Chroniques

Rod Stewart – Blood Red Roses

Sir Roderick David Stewart, mieux connu sous le nom de Rod Stewart, peut se vanter d’avoir traversé les différentes époques du rock, non sans turbulences mais avec une ténacité et une volonté rares dans ce milieu. A l’aube de ses soixante-quatorze ans, le rockeur anglais a plus d’une trentaine d’albums à son actif, a côtoyé et joué avec les plus grands du circuit et vécu la naissance de plusieurs mouvements musicaux tels que le punk ou le disco.

L’avantage de sortir un disque tel que “Blood Red Roses” en 2018, c’est que nous avons largement eu le temps de digérer tous les styles et influences que celui-ci renferme, à une époque où faire “du neuf avec du vieux” n’a jamais été aussi prolifique. Il n’y a qu’à se fier aux séries télés les plus populaires actuellement pour constater que la nostalgie de certains peut aussi contaminer les plus jeunes d’entre nous. Ce qu’a donc compris Rod “The Mod” (pour les intimes) c’est que ce qui était un pari risqué à l’époque est aujourd’hui gage de succès, à condition bien évidemment, d’être irréprochable dans l’exécution.

Et si un seul mot pouvait définir cet opus, il s’agit bien d’irréprochable. De la production au cordeau à la justesse de la plume de Stewart, tout est réuni ici pour faire passer à l’auditeur un moment des plus agréables. “Come on”, nous lance t-il comme une invitation à la fête sur “Look In Her Eyes” et sa mélodie entêtante à la Coldplay pour nous faire danser ensuite sur un disco endiablé que n’aurait pas renié Maroon 5 (oui, oui vous avez bien lu). Quelques pistes plus loin ce sont de bon vieux copains qui semblent être invoqués dans les motifs quasi stoniens de “Vegas Shuffle” ou de “Honey Gold” mais ne vous y méprenez pas, nous sommes ici loin de tout plagiat.

La force de cet album est de réussir à combiner toutes ces joyeusetés à des morceaux plus mélancoliques mais toujours nappés d’optimisme et de positivité. De jolis moments découlent de cette atmosphère quand le père de famille interpelle ses enfants sur les dangers de la drogue sur le single “Didn’t I” ou sur “Farewell” le temps d’un adieu touchant à un vieil ami disparu. Le tout se veut alors très homogène et l’on passe d’un titre à un autre sans ressentir d’ennui un seul instant. Et quitte à ne pas s’endormir, quoi de mieux que deux bons titres de celtic rock “à l’ancienne” pour taper du pied comme “au bon vieux temps”?

Vous l’aurez compris, “Blood Red Roses” a complètement réussi son pari. Celui de convoquer dans son élégant écrin, tous les atouts nécessaires à la pleine réussite d’un trentième (!) album, à savoir, allier une production moderne et dynamique à des compositions aux saveurs d’antan mais pour le coup, jamais ringardes. Interprète de grande classe et toujours superbement accompagné, Monsieur Rod Stewart peut être fier de présenter en 2018, un disque d’une qualité indiscutable qui fera sans nul doute le lien entre ses trois générations d’auditeurs. Thank you Sir!

Informations

Label : Universal Music / Capitol
Date de sortie : 28/09/2018
Site web : www.rodstewart.com

Notre sélection

  • Hole In My Heart
  • Blood Red Roses
  • Rollin’ & Tumblin’

Note RUL

4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire