ChroniquesSlideshow

Thunder – Dopamine

All The Right Noises (2021) sorti l’an dernier, les Anglais sont naturellement retournés en studio. “Born in lockdown, delivered in lockdown” est la formule une nouvelle fois employée par un groupe pour qualifier son nouveau disque. Ainsi, Thunder fait -déjà- son retour dans les bacs avec son quatorzième album studio ! Dopamine (2022) est d’ailleurs le premier double album de la bande menée par Danny Bowes (chant) et Luke Morley (guitare). Une aventure créative à la fois complexe à concrétiser et ô combien révélatrice d’une envie de s’extirper de la morosité de ces deux années passées.

Électrisant

D’une vingtaine de morceaux, le quintette s’est finalement arrêté sur seize titres. L’effort de réduire le matériel à disposition étant trop conséquent, car impactant directement la cohérence de l’ensemble à venir, c’est ainsi que ce double album a pris forme. Et le classic/hard rock dans tout cela ? N’ayez crainte ! Durant ces soixante-dix minutes d’écoute, il y en a pour tous les goûts.

Prenez le large avec “The Western Sky”. Une belle ouverture, tout aussi belle que le clip animé qui accompagne ce single. Une virée en moto dans l’Ouest américain qui traduit une volonté de prendre le large et de laisser l’actualité de côté. Comment ne pas les comprendre ?

La société d’aujourd’hui en trame de fond

Thunder fait ensuite écho, de manière directe ou détournée, à la société dans laquelle nous vivons : de l’aspect personnel et psychologique unique à chacun (et lié à la crise sanitaire), tel “One Day Will Be Free Again”, mais également à l’utilisation et l’omniprésence des réseaux sociaux pour “vivre” et “être validé“, d’où cette pochette d’album plus qu’évocatrice.

Musicalement, les Anglais délivrent un disque de très bonne facture. Électrique, électroacoustique, plus old school (“The Dead City”) ou assez moderne (“Black”), la diversité est une nouvelle fois au programme. Puis malgré l’inspiration initiale, des lueurs d’espoir apparaissent. Comment ne pas positiver, transmettre de bonnes énergies en musique ? “Dancing In The Sunshine” en est le parfait exemple. Un hymne aux jours heureux (sic).

“I Don’t Believe The World” illustre lui la diversité et l’inédit qui entoure l’album. En effet, les parties de piano furent enregistrées avec le même instrument sur lequel a performé Freddie Mercury pour Bohemian Rhapsody. Sauf que ce petit son, en guise d’introduction, est en fait le son qu’a fait une des cordes du piano, peu avant de céder. Sacrilège, le piano de Freddie ! N’oublions pas également le groovy “Big Pink Supermoon” et son solo de saxophone, et les touches de violon et d’accordéon qui ponctuent d’autres instants également.

Que dire ? Bien que l’écoute soit longue, une heure et dix minutes, ce double album est une vraie réussite. Malgré une dynamique alliant les hauts et les bas, parfois de manière trop nettes, avec Dopamine, Thunder saura activer et influer sur votre plaisir.

Informations

Label : BMG
Date de sortie : 29/04/2022
Site web : thunderonline.com

Notre sélection

  • The Western Sky
  • Dancing In The Sunshine
  • I Don’t Believe The World

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire