ChroniquesSlideshow

The Lumineers – III

Après deux albums et quelques EP, le groupe américain folk rock fait son retour. Vraie sensation aux Etats-Unis, en France, on connait plutôt le titre “Hey Ho!” qui a maintenant quelques années. Et pourtant, les Lumineers sont bien plus que ça.

Pour son disque sobrement intitulé “III”, les Américains racontent une histoire. Chaque morceau est accompagné d’un clip, formant un long-métrage relatant l’histoire d’une famille à travers différentes générations. Le film a d’ailleurs été entièrement diffusé lors du Toronto International Film Festival début septembre. The Lumineers nous réserve de grosses surprises.

Album de cinéma

Entrons dans le cœur de l’histoire : celle d’une famille de la classe moyenne aux Etats-Unis. Le disque se divise en trois chapitres, le premier se consacrant à Gloria Sparks. Une entrée en matière tout en douceur avec “Donna”, au piano entêtant qui nous embarque immédiatement dans une atmosphère mélancolique. Cette première partie relate l’histoire d’une mère addict, avec des paroles plus sombres que ce que l’on a pu connaître de la formation auparavant. La chanson “Gloria” signe la fin de cette partie,  avec la fuite du personnage.

Puis bond en avant pour se retrouver aux côtés du petit-fils, Junior Sparks. Jeune homme qui vit sa première rupture, vit avec un père violent. Encore une fois, les textes sont plus durs, notamment sur “Leader Of The Landslide” : “You drove me wild, drove me insane, drank the whole bottle, forgot my name”. Enfin, il s’échappe, avec “Left For Denver”, à la rythmique entêtante, revenant aux sonorités des Lumineers.

Pour terminer, le dernier chapitre fait référence au père de Junior, Jimmy Sparks. Le début de son histoire, “My Cell”, est probablement la plus jolie chanson de l’ensemble. Elle porte un sentiment fataliste, profond sur fond de piano. Son histoire est claire : le fils de Gloria a suivi le même chemin. Le dernier titre “Salt And The Sea” est révélateur : “There we will be, like an old enemy, like the salt and the sea”. L’un ne peut se détacher de l’autre.

Un fond de folk

Le projet est certes nouveau mais on retrouve tout de même ce qui fait la particularité de The Lumineers : la voix cassée, parfois poussée et accompagnée de choeurs de Wesley Schultz, la guitare rythmée, les notes au piano. Si l’atmosphère est plus lourde par rapport à ce à quoi le groupe nous a habitués, on retrouve la patte des artistes. C’est le cas sur “Gloria”, qui fait référence à une femme alcoolique, mais qui repose sur un instrumental reconnaissable entre mille.

Cerise sur le gâteau, “III” comprend trois titres bonus. Des morceaux assez diversifiés, qui font terminer l’écoute sur une note plus colorée, comme avec “Soundtrack Song”. Une bonne façon de conclure une œuvre qui marque un tournant dans la carrière de The Lumineers.

Il était temps que The Lumineers revienne à nos oreilles françaises et devienne plus visible. Loin de se reposer sur ses lauriers, The Lumineers frappe un grand coup et nous emmène dans une histoire qui restera avec nous pour un bon moment.

Informations

Label : Universal Music / Capitol
Date de sortie : 13/09/2019
Site web : thelumineers.com

Notre sélection

  • My Cell
  • Jimmy Sparks
  • Gloria

Note RUL

 4,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire