ChroniquesSlideshow

The Faim – State Of Mind

Depuis la sortie de l’EP “Summer Is A Curse” (2018), The Faim a fait un bon bout de chemin. Entre changement de musiciens et explosion sur la scène musicale internationale, les Australiens ont (tout de même) trouvé le temps de s’enfermer en studio et de sortir leur premier album, “State Of Mind”.

Étrange situation dans laquelle nous sommes : nous avions pu découvrir en avant première quelques titres de cet album en devenir lors du concert de février aux Etoiles. Entre une version live non aboutie et une version studio, le grand écart est tout à fait possible. Sans compter la difficulté de retranscrire en studio l’énergie inépuisable dont fait preuve le chanteur Josh Raven. L’essai est-il transformé ?

Autant le dire tout de suite : le groupe ne réinvente pas la roue. Mais il a le mérite d’y mettre beaucoup de cœur et de sincérité.

Jeunesse et fougue

“State Of Mind” nous livre dix titres puissants et bien produits. Les influences de Fall Out Boy ou Panic! At The Disco sont relativement bien digérées (hormis sur “Buying Time” qui, malgré son influence manifeste des groupes sus-nommés, est l’un des meilleurs morceaux du disque).

Les thèmes abordés ne sont pas novateurs mais restent pertinents : une relation compliquée père-fils avec la ballade “Where The River Runs”, des histoires d’amour contrariées avec la très influencée Twenty One Pilots “Humans” ou encore les tribulations d’une jeune fille perdue avec “Amelie”. Ils sont en tout cas traités avec beaucoup de profondeur et de sensibilité. Tout le monde pourra se retrouver dans les sujets traités par Josh.

Et la musique dans tout ça ?

Pas de grande révolution. C’est bien exécuté mais cela manque parfois de finesse ou d’inspiration. Les envolées lyriques de Josh nous laissent sur un goût d’inachevé (“State Of Mind” et sa fin sèche), et les quelques solos de guitare ne sont pas tout à fait aboutis. Mettons cela sur le coup de la jeunesse, la formation australienne est encore récente. Nous sommes prêts à parier que dans quelques mois et avec pas mal de tournée le quatuor aura progressé.

Rien de bien révolutionnaire dans ce “State Of Mind” extrêmement agréable et positif. Cela permet au moins à The Faim de se dévoiler et de s’affirmer. Reste que le chemin qu’il souhaite prendre n’est pas encore très clair. Quelles sont ses ambitions ? L’avenir nous le dira. En attendant, ce premier album pose des bases solides pour les Australiens. Gardons un œil sur eux pour la suite. Ils ont en tout cas suffisamment de talent pour aiguiser notre curiosité.

Informations

Label : BMG
Date de sortie : 13/09/2019
Site web : thefaim.com

Notre sélection

  • Summer Is A Curse
  • Buying Time
  • State Of Mind

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire