InterviewsSlideshow

MARK MORTON (27/02/19)

English version

Guitariste virtuose de Lamb Of God, Mark Morton sort son premier album solo “Anesthetic”. Avec beaucoup de gentillesse et d’humour, il a pris le temps de discuter avec RockUrLife de la genèse de l’album, de la collaboration tristement célèbre de Chester Bennington ainsi que du désamour de sa fille pour le metal.

Mark, merci de nous consacrer du temps aujourd’hui.

Mark Morton : Avec plaisir.

Tu as travaillé sur “Anesthetic” qui sort le 1er mars. Était-ce différent de travailler uniquement avec Josh Wilbur (il a travaillé avec vous et Lamb Of God sur plusieurs disques) et pas avec le groupe ?

Mark : Excellente question. Ça l’était à certains égards. Pas tant à cause de ce que tu me demandes, c’était juste moi et Josh, l’un avec l’autre. J’ai travaillé avec lui sur des projets extérieurs à Lamb Of God et même lorsque nous travaillons, lorsque j’enregistre ou que je joue de la guitare avec le groupe, ce n’est que Josh et moi. Donc, en ce qui concerne la façon dont nous communiquons et travaillons ensemble en studio, c’est très souvent l’un avec l’autre de toute façon. La différence était le type de musique que nous jouions, écrivions et produisions.

C’était un peu plus rock que metal, beaucoup plus orienté sur les chansons. Non pas que Lamb Of God n’écrit pas de chansons, parce que nous le faisons évidemment, mais le type de musique de ce projet était davantage axé sur les chansons. Ce n’était pas nécessairement des riffs de guitare acrobatiques. C’était plus à propos des chansons et de leur écriture. Et nous avons écrit les chansons ensemble (Josh et moi). J’ai apporté beaucoup de matière première, beaucoup de démos. Josh et moi avons vraiment rassemblé tous ces éléments, réunis en équipe. Je pense qu’il est co-auteur d’à peu près toutes les chansons, de la majorité d’entre elles. Et dans ce sens, c’était différent. Josh a été investi de manière créative, plus qu’il l’a parfois été avec Lamb Of God.

Penses-tu qu’écrire des chansons rock plutôt que des chansons metal t’a poussé à sortir de ta zone de confort ?

Mark : D’une certaine façon oui. Ce n’est pas comme si je disais “OK, je vais faire un disque alors maintenant je commence à écrire des chansons rock”. C’était un peu l’inverse : je me suis retrouvé à écrire des chansons rock, des chansons orientées blues, des chansons façon grunge des années 90. Je collectais cette banque d’idées de chansons qui ne collaient pas vraiment à Lamb Of God. C’est devenu une sorte de nouveau territoire quand Josh et moi avons réellement commencer à travailler. C’était un processus quelque peu différent, de faire un album rock pas comme un disque de thrash metal traditionnel. En ce sens, c’était une expérience d’apprentissage pour moi.

Également pour avoir collaboré avec autant de personnes différentes parce que c’est un album solo, il porte mon nom et Josh et moi en sommes les directeurs artistiques, mais vraiment tous les musiciens qui y ont participé ont apporté quelque chose de manière artistique, créative. Beaucoup d’entre eux ont écrit leurs propres paroles, les chanteurs l’ont fait dans beaucoup de cas. C’était rafraîchissant, excitant et stimulant.

Comment s’est passée la collaboration avec ces artistes ? Ont-ils apporté des idées ?

Mark : Dans certains cas, oui, et dans certains cas, il suffisait que l’artiste prenne les paroles que nous avions dans la démo et l’interprète comme la sienne. Mark Lanegan a écrit toutes ces paroles et mélodies tout comme Myles Kennedy, Randy, Alissa. Pour d’autres collaborations, comme celle de Chester et moi, nous avons collaboré pour les paroles et les voix de “Cross Off”. Cela dépendait de la chanson.

On t’a certainement déjà posé cette question à plusieurs reprises, mais comment était-ce de collaborer avec Chester ?

Mark : Bien sûr, c’est une bonne question. Chester nous manque à tous, il nous manque vraiment. C’est une telle perte pour la musique en général, pour le rock et le hard rock à coup sûr. C’était une joie de travailler avec Chester, c’était une joie d’être avec lui. Je ne le connaissais pas avant de commencer à travailler ensemble sur la musique. Nous lui avons présenté la chanson et lui avons demandé s’il voulait en faire partie. Il aimait la chanson, il connaissait mon travail avec Lamb Of God, donc il voulait le faire. Et c’était en soi incroyable. Lorsque nous nous sommes réunis et avons commencé à écrire, c’était vraiment spécial, car parfois, lorsque vous écrivez de la musique avec quelqu’un ou essayez d’écrire de la musique avec quelqu’un et que vous n’avez pas de rythme, vous ne pouvez pas entrer dans ce mode de création car pour une raison quelconque, ça ne veut pas dire que tu ne t’entends pas avec cette personne, ça ne veut pas dire que tu n’aimes pas cette personne ou que tu n’aimes pas son travail. Ecrire de la musique est une chose personnelle, ça peut être une sorte de processus intime mais cela peut être très personnel, très révélateur et très vulnérable. Vous savez quand vous parlez de choses personnelles et que vous écrivez au sujet de choses qui comptent vraiment pour vous.

Pour une raison quelconque, Chester et moi n’avions vraiment aucune barrière entre nous. Quand nous avons commencé à parler de la teneur des paroles et des textes dans cette chanson, j’en ai avais écrit et ils semblaient coller ensemble, nous nous sommes rendu compte que nous venions d’expériences très similaires, et nous pouvions correspondre l’un à l’autre dans ce sens. Nous avions donc un très bon rythme et une très grande dynamique créative. Nous avons tous les deux travaillé sur la chanson et nous avons tous deux adoré la façon dont elle s’est révélée. Enregistrer avec lui a été un plaisir, car je me suis assis de l’autre côté de la vitre, derrière la console et Chester a chanté du fond de son cœur et c’est un très bon souvenir pour moi. La chanson a pris un éclairage différent parce que quelques mois plus tard, Chester nous a quitté, ce qui a amené beaucoup de gens à lire entre les lignes des paroles. Nous avons beaucoup rigolé et passé un très bon moment à enregistrer et c’est juste ce que je veux conserver.

C’est bien de juste garder les bons souvenirs de tout.

Mark : Absolument oui. Le Chester que je connaissais était incroyablement humble, sans ego, sans attitude, terre-à-terre, super créatif, un mari et un père très dévoué et juste un gars amusant à fréquenter.

Quelles ont été tes influences pour cet album ?

Mark : C’est vraiment varié. Je pense que sur cet album, il y a définitivement une influence du hard rock des années 90, il y a vraiment une sorte de fil conducteur grunge/alternatif autour de la plupart des chansons de cet album. Je pense que vous pouvez voir que cela figure dans certaines des personnes avec lesquelles j’ai choisi de travailler : Mark Lanegan, Mike Inez d’Alice In Chains joue de la basse sur environ la moitié de l’album, Steve Gorman de The Black Crowes joue de la batterie sur quelques chansons, il est l’un de mes batteurs préférés. Il y a cette composante metal et je pense qu’il y a une composante hard rock commercial, une sorte d’élément hard rock mélodique avec Chester, Myles Kennedy, Jacoby Shaddix de Papa Roach. Il s’agit plus d’un son hard rock classique et conventionnel qui, encore une fois, s’attache davantage à l’écriture de la chanson qu’à des riffs de guitare acrobatiques que je peux peut-être tirer, peut-être pas jouer. Il s’agit plus d’écrire et d’essayer de composer de bonnes chansons, des chansons plus écoutables et plus conventionnelles pour le rock. Je suis un grand fan de rock classique, j’aime les vieux Aerosmith, Led Zeppelin était autrefois mon groupe préféré, les Rolling Stones. Comme je l’ai dit, je suis un grand fan de Black Crowes. Je pense qu’il y a une influence rock classique et qu’il y a du metal ici aussi. Les chansons “The Never”, “The Truth Is Dead” sont toutes deux du thrash metal plus traditionnel, ce que les gens attendent de moi vis à vis de ce que je fais avec Lamb Of God.

Pour nous, l’album est complètement différent de ce que tu fais et crée avec Lamb Of God.

Mark : Oui, je suis content que tu le penses. Cela s’est avéré différent et cela devrait l’être. Je n’essaie pas de recréer Lamb Of God parce que je n’en ai pas besoin, j’ai la chance d’être le guitariste pour eux, donc c’est vraiment cool aussi. Si la carrière solo ne fonctionne pas, je peux reprendre mon travail de tous les jours, non ? (rires)

Oui, c’est bon ! (rires) Ce disque solo est-ce quelque chose que tu avais en tête depuis longtemps ?

Mark : J’imagine que… Depuis un certain temps déjà, j’ai toujours aspiré à faire autre chose que du metal. Comme la chanson “Reveal” par exemple, c’est un groupe de personnes avec qui je joue régulièrement, avec lequel j’écris de la musique. Nous sommes tous dans des projets différents. Jean-Paul Gaster est le batteur de Clutch, Chris Brooks est le claviériste de Lionize, Naeemah a son propre disque solo, donc tout le monde est occupé de son côté, mais nous nous réunissons périodiquement pour écrire et enregistrer de la musique. C’est quelque chose que je fais depuis plusieurs années. Donc pour revenir à la question, j’ai longtemps aspiré à faire des choses qui ne sont pas du metal, car en tant que joueur et auteur-compositeur, je fais beaucoup de styles de musique différents et c’est ce qui est génial avec cet album en général : ça m’a donné un endroit pour m’engager dans ce genre de choses, ça m’a donné une raison de développer ce type de chansons.

En fait, cela t’a permis d’avoir plus de liberté sur ce que tu voulais faire en dehors de Lamb Of God et de la musique metal.

Mark : C’est ça, un peu détaché et sans retenue, ce qui ne veut pas dire que je me sens restreint par Lamb Of God, c’est juste une chose très spécifique. En fait, huit albums dans notre carrière, c’est un son très établi que nous avons. Lamb Of God explore différentes idées, concepts et techniques et nous nous bougeons dans la scène metal. Mais une chanson comme “Reveal” ou “Axis” ne serait pas sur un album de Lamb Of God. Cela n’a rien à y faire. Cela m’a donné l’occasion, en tant qu’artiste de manière créative, d’explorer différentes choses.

On a été assez surpris d’écouter la chanson “Reveal”. C’est complètement différent.

Mark : Oui. As-tu aimé ?

Oh oui ! Naeemah est incroyable.

Mark : Merci. Naeemah est phénoménale. Je suis tellement excité à l’idée que le monde entier l’entende.

On a été époustouflé parce qu’on ne s’attendait pas à cela de ta part sur cet album. Pour nous, c’est l’une des meilleures chansons du disque.

Mark : Je pense. J’aime aussi cette chanson et Naeemah est fantastique. Je suis vraiment enthousiasmé par ce projet car nous avons beaucoup plus de matériau. Cela me paraissait approprié de l’inclure dans cet album car c’est quelque chose sur lequel je travaille depuis un certain temps, donc j’étais absolument enthousiasmé pour mes fans et les personnes qui pourraient être intéressées par cet album d’en entendre un extrait.

Pour tous les artistes avec lesquels tu as collaboré sur cet album as-tu pris ton téléphone et dit : “Hey, je veux écrire quelque chose avec toi”? Comment s’est passé le processus ?

Mark : Dans certains cas, je l’ai fait. Randy est mon meilleur ami alors je lui ai envoyé un texto. (rires).

C’est facile.

Mark : C’était le plus facile. Quelqu’un m’a demandé hier : “Qui est le plus facile à obtenir ?” et j’ai dit “Randy, je lui ai envoyé un texto.” Il m’a répondu : “Oui bien sûr”. (rires)

Mark est mon ami depuis des années, mais j’ai aussi vu Alice In Chains jouer et j’ai vu Mike Inez. Peu de temps après, j’ai rencontré Mike et je lui ai raconté ce que je faisais. “Hey, j’enregistre un album solo et j’aimerai que tu joues de la basse sur une chanson”. Il m’a dit : “Mec, je veux jouer sur plus d’une !” C’est pourquoi il figure sur environ la moitié de l’album. Je lui ai dit : “Allez quoi” et il a dit : “Je veux jouer sur plus d’une !” J’ai dit : “Autant que tu veux!”.

David Ellefson joue sur deux chansons, on est amis depuis un moment. Jacoby Shaddix est l’un de mes amis, il était juste à un coup de téléphone. Certaines choses étaient faciles. D’autres personnes n’étaient que des gens dont j’étais fan du travail. Peut-être que je ne m’attendais même pas à ce qu’ils disent oui, mais j’ai quand même demandé. Je continue à me le rappeler : si vous ne demandez pas, vous ne saurez jamais. Si vous n’essayez pas, cela n’arrivera jamais. Si vous n’essayez même pas, cela ne fonctionnera certainement pas. Ca a déjà échoué parce que vous n’avez pas essayé. Quand nous avons eu l’idée d’approcher Chester pour la chanson “Cross Off”, je ne m’attendais même pas à obtenir une réponse car je ne connaissais pas Chester. Nous n’avions aucune sorte d’histoire ensemble. Je ne savais même pas s’il connaissait mon travail avec Lamb Of God. Mais nous l’avons contacté et il s’est avéré qu’il était un fan de certains de mes trucs et qu’il était intéressé par la chanson. Et une fois qu’il a entendu la chanson, il était partant.

Même chose avec Mark Lanegan. Il est l’un de mes chanteurs préférés. Je suis fan de tout ce qu’il a fait, mais jamais de metal auparavant. Je me suis dit que j’essaierais de lui envoyer une chanson et, à ma grande surprise, il a répondu : “Oui, écoutons-la”. Et maintenant il est sur l’album.

Comment était-ce de travailler avec les artistes ? Est-ce que tu devais envoyer la musique, ils envoyaient les paroles ?

Mark : Tout le monde a reçu la démo. Nous avions à peu près des demos de toutes les chansons. Certaines d’entre elles étaient des instrumentaux, d’autres avaient déjà des idées de chant. Tout le monde avait reçu les chansons à l’avance, mais chaque fois que c’était possible, nous devions venir enregistrer avec Josh et moi dans le même studio. Parce que le mieux était que le processus se déroule dans la même pièce. Parfois, c’était impossible, alors certains artistes ont enregistré avec l’ingénieur du son avec lequel il travaillait. Alissa a fait sa version à Toronto, Mark Lanegan a fait sa chanson avec un gars avec qui il travaille. Quand Jacoby a enregistré, il est venu dans le studio de Josh mais j’étais en tournée avec Lamb Of God, je ne pouvais donc pas y être. Jacoby était là avec Josh, ils m’envoyaient des morceaux dès qu’ils les terminaient pour que je les écoute. Autant que possible, nous avons essayé d’enregistrer dans la même pièce.

Cela facilite le processus et vous pouvez parler de toutes vos idées.

Mark : Oui, en temps réel et réécouter en même temps.

As tu reçu des refus d’artistes avec lesquels tu avais demandé de travailler ?

Mark : J’en ai reçu. Je déteste quand les gens le demandent parce que j’ai l’impression de les balancer. Je pensais que ce serait une bonne idée parce que David Ellefson de Megadeth jouait sur une chanson. J’ai donc pensé que ce serait cool de faire appel à Jason Newsted de Metallica. Je l’ai contacté, lui ai envoyé une chanson et il a très poliment décliné. Il a dit qu’il aimait la chanson et qu’il me souhaitait bonne chance, mais il avait d’autres projets en cours et il n’avait pas le temps ni le calendrier pour le faire. Il a été très poli dans son refus. (rires) Je suis sarcastique, il est génial.

Est-ce qu’il y a d’autres artistes avec qui tu aimerais collaborer ?

Mark : Je n’y ai pas trop réfléchi, mais quelques personnes me l’ont demandé et Corey Taylor continue de me venir à l’esprit. Corey est un si bon chanteur et je le connais. Nous avons travaillé ensemble en tournée, nous avons le même management. J’adore Corey, c’est un gars formidable, très talentueux et il me vient à l’esprit pour des projets comme celui-ci en raison de ses capacités, de sa diversité de chant, mais également parce que c’est un incroyable screamer. Il a beaucoup de capacité et de souplesse dans ce qu’il est capable de faire. Qui sait, peut-être qu’un jour nous aurons la chance de travailler ensemble. J’aime Corey Taylor.

Tu as collaboré avec des artistes issus principalement du metal. Pourquoi ne pas essayer de collaborer avec des artistes venant d’autres horizons ou d’autres pays ?

Mark : On m’a rappelé cette semaine que mon album est incroyablement américain, ce qui ne m’est pas vraiment venu à l’esprit. Je voudrais travailler avec quelques personnes d’Europe. J’ai eu des conversations au sujet de les faire venir, mais sur le plan logistique, c’était délicat parce que c’est plus éloigné. J’adorerais travailler avec Mario de Gojira, je pense qu’il est un batteur phénoménal. Il est l’un de mes batteurs préférés. J’adorerais faire quelque chose avec Anders d’In Flames, je pense qu’il est génial. Un certain nombre de personnes de l’extérieur des États-Unis m’ont traversé l’esprit. J’ai travaillé avec des gens du metal, je pensais que beaucoup de gars que j’ai choisi sont plutôt issus du rock que sont Miles, Jacoby et Chester. Ils ne sont pas traditionnellement des gars du metal. En ce sens, j’ai l’impression de m’étendre un peu et de travailler avec des chanteurs plus mélodiques de hard rock. Mark Lanegan était certainement d’un style différent, un type de style de musique différent. Plus je m’implique, plus j’aimerais m’étendre encore plus, explorer et voir qui d’autre serait prêt à aller en studio et voir ce que nous pouvons faire.

Il pourrait être intéressant d’avoir des personnes d’autres origines.

Mark : J’adorerais en faire plus. Les résultats obtenus avec celui-ci et le processus ont été excellents, alors qui sait ?

Veux-tu faire un autre album comme ça ?

Mark : Je pense que oui, à un moment donné si j’en ai l’occasion. Cela dépend beaucoup de réception de celui ci, mais jusqu’à présent, tout va bien, les trois chansons que nous avons publié semblent recevoir de très bons retours. Nous nous préparons à faire une tournée américaine à la fin du mois de mars. Nous avons monté un groupe live et Mark Morales qui chante la chanson “Blur” sur l’album deviendra mon chanteur live, il interprétera sa version de toutes ses chansons et nous aurons quand nous pourrons, ce qui aura du sens pour les gens qui sont sur l’album, différents invités qui viendront chanter et jouer. Ce sera amusant à faire.

On imagine que ça doit être pénible d’organiser une tournée avec autant d’artistes.

Mark : Oui, c’est la raison pour laquelle nous n’avons mis en place qu’un groupe, car il nous faudrait environ cinq bus de tournée pour l’ensemble de l’album. (rires) Nous perdrions beaucoup trop d’argent.

Revenons au disque : quelle est ta chanson préférée sur cet album, à écrire ou à interpréter ?

Mark : Question difficile. J’ai travaillé aussi dur sur chacun d’elles. Mais certains d’entre elles se sont distinguées. Bien sûr, “Cross Off” est spécial, Chester donne une performance si passionnée et incroyablement énergique. Cette chanson est indéniablement remarquable.

“Axis” est pour moi l’une de mes préférées, car Mark Lanegan est l’un de mes chanteurs préférés et le groupe de personnes que j’ai pu rassembler pour cette chanson. Marc Ford du groupe Black Crowes joue de la guitare principale, il est le seul guitariste sur l’album parce qu’il est l’un de mes guitaristes préférés. Je joue de toutes les autres guitares de l’album mais Marc a sorti ce solo qu’il a fait avec brio. Mike Inez d’Alice In Chains et Steve Gorman de The Black Crowes à la section rythmique. C’était un peu un groupe de rêve pour moi. Myles Kennedy fait les choeurs sur cette chanson, donc c’est un groupe de personnes très complet.

“Reveal” est l’un de mes préférées parce que je pense juste que Naeemah est brillante, que le groupe sonne vraiment bien et que son ambiance est unique. Si vous l’écoutez à nouveau, vous entendrez que la section rythmique a été enregistrée en direct. Certaines des chansons sont réalisées en studio, partie par partie, puis assemblé, mais “Reveal” a été réalisée dans une grande pièce avec des micros ouverts, ce qui donne une impulsion différente.

“Blur” est l’une de mes préférées. Elle sonne bien et ressemble à une chanson des années 90, j’adore cette époque du rock.

D’après ce que tu as appris à faire toi-même sur cet album, vas-tu intégrer cette expérience à l’enregistrement ou à la création d’un nouvel album de Lamb Of God?

Mark : Je ne sais pas. Je pense que le processus suivi par Lamb Of God, la manière dont nous créons des disques, est très collaboratif et nous avons un rythme que je ne veux pas perturber. Je suis membre du groupe, j’apporte beaucoup de musique, beaucoup d’idées créatives, beaucoup de paroles, mais au bout du compte, je suis l’un des cinq membres du groupe. J’aime juste être l’un des membres du groupe. J’apprécie probablement cela maintenant plus qu’avant de faire cet album. Je ne pense pas que je perturberai trop ce processus. Je ne me vois pas pousser du coude pour être sur le devant de la photo ou quoi que ce soit du genre.

Sur cet album, tu devais tout faire toi-même. Comme tu l’as dit, ton nom y figure.

Mark : C’est mon nom dessus, je devais donc être le directeur de la création. C’est une chose que j’ai apprise. Je pensais que, depuis longtemps dans ma carrière, avec les albums que j’ai fait avec Lamb Of God, je sais comment on fait un album, je sais comment ça se fait, je suis un professionnel. Non, je sais ce que c’est que d’être membre d’un groupe, faire un album sur avec quatre autres personnes. Avec celui-ci, il y avait tellement de décisions que je devais prendre moi-même et je pouvais demander conseil à Josh ou à quelqu’un avec qui je collaborais pour obtenir leur avis. Mais au final, c’est mon nom, alors je dois prendre la dernière décision et la pression est forte. C’est un type de responsabilité et d’engagement différent. J’ai définitivement une nouvelle idée de ce qu’il faut pour faire un projet de cette taille.

Penses-tu que tu aurais fait cet album sans Josh ?

Mark : Ca aurait pu arriver mais ça n’aurait pas été le même disque. Josh était une partie importante de ce disque. Je ne saurais trop dire à quel point Josh était important pour ce processus et même pour Lamb Of God. Josh est une partie importante du processus dans la manière dont Lamb Of God a créé des disques. C’est un producteur incroyable.

Quelle musique écoutes tu en ce moment ? Y a-t-il quelque chose qui pourrait influencer Lamb Of God pour le prochain disque?

Mark : Dans l’avion, j’écoutais Jason Isbell. C’est un chanteur de country. C’est un très bon compositeur. J’ai écouté le nouvel album de Badflower. J’ai beaucoup aimé. J’ai écouté beaucoup de hip hop, ce qui est pour moi une constante. J’ai de nouveau écouté “Exile On Main Street”, j’y reviens toujours. Fabriqué en France fièrement ! (rires) J’ai écouté Tom Petty. C’est ce qui me vient à l’esprit ces derniers temps. Est-ce que cela influencera Lamb Of God ? Non, peut-être. Je m’inspire un peu partout. J’écoute toujours le nouveau Gojira, je pense que c’est fantastique. J’aime Deafheaven.

Tu écoutes du hip hop alors pourquoi ne pas avoir des chanteurs hip hop sur un autre album ?

Mark : Je ne sais pas. Parfois, vous voulez juste être fan de quelque chose. Je suis juste un fan de hip hop, je n’ai pas besoin de le faire. Je suis aussi un fan de football américain mais je ne vais pas essayer de rejoindre une équipe. (rires)

Pour terminer, dernière question: nous sommes “RockUrLife”, alors qu’est-ce qui rock ta life Mark ?

Mark : Qu’est-ce qui rock ma life ? Ma fille. C’est un ouragan. C’est est une tempête. Elle est super. Elle aime la musique, elle aime la danse. Elle est très bavarde sur le fait qu’elle n’aime pas le rock, elle n’aime pas le heavy metal.

Elle est probablement trop jeune.

Mark : Elle a huit ans, elle peut aimer la musique rock. Elle aimait Nirvana et chaque fois que nous enregistrons un nouvel album de Lamb Of God, je vérifie constamment les mixes, les nouvelles démos et ce genre de choses, de sorte qu’au moment de la sortie de l’album, elle connait toutes les chansons. Mais maintenant, elle est très anti-rock alors… Ma fille a chamboulé toute ma vie. Elle aime la musique pop et la musique sur laquelle elle peut danser. Elle est très amusante. Ce n’est pas une réponse rock n’roll, mais c’est ce qui m’est venu à l’esprit.

Site web : markmortonmusic.com

Ecrire un commentaire