ChroniquesSlideshow

The Wash – Just Enough Pleasure To Remember

Avec son premier album “Just Enough Pleasure To Remember”, The Wash prend par les sentiments en proposant des compositions soignées baignées de nostalgie.

Les influences sont diverses. Et le style se dessine dans nos oreilles au fur et à mesure que se joue l’ensemble. Ce premier disque, à l’identité déjà marquée, risque de rapidement propulser le groupe sur nos ondes radiophoniques.

Souvenirs Souvenirs

Duo franco-américain composé de Jérôme Plasseraud à la guitare et de David Quattrini au chant et au clavier, The Wash est avant tout une rencontre. En 2017, le projet des deux artistes voit le jour et trouve son nom – en attendant de s’en faire un-, mais également son univers.

Les sonorités électro rock de l’ensemble sont parfois psyché. Mais toujours nostalgiques. Notamment grâce à l’omniprésence du synthé analogique qui donne un côté vintage aux œuvres. C’est d’ailleurs sous les auspices des souvenirs bienheureux et des réminiscences d’un passé presque sacralisé que semble être composé cet album qui propulsera le tandem artistique.

Des tubes en puissance

The Wash est un projet musical où chant, instruments, mixage et production vivent une sorte de synergie positive pleine d’entrain. En ouverture, les riffs dynamiques de “TwoFace” rappellent instantanément l’énergie solaire de Phoenix. La chanson entraîne dans un tourbillon pop rock. La voix mélodieuse du chanteur trouve parfaitement sa place entre la guitare et le synthé.

Arrive ensuite “Summer”, dévoilé en septembre 2019 en teasing du projet. Cette ballade électro pop rock rappelle les vacances et berce par ses accents mélancoliques. “Strange Gift” vient confirmer l’énergie et le potentiel du duo, avec une guitare et une voix qui montent progressivement en puissance, de paire avec un fond électro étrangement rempli d’émotions.

La production léchée de ce “Just Enough Pleasure To Remember” est en capacité d’offrir des hymnes hyper positifs comme des ballades mélodieuses. “Morning Lights” et les accents mystiques de son synthé transportent vers les influences plus psychédéliques du duo. Et l’écho du chanteur en devient presque divin.

Authenticité électronique ?

Grâce au duo formé par la guitare et le synthé analogique, The Wash a un horizon immense de combinaisons musicales à sa portée. “Invention” sent l’été et les festivals par son côté groovy et les aigus enjoués du frontman. Des instants plus authentiques se font entendre sur des titres comme “Japanese Genius” ou “Get On By”, lorsque la voix et la guitare se posent et s’apaisent mutuellement.

Cette authenticité musicale est cependant évincée à plusieurs reprises par une boîte à rythme ou des effets de synthétiseur écrasants. Les différents éléments rythmiques de “Hart” laissent finalement assez peu de place à la voix et installent un vernis presque artificiel au morceau. Sur “Holden”, le dénuement de la voix accompagné par la guitare est rattrapé en deuxième partie de titre par la profusion d’échos et leur robotisation.

Avec “Just Enough Pleasure To Remember”, The Wash impose son style et son univers déjà solidement construit grâce à un premier album qui laisse de très bons souvenirs !

Informations

Label : Velvet Cream
Date de sortie : 07/02/2020
Site web : thewash.band/music

Notre sélection

  • TwoFace
  • Summer
  • Morning Lights

Note RUL

 3,5/5

Ecrire un commentaire

Mathilde Deau
Inconditionnelle de festivals et ouverte à toute proposition musicale.