ChroniquesSlideshow

Tame Impala – The Slow Rush

Depuis 2010 et en trois albums, Tame Impala s’est imposé comme LE phénomène et groupe à suivre. Après “Currents” en 2015, les Australiens de Tame Impala sont enfin de retour avec “The Slow Rush”. Ce quatrième album sort ce vendredi 14 février pour ensoleiller ce mois plutôt moche.

À la tête du groupe, le génie solaire Kevin Parker qui n’est plus à présenter. Le monde de la musique se l’arrache pour des collaborations folles. De Lady Gaga en passant par Travis Scott, Kanye West ou encore le groupe français Moodoïd. Et pour cause, partout où passe Parker un petit bijou se crée. “The Slow Rush” ne déroge pas à la règle et risque de beaucoup faire parler de lui.

Un changement progressif

Lorsque qu’en 2010 Tame Impala est arrivé avec son premier disque “Innerspeaker”, l’ambiance était aux années 70 et LSD. Un rock psyché flamboyant comme on n’en avait plus entendu depuis longtemps. Il en était de même avec “Lonerism” en 2012. Puis “Currents” annonçait déjà les prémices d’une transition stylistique. Moins de rock, plus de pop, un album beaucoup plus accessible et donc plus vendable. Ce n’est évidemment pas une critique mais un simple constat et cela n’enlève en rien l’excellente qualité de cet ensemble qui fait parti des disques les plus importants de la dernière décennie.

Avec “The Slow Rush” il est vrai que Parker et sa bande ont pris leur temps. Ils ont, de toute façon, habitué leurs fans comme ça. Il est fort probable que ceux de la première heure ne retrouvent pas ce qui les a tant charmé lors du début du groupe, mais il se peut aussi que de nouvelles oreilles tombent dans la spirale Tame Impala.

Un mélange de styles

En soi, l’essence même de Tame Impala est préservée. Les musiciens nous offrent toujours des rythmes lancinants, chauds, colorés. Ils ne sont évidemment pas australiens pour rien. “One More Year” est un parfait morceau parfait d’ouverture et illustre très bien tout ça. Rythmes dansants, vocodeurs divers et variés. De la pop sucrée qui fait du bien aux oreilles.

Avec “Is It True” Tame Impala décide d’explorer les rythmes électro/hip hop. Les Daft Punk pourraient être en featuring et Mark Ranson à la prod’. Sur “Glimmer” les synthés et autres rythmes électros sont divins et feront incontestablement bouger votre tête et pas que. Ici, le peu de guitare qu’il y a fait évidemment penser au jeu hyper funk de Nile Rodgers. La ligne de basse sur “Lost In Yesterday” est groovy à souhait et les effets de synthétiseurs ne sont pas sans rappeler les précédents disques.

On retrouve tout de même l’esprit des anciens disques avec “Posthumous Forgiveness”, “On Track”, “Instant Destiny” où la psyché lancinante est encore très présente (pour notre plus grand plaisir). Celles-ci sont non sans rappeler les fameuses “The Moment” (“Currents”) ou “Why Won’t You Make Up Your Mind?” (“Innerspeaker”).

Un album réussi mais… 

Ce condensé de styles permet à cet album d’être accessible pour le plus grand nombre. Mais, il faut tout de même avouer que les guitares sexy comme sur “Elephant” (“Lonerism”), celles complètement barrées et électriques de “Solitude Is Bliss” et “Lucidity” (de “Innerspeaker”) manquent cruellement. Tout comme les parties de batterie et de basse dingues rappelant bien évidemment Pink Floyd, Jefferson Airplane ou King Crimson.

“The Slow Rush”, est malgré cela, un disque parfaitement réussi et maîtrisé. Parker semble de mieux en mieux se connaître, semble de mieux en mieux savoir où il veut aller, tout en continuant d’explorer le champ des possibles sans trop oublier son amour premier : le rock psyché.

Cet album est festif, il mettra forcément de bonne humeur celui qui l’écoutera et donne d’ores et déjà envie d’être en été !

Informations

Label : Caroline International
Date de sortie : 14/02/2020
Site web : official.tameimpala.com

Notre sélection

  • Is It True
  • One More Year
  • Lost In Yesterday

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire