Chroniques

Rival Sons – Hollow Bones

Fidèles ambassadeurs du rock vintage aux doux relents de Black Sabbath et Led Zeppelin, les Californiens de Rival Sons présentent leur nouvel effort, “Hollow Bones”. Toujours emmené par Jay Buchanan (chant), Scott Holiday (guitare), Michael Miley (batterie) et Dave Beste (basse), le quatuor s’évertue depuis ses débuts à présenter ses diverses influences sous de multiples facettes et à chaque fois, avec réussite. Le successeur de “Great Western Walkyrie” a-t-il suivi cette voie ?

Comme ils ont en pris l’habitude, cette nouvelle réalisation a été enregistrée aux studios LCS de Nashville (Tennessee), quoi de plus normal pour un groupe qui veut renouer avec l’essence même du rock’n roll. Si le premier titre “Hollow Bones Pt. 1” ne laisse aucun doute sur l’univers rock auquel va être confronté l’auditeur, le reste de la tracklist est beaucoup plus varié. “Tied Up”, avec sa voix tout en nuances, et son alliance claviers/batterie, renvoie à un style tutoyant le jazz. Autre genre avec “Black Coffee” qui utilise tous les éléments du gospel américain : chœurs, rythme entraînant et orgue très présent. Le groupe, avec cette chanson, côtoie avec finesse la soul américaine. Enfin, même si la folk est une cousine proche du rock, le mélodique “All That I Want” est à souligner. La voix brisée de Buchanan sur un combo guitare acoustique/batterie très intimiste est du plus bel effet.

Si ce mélange des genres peut, de prime abord, dérouter, Rival Sons ne veut en aucun cas se démarquer de son étiquette rock et le fait savoir. Scott Holiday utilise tout au long des neufs titres l’arsenal du guitariste vintage à grands renforts d’effets. Fuzz, octaver, reverb, delay, echo, le musicien américain réussit à jongler avec ses multiples outils pour un résultat optimal au service des chansons comme sur “Thundering Voices”. Les riffs efficaces et le travail minutieux entre la voix et la batterie sur “Fade Out” et “Baby Boy” rappellent à l’auditeur, s’il s’est perdu en chemin, que le rock pur et dur reste le terrain de jeu préféré des Américains.

Le morceau “Hollow Bones Pt. 2” résume à lui seul la direction prise par le groupe californien. Scott Holiday enchaîne les rythmiques acérées et utilise la reverb d’une main de maître avant de jeter un solo retentissant. Le chant de Jay Buchanan porte le titre de belle manière avec une richesse et des sonorités saisissantes. Son interprétation a capella à la fin du morceau révèle toute sa maitrîse et l’émotion qu’il peut apporter à l’œuvre.

Rival Sons réussit donc à présenter un album cohérent qui, s’il présente de nombreuses nuances, réussit à rester dans une solide base rock. Le quatuor utilise ses influences avec parcimonie, l’ombre de Led Zeppelin planant au fil de l’écoute, sans être omniprésente. On peut souligner la capacité du groupe californien à se renouveler dans ses compositions et à explorer de nouveaux horizons sans renier ce qui fait sa force. En cela, “Hollow Bones” est une réussite.

Informations

Label : Earache Records
Date de sortie : 10/06/2016
Site web : www.rivalsons.com

Notre sélection

  • Thundering Voices
  • Hollow Bones Pt. 2
  • All That I Want

Note RUL

4/5

Ecouter l’album