ChroniquesSlideshow

The Damned Things – High Crimes

Les foutues choses. Ces foutues années séparant les deux uniques albums de The Damned Things. Neuf pour être précis. Revenons un peu en arrière. En 2010, les Avengers du heavy metal joignent leurs forces pour former The Damned Things. En prélude à Captain America et autre Iron Man, Joe Trohman (guitare) et Andy Hurley (batterie) de Fall Out Boy s’associent à Scott Ian et Rob Caggiano. Tous deux sont guitaristes au sein d’Anthrax. Le tout est sublimé par Keith Buckley, chanteur hurleur des furieux Every Time I Die et de Josh Newton à la basse.

Un premier album, “Ironiclast” (2009), parait. Ce dernier propose un heavy metal aux relents rock et hardcore. Si le disque est salué tant par le public que la critique, cette parenthèse dorée ne reste malheureusement qu’une maigre parenthèse durant deux petites années. C’est donc presque sorti de nulle part que ce deuxième album parait près d’une décennie après son grand frère. Entre temps, Caggiano et Newton ont quitté le navire. Ces derniers sont remplacés par Dan Andriano d’Alkaline Trio à la basse. Les Avengers on vous dit !

Si le premier album de The Damned Things était frais et réjouissant, il souffrait d’un petit manque de surprise, le rendant très bon à défaut d’être culte. Les musiciens étaient tiraillés entre s’affranchir de leurs formations respectives, trouver une identité nouvelle et faire leurs preuves.

Sur “High Crimes”, ces défauts ont majoritairement été gommés. La cohérence des chansons est bien plus homogène. Si chacune des compositions explore des facettes diverses du all star band, la ligne directrice est clairement identifiable. A savoir un rock heavy, burné et fun. “Cells”, “Carry A Brick” ou encore “Young Hearts” jouent la carte de l’efficacité à fond. Et ça marche !

Les titres s’enchainent facilement. On hoche la tête au rythme effréné des chansons sans s’ennuyer une seconde. La production et le mix de l’album sont pensés pour que l’ensemble soit massif. Le tout sans pour autant tomber dans le gras exagéré rendant les chansons indigestes. Ainsi, la batterie est incisive, les guitares massives et précises tandis qu’au rayon du chant, Buckley confirme sa tendance à favoriser un chant clair plutôt qu’hurlé depuis quelques années. Le groupe sait aussi nuancer son propos. Notamment avec l’excellente “Omen” qui, sur un mid tempo bluesy, réussit à introduire une légère boucle de claviers vraiment pertinente.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à ce “High Crimes” est à peu près le même qui en fait sa qualité principale. C’est à dire que l’on sent que les membres du groupe ont pris plaisir à se retrouver et à composer de très bonnes chansons rock ensemble, en donnant l’accent sur le fun et l’énergie. En résulte un album agréable mais pas ce qu’il y a de plus surprenant. Peu importe au final. “High Crimes” est un excellent disque et les récentes déclarations du groupe laissent à penser que la suite des aventures de The Damned Things ne devrait pas se faire attendre trop longtemps.

Informations

Label : Nuclear Blast
Date de sortie : 26/04/19
Site web : www.thedamnedthings.com

Notre sélection

  • Omen
  • Cells
  • The Fire Is Cold

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Nathan Le Solliec
LE MONDE OU RIEN