ChroniquesSlideshow

The Wombats – Fix Yourself, Not The World

À presque vingt ans de carrière, The Wombats n’a pas fini de nous surprendre ! Créé en plein confinement, à distance, ce nouvel album Fix Yourself, Not The World est porteur de nombreuses promesses. Mais est-ce encore possible à notre époque de continuer à se renouveler après deux décennies ? On vous dit tout !

La COVID attitude !

C’est dans des conditions assez inédites, bien que de plus en plus répandues désormais, que ce nouvel album trouve ses origines ! C’est à sa propre initiative que le chanteur Matthew Murphy recontacte le bassiste Tord Øverland Knudsen basé à Oslo et le batteur Dan Haggis à Londres pour travailler sur ce nouveau disque. Enregistré séparément, l’album sera finalisé sous la houlette de plusieurs producteurs dont Jacknife Lee, Gabe Simon (Dua Lipa, Lana Del Rey), Paul Meaney (Twenty One Pilots) et Mike Crossey (The 1975). De quoi annoncer du lourd !

Un album pour convaincre

Et c’est le cas ! The Wombats a de grands défis devant lui : remettre à l’ordre du jour un style trop banalisé et lui redonner ses lettres de noblesse. Dès le premier titre “Flip Me Up Inside Down”, le ton est donné. Que ce soit par les percussions intenses, couplées par la profondeur des basses, le tout sur un air mélodieux mais à la fois tranchant. Le tout annonce que vous êtes entre de bonnes mains.

Le plus remarquable reste sans nul doute la performance vocale de Matthew Murphy. Pour un public moins averti de The Wombats, il pourrait être comparé à un autre Matthew. Le chanteur de Muse. Ce ton groovy, si spécial capable de monter haut dans les aiguës, mais également d’apporter une voix plus chaude et plus saturée. Voilà de quoi être impressionné.

Du neuf avec du vieux

Outre la perfection de l’exécution des instruments, on sent clairement que The Wombats a pris son temps. Les musiciens se sont, à défaut d’eux-mêmes, inspirés des meilleurs. Beaucoup de teintes passant de Madonna pour le coté “pop”, avec “This Car Drives All By Itself” à Blur pour les morceaux plus “hard“. Mais ce sont les touches de Radiohead qui apportent le plus à la production.

Mais attention, nous sommes bien loin d’un ensemble qui se perd dans les fonds d’influences, en quête d’une identité. Il est bien beau de se comparer aux autres, mais rassurez-vous, ici The Wombats fait du The Wombats ! Nous retrouvons beaucoup des précédents disques, à savoir ce côté aussi bien dansant, que rock n’roll voir par moment stoner. Mais la dose de maturité est bien là ! Ce “laisser-aller” aux influences diverses montre cette volonté de faire évoluer le style sans perdre l’identité du trio. Cela est ici appliqué avec une main de maître.

Le problème avec un album bien ficelé, c’est qu’une fois que le constat positif est fait, il n’y a plus grand chose à ajouter. Le style de The Wombats, désormais repris par un grand nombre d’artistes, nous aurait presque fait oublier à quel point il est bon lorsque c’est bien fait. Rarement nous avons eu la chance de voir un groupe nous produire un disque aussi mature et abouti. Surtout après vingt ans sur les planches. Il n’y a plus qu’à espérer voir à nouveau l’apogée de The Wombats. Et voir une nouvelle génération inspirée, faire vibrer ce cœur de musique.

Informations

Label : AWAL
Date de sortie : 14/01/2022
Site web : www.thewombats.co.uk

Notre sélection

  • Flip Me Upside Down
  • People Don’t Change People, Time Does
  • Ready For The High

Note RUL

 4,5/5

Ecrire un commentaire