ChroniquesSlideshow

State Champs – Kings Of The New Age

A-t-on encore besoin de présenter State Champs ? Dès la sortie de son premier album The Finer Things en 2013, le groupe américain représentait déjà l’un des plus grands espoirs de la scène pop punk. Deux autres disques largement salués par la critique, une véritable identité qui lui est propre, des tournées dans le monde entier. En dix ans, Derek DiScanio et sa bande ont connu une ascension fulgurante qui leur a permis de devenir des piliers dans le milieu. C’est en février dernier que la formation a annoncé son quatrième album studio, après en avoir dévoilé plusieurs extraits plus prometteurs les uns que les autres. Alors, Kings Of The New Age reste-t-il dans la droite ligne de ses prédécesseurs ?

Un groupe là pour rester !

L’année 2021 a été marquée par un renouveau de la musique pop punk. Entre Machine Gun Kelly, WILLOW et YUNGBLUD, le genre n’a jamais été aussi présent. Loin de se laisser dépasser par tous ces nouveaux venus, State Champs a décidé d’utiliser ce changement sonore à son avantage et de revenir avec Kings Of The New Age.

A quelques mois du dixième anniversaire de The Finer Things, les New-Yorkais se sont interrogés sur leur place sur la scène pop punk et avec ce nouveau disque, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils savent parfaitement où elle est. Leur confiance n’a jamais été aussi grande, comme en témoigne la génialissime première chanson “Here To Stay”. Ce titre annonce direct la couleur : “it’s safe to say, we’re here to stay” – “c’est sûr, nous sommes là pour rester”, et on ne pouvait pas rêver mieux pour débuter notre écoute !

On retrouve ensuite “Eventually” et “Everybody But You”, extraits révélés respectivement en avril et en février dernier. “Eventually” est tout ce que l’on attend d’une chanson de State Champs : débordante d’énergie pop punk, elle est également porteuse d’un message personnel. En effet, elle représente certainement la chanson la plus importante pour le frontman Derek DiScanio qui, comme il l’a dit récemment, a été confronté ces dernières années à des problèmes de santé mentale pour la première fois. Sur “Everybody But You”, ce n’est nul autre que Ben Barlow (Neck Deep), autre référence du genre, qui s’invite. Un morceau entraînant qui reste en tête et se présente comme un hymne pour se débarrasser des personnes négatives et retrouver la joie de vivre dans la vie. Sûr qu’avec State Champs, la mission est plus que réussie. La chanson oscille entre explosion de batterie et moments plus doux. Même si elle est assez brève, la collaboration avec Ben Barlow est magnifiquement bien amenée et s’inscrit tout à fait dans le rythme de la chanson.

Avec cet album, le quatuor d’Albany s’est fait plaisir comme le montre le clip de “Everybody But You” dans lequel on peut le voir faire la fête avec ses amis de longue date dont l’acteur et chanteur Tyler Posey, Kelen Capener de The Story So Far et d’autres encore. Ce titre est clairement dans le style de The Finer Things, avec des rythmes et surtout cette puissance pop punk de State Champs.

Car oui, tous les marqueurs caractéristiques du groupe sont présents dans ce disque : mélodies catchy, refrain accrocheur, riffs efficaces, batterie puissante et guitare nerveuse, les onze morceaux nous captivent par leur dynamisme et leur fraîcheur.

Un album qui ne se prend pas au sérieux

Alors que Around The World And Back (2015) et Living Proof (2018) avaient frappé par leur maturité, Kings Of The New Age serait plutôt un album nostalgique. C’est ce que voulait le quatuor, des chansons qui reviennent aux bases et ne se prennent pas au sérieux. Et cela se ressent : State Champs s’est amusé et ne s’est pas privé à faire preuve d’immaturité pour cette fois. L’ensemble n’en reste pas moins abouti et bien ficelé.

Outre Ben Barlow, d’autres invités prestigieux sont également présents, notamment Chrissy Costanza, chanteuse de Against The Current, sur le très bon “Half Empty”. Une touche féminine ne fait jamais de mal et permet d’apporter un peu de douceur sur cette chanson très intense. On notera aussi “Act Like That” avec le chanteur de country américain Mitchell Tenpenny et “Sundress” où Four Year Strong, autre formation emblématique de la sphère pop punk, vient apporter ce son lourd et tellement puissant qu’elle maîtrise si bien.

“Just Sound” et “Where Were You” nous embarquent tout de suite. Rapides, accrocheurs et nerveux, ils s’inscrivent dans la même veine que les meilleurs titres de State Champs et sentent les tubes à plein nez. “Some Minds Don’t Change” nous permet de clôturer notre écoute de la meilleure des façons avec sa mélodie toujours aussi catchy et son solo de guitare. Et c’est bien vrai, certains esprits ne changent pas, heureusement !

Avec Kings Of The New Age, State Champs nous offre tout ce que l’on espérait : un album rempli de cette énergie pop punk dont le groupe a le secret. Impossible de ne pas être de bonne humeur en écoutant ce disque, vrai rayon de soleil, à écouter sans modération cet été sur la plage avec sa bande de potes. Aucun doute, ce sont bien eux, les rois de la nouvelle ère !

Informations

Label : Pure Noise Records
Date de sortie : 13/05/2022
Site web : statechampsny.com

Notre sélection

  • Here To Stay
  • Everybody But You
  • Half Empty

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire