voir ici en France. La dernière fois c’était en 2014 au Bataclan. Vous revenez en octobre dans cette salle. Est-ce que les évènements tragiques qui sont arrivés ici vous ont motivés à revenir jouer là ?

Shaun : C’était la pire chose qui puisse arriver à qui que ce soit, n’importe quel groupe, n’importe quelle personne qui était la, c’était brutal. On ne voudrait pas être apeuré par quelque chose pour le reste de notre vie. Quand ils nous ont dit qu’on allait jouer ici, j’ai répondu : ”laissez moi y réflechir” parce que je voulais être respectueux, mais j’ai l’impression que dans un sens, en jouant ici ce sera un hommage et l’occasion de dire : ”on emmerde les gens mauvais”. Cette salle va vivre sans penser à ce qu’il s’est passé avant. Je pense que ce sera un concert très émotionnel. Mais comme je l’ai dit, je ne veux pas être apeuré de quelque chose.

Maintenant que vous avez votre label, prévoyez-vous d’être sur la route plus souvent ?

Shaun : Sur la route plus souvent ? Je veux être sur la route moins souvent. (rires) Le label est surtout là pour aider les autres groupes, si eux peuvent être en tournée pendant que moi je suis chez moi c’est cool. J’aime travailler avec d’autres groupes, les aider avec leur carrière pour qu’ils puissent être indépendants. Oui je me fais vieux, je ne vieillis pas comme Mick Jagger, ce type est un dingue.

Quelle est la prochaine étape pour Seether ? Que pouvons nous vous souhaitez ?

Shaun : Juste être en tournée, ce n’est pas très excitant. C’est ce qu’on fait, on sera sur la route jusqu’en décembre 2018 puis on rentre chez nous se reposer, on écrit un nouvel album et on recommence la boucle aussi longtemps qu’on le pourra. Beaucoup de groupes ne peuvent pas le faire. Peut-être que l’on jouera dans un nouveau pays en Asie, ou on retournera en Afrique du Sud, je ne sais pas vraiment ce que l’on fera ensuite.

Pour terminer, notre média s’appelle “RockUrLife”. Qu’est-ce qui rock ta life Shaun ?

Shaun : Oh putain… Cet album je suppose ? Je suis assez ennuyeux, j’étais plus excitant quelques années auparavant. Mais le fait d’avoir à nouveau le contrôle sur ma vie, que je sois capable de me lever de mon lit sans douleur est quelque chose de génial, ne plus me détruire avec des saloperies comme la drogue. Je veux dire, j’ai été très mal pendant un moment, mais maintenant je suis bien, je ne suis pas sobre parce que j’aime boire (rires) mais je ne prends plus de drogues et ça, ça rock ma life !

Merci beaucoup Shaun !

Shaun : Merci à toi.

Site web : seether.com