ChroniquesSlideshow

Soen – Imperial

Souffrant encore et toujours d’un petit défaut de notoriété, les Suédois de Soen en sont pourtant déjà avec “Imperial” à leur cinquième album studio. Trop souvent étiqueté comme un groupe qui “veut faire du Tool”, ce disque se veut être l’élan d’un nouveau chapitre pour le groupe. Alors, pari réussi ?

Moins de technique plus de musique 

Dès l’ouverture, les intentions du groupe sont claires. Les riffs sont tranchants, les percussions, que l’on doit à Martin Lopez (ex-Amon Amarth/Opeth) puissantes. La voix de Joel Ekelöf est, elle, toujours aussi profonde et chaleureuse à la fois. Mais la mélodie est globalement beaucoup plus présente et l’on ressent un travail minutieux et plus profond dans l’histoire que raconte cet album.

Les musiciens déclarent eux-mêmes “trouver leur inspiration dans le triste et le fait que le monde soit de plus en plus polarisé”. Et également d’essayer “de comprendre pour et comment cela nous affectera tous” et cela se sent. Les morceaux tels que “Illusion” ou encore “Monarch” prennent une place particulière. En effet, ils se démarquent des compositions dites plus classiques du groupe. L’ambiance s’approche ici beaucoup plus de Pink Floyd que de Tool.

Un maître aux commandes

Produit par Iñaki Marconi et les membres du groupe, “Imperial” a été mixé et masterisé par nul autre que Kane Churko. Il a su montrer ses talents auprès d’artistes tels que Bob Dylan, Papa Roach ou encore Ozzy Osbourne, pour ne citer qu’eux.

En revanche, en comparant aux précédentes sorties du groupe, l’ensemble se veut moins technique dans sa réalisation. Nous avons néanmoins le droit à de nombreux soli de Cody Ford et de belles démonstrations de Stefan Stenberg à la basse. Et toujours ces percussions portées par l’un des batteurs les plus sous-estimé de sa génération, Martin Lopez.

Depuis “Lykaia” (2017), Soen cherche à se démarquer dans sa réalisation. Il se pourrait bien que ce disque y arrive. La production nous touche davantage l’esprit et est exécutée d’une main de maître. Ceci dit, certains morceaux développent parfois un petit goût de déjà-entendu, tel “Dissident”, qui fait plus office de figuration. L’idée étant peut-être de plaire aux fans moins enclins à laisser des groupes s’émanciper de leurs bases. Mais l’essentiel est là, tant dans la puissance que dans la poésie.

Soen est donc bien parti pour se détacher progressivement des étiquettes qui lui sont attribuées. “Imperial” est sans doute la dernière étape et sa meilleure carte dans ce processus. Il est rare de voir des artistes autant se chercher musicalement tout en se forçant à une exécution aussi parfaite. Cet album divisera. Mais il est possible qu’il devienne vite un classique et un marqueur important dans l’histoire de Soen.

Informations

Label : Silver Lining Music
Date de sortie : 29/01/2021
Site web : soenmusic.com

Notre sélection

  • Modesty
  • Illusion
  • Monarch

Note RUL

 4/5

Ecrire un commentaire