ChroniquesSlideshow

Vampire Weekend – Father Of The Bride

Il s’agit de l’un des comeback les plus attendus de la scène indie. Six ans après le cultisme “Modern Vampires Of The City”, Vampire Weekend sort son quatrième album intitulé “Father Of The Bride”. Durant les dernières années, les membres du groupe ont pris des chemins différents et Rostam Batmanglij a quitté la formation. Cela n’a pas empêché Ezra Koenig, Chris Baio et Chris Tomson de se retrouver et d’offrir aux fans le nouvel opus tant espéré.

“Father Of The Bride” marque une coupure avec son prédécesseur. Fini l’indie rock et sa traditionnelle guitare-basse-batterie. Entre complexité et expérimentation, il est difficile de suivre le raisonnement de ce double album à la première écoute. Alors qu’ils ont décidé de ne pas trop se prendre au sérieux, les musiciens se sont inspirés de nombreuses influences très différentes les unes des autres. Dix-huit titres, et aucun ne se ressemble réellement. Entre pop baroque, folk psychédélique ou encore jazz, “Father Of The Bride” paraît certes désordonné mais en reste néanmoins séduisant.

Percussions, beatboxs, claviers : tout y est. Vampire Weekend abandonne ses acquis pour une approche plus moderne, sans réelle structure, déroutante au début mais qui s’avère payante. Alors que certains morceaux sonnent plus rétro comme “Unbearably White”, d’autres sont plus modernes et comportent même de l’autotune, comme avec “Flower Moon” feat. Steve Lacy.

Globalement attractif, l’ensemble comporte cependant quelques morceaux qui paraissent moins aboutis. Avec un aussi grand nombre de chansons, cela devait arriver. C’est le cas de “Sympathy”, qui, à force de vouloir mélanger tout les styles, s’y perd un peu. Mais pas d’inquiétude, la plupart des titres sont réussis et entre la minimaliste “2021”, la jazzy “My Mistake” ou encore la ballade “Jerusalem, New York, Berlin”, il y a forcément un morceau qui correspond à son humeur du moment.

Certes difficile à écouter d’une seule traite, l’album offre un patchwork d’émotions qui est vibrant par son hétérogénéité. La formation avait besoin de se renouveler et c’est réussi. Les fans, quant à eux, devraient être heureux de retrouver leur groupe favori sous un nouveau jour. Une chose est sûre, le trio américain s’est fait plaisir et n’a pas hésité à interpeler son public.

Informations

Label : Sony Music / Columbia
Date de sortie : 03/05/19
Site web : www.vampireweekend.com

Notre sélection

  • This Life
  • 2021
  • Hold You Now (feat Danielle Haim)

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire