CAGE THE ELEPHANT (24/10/17)

Par Léa Berguig le 29 mars 2018
Rédaction : Léa Berguig / Crédit photos : Emma Birski

Au milieu d'une semaine parisienne bien chargée pour Cage The Elephant, RockUrLife a retrouvé le frontman charismatique Matt Shultz pour une interview express, à l'issue d'un concert enflammé au Trabendo.

Commençons par le grand évènement du moment. Comment se sont passés vos deux concerts pour les Rolling Stones? On s'adresse actuellement à quelqu'un qui a fait la première partie du groupe légendaire deux soirées de suite.

Matt Shultz (chant) : (rires) Les deux premiers shows ont été géniaux, les Rolling Stones sont très gentils.

La dernière étape est demain.

Matt : Oui, il nous reste un concert. Et malheureusement, on devra rentrer à la maison.

Parlons de réseaux sociaux, et de leur influence sur la psyché. Plus précisément au sujet des avantages et inconvénients à être connecté en permanence. C'est une grande pression supplémentaire au simple fait d'être artiste lui-même. Lorsque tu quittes la scène, tu te connectes sur les réseaux, et tu restes malgré tout au centre de l'attention. La demande est constante pour les personnes avec un certain degré de célébrité. Quel est ton ressenti face à ça ?

Matt : J'y prête attention seulement quand je le veux. Si cela me stresse, je change de direction. Depuis récemment, j'essaie d'être très sincère avec les gens sur Internet. Je ne pense pas que les réseaux sociaux soient fondamentalement mauvais. On les utilise tous de différentes façons. Une grande part de ce que je fais relève de la performance, une sorte de théâtre représentatif de ma vie, et cela peut déboussoler les gens. Mais ce que j'essaie de faire, c'est soulever des questionnements. Je pense que la confusion est à la fois une bonne et une mauvaise chose. La confusion est soit prévue et projetée sur les gens, ou elle prend vie lorsque quelqu'un tente de prendre quelque chose de pur et beau et de le changer pour l'intérêt de sa propre doctrine. Ce sont des éléments négatifs qui mènent à un point d'interrogation, mais je trouve les points d'interrogation très beaux.

L'industrie musicale semble s'ouvrir de plus en plus à certains sujets de société, comme la santé mentale, les inégalités de genre ou encore la question de genre en elle-même, afin de faire de ce milieu un environnement plus respectueux et serein. A votre concert à l'Alhambra, on a vu ton frère Brad (guitare) interpeller quelqu'un dans la foule après l'avoir vu se comporter de manière inappropriée avec une jeune fille. A quel point tout cela vous tient à cœur ?

Matt : Je pense que ces actions sont toutes aussi importantes sur scène que dans la vie quotidienne. Il y a cette espèce de sentiment d'incrédulité aux concerts, mais ça ne veut pas dire que tu peux faire ce que tu veux.

David Bowie, que tu aimes beaucoup, a dit : "La musique représente le masque que le message porte, la musique est le Pierrot, et moi, l'interprète, je suis le message". Quel est le message derrière Cage The Elephant ?

Matt : Il y a un message de manière certaine, et il se trouve dans toutes nos chansons. Néanmoins, je pense que l'une des raisons pour lesquelles tu fais de l'art est justement pour ne pas devoir expliquer, sauf dans des moments intimes. En interview, je n'explique généralement pas les sens derrière les chansons, parce que j'espère que notre musique traduit ce message par elle-même. Je ne veux pas qu'on me plastifie, que je devienne un produit commercial.

Après avoir tourné aux quatre coins du monde, où te sens-tu véritablement chez toi ?

Matt  (sourit) C'est une bonne question. Je ne me sens à la maison nulle part. A part en France, en Argentine et au Japon, où je ressens des sentiments forts de familiarité.

C'est comme un triangle géant.

Matt : (rires) Peut-être. Je n'ai jamais ressenti cette attraction autre part.

Que fais-tu en dehors de la musique qui contribue à ta musicalité ?

Matt : Pour moi, tout se croise et est source d'influence mutuelle. Je fais beaucoup de choses en dehors de la musique. J'adore réaliser des vidéos, peindre, écrire, lire, j'aime aussi le business. Le business est très créatif, dans le sens où il essaie de rendre tout le monde heureux; c'est ce que je préfère.

Une dernière question avant que l'on ne se quitte; la même que la dernière fois. Cette année, qu'est ce qui rock ta life ?

Matt : La métamorphose. Je rencontre tant de bon changements cette année.

On a fini, merci !

Matt : OK merci beaucoup !

 

 

Site web : cagetheelephant.com

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK