InterviewsSlideshow

JADE JACKSON (06/05/19)

English version

Juste avant la sortie de son deuxième album, “Wilderness”, nous avons eu la chance de rencontrer Jade Jackson. Et la jeune artiste est aussi talentueuse que gentille et humble. Sa musique va vous transporter dans les déserts américains et vous en redemanderez !

Salut Jade ! Est-ce la première fois que tu viens à Paris ?

Jade Jackson : Eh bien non ! Je suis déjà venu à Paris il y a une dizaine d’années quand j’étais au lycée. J’ai eu la chance de visiter la Tour Eiffel, c’était incroyable.

Qu’est-ce que tu aimes dans la magie ?

Jade : C’est une ville magnifique. J’avais rencontré cette fille quand j’étais au lycée, elle vivait à Paris. Elle me racontait les histoires de son enfance à grandir ici, c’était génial. J’adore aussi la vieille architecture.

Quand as-tu commencé à jouer de la musique ?

Jade : C’était il y a quatorze ans à peu près. J’avais enregistré un ou deux albums que j’avais produit moi-même mais c’était si horrible que je ne les ai jamais sortis. C’était tout de même une bonne expérience. Je jouais ces chansons quand je donnais des concerts dans des petits cafés ou bars. C’était douloureux d’écouter le résultat car c’était bien trop loin de ce que j’avais en tête. C’est seulement mon deuxième album officiel, mais j’écris des chansons depuis mes débuts. C’est génial d’avoir aujourd’hui un producteur qui a le mêmes goûts que les miens et qui m’aide à atteindre les buts que je me fixe et à accomplir ma vision.

Est-ce que tu as un artiste ou un album en tête quand tu enregistres ?

Jade : Oui, surtout Tom Petty. Mon producteur et moi nous essayons de recréer l’atmosphère que tu peux trouver sur les albums les plus connus de Petty. Mais nous nous inspirons aussi de vieux albums country, folk et même punk. Nous avions la même idée en enregistrant le premier album. La différence majeure avec le premier c’est que durant la tournée du premier album, j’ai pris l’habitude de jouer avec un batteur donc je voulais quelque chose de plus rythmé sur mon deuxième album.

C’est parfois compliqué d’apprendre à jouer avec d’autres musiciens, surtout avec un batteur, quand on a appris la musique seule.

Jade : Oui ça l’est ! Je me souviens, la première fois que j’ai répété avec mon batteur, nous jammions mais c’était tellement dur pour moi de me caler sur son tempo. Mais maintenant que c’est intégré à ma musique, c’est vraiment cool.

Tu joues avec le même groupe depuis ton premier album ?

Jade : C’était le cas oui mais depuis l’enregistrement du deuxième album, mon guitariste et mon bassiste ont quitté le groupe. Ca m’a brisé le coeur car ce sont mes meilleurs amis, mais je ne les blâme pas. C’est une industrie compliquée. Mais quand une porte se ferme, une autre s’ouvre. J’avais du mal à le voir sur le moment mais depuis nous avons trouvé un super guitariste et un super bassiste.

Ecrire un deuxième album peut être parfois compliqué puisqu’avec le succès d’un premier album, tu découvres une forme de notoriété. Comment as-tu géré de quitter ta vie “normale” ?

Jade : Je reste concentré sur ma musique. Pour moi, j’écris juste des chansons, je les enregistre et le reste c’est de la chance et du timing ! Ce n’est pas parce que tu es connu que tu ne peux pas être déprimé ou anxieux. Donc j’essaie de rester concentrée sur ma musique et de vivre le plus simplement possible. Ce n’est pas facile, surtout maintenant avec les réseaux sociaux où les gens ne partagent que les meilleurs moments de leurs vies, moi également ! Parfois c’est donc dur de rester concentrée sur moi-même et de ne pas me comparer avec les autres.

As-tu peur du fait qu’un jour tu te rendes compte que ta vie ne t’appartienne plus à cause de la notoriété ?

Jade : Non ça ne me fait pas peur. Je suis entourée par une super équipe. Plus je deviens connue, plus cela m’apporte un public pour partager avec mes chansons. Pour moi c’est positif. Après, je n’essaie pas de garder les gens autour de moi à tout prix. Mais par exemple, mon groupe c’est mon propre groupe, je n’engage pas des musiciens uniquement pour la tournée. Nous sommes tous égaux et nous sommes proches les uns des autres. Je me sens en sécurité avec eux. Et c’est la même chose avec mon management. Je n’ai pas le sentiment de faire des choses contre ma volonté, j’ai plus l’impression que nous travaillons tous à faire en sorte que ma carrière progresse.

Parlons de ce nouvel album. Où et quand l’as-tu écrit ?

Jade : Comme je ne m’arrête jamais d’écrire, j’ai commencé à travailler sur le deuxième album alors que le premier n’était pas encore sorti. Toutes les semaines environ j’avais une nouvelle chanson que j’apportais au groupe. S’ils voulaient la jouer en live, ça voulait peut-être dire que le titre était bon. (rires) L’album a donc été écrit majoritairement sur la route, parfois même en jammant avec le groupe.

Même si le projet porte ton nom, tu sembles vraiment ouverte à travailler avec d’autres musiciens et à écouter les idées de tout le monde.

Jade : Oui. Je vois toujours le meilleur dans chaque personne. Et je ne crois pas être une meilleure songwritter que n’importe qui d’autre. Donc parfois, mon batteur a une meilleure vision d’une chanson, ou mon producteur. Donc pourquoi pas ? Tant que cela rend le titre meilleure, je n’accorde pas vraiment d’importance à qui a le dernier mot.

Quelque chose nous dit que tu as déjà commencé à travailler sur ton troisième album.

Jade : Coupable ! C’est le cas en effet.

Comment gères-tu le fait de faire la promo d’un album alors que tu travailles sur un autre ? C’est deux états d’esprit différents.

Jade : Je ne sais pas, j’écris des chansons depuis tellement longtemps maintenant. Je faisais des concerts quand j’étais au collège, ou au lycée et je devais jouer trois ou quatre heures d’affilées. Juste avec mes chansons. Donc pour moi je continue d’écrire mes chansons et parfois je garde les douze meilleures pour les enregistrer sur un album.

Pour finir, notre site s’appelle “RockUrLife”, qu’est ce qui rock ta life ?

Jade : La musique, être ici et voyager grâce à ma musique.

Site web : jadejackson.com

Ecrire un commentaire

Nathan Le Solliec
LE MONDE OU RIEN