ChroniquesSlideshow

Red Hot Chili Peppers – Unlimited Love

Ce qu’on retient de ce nouvel album de Red Hot Chili Peppers est le retour du guitariste John Frusciante. Mais est-ce que c’est suffisant ?

Comme beaucoup de monde, le retour de Frusciante au sein de RHCP nous a ravit. Loin de nous de dire que le groupe était moins bien sans lui, ou moins inspiré. Mais c’est vrai qu’il nous avait manqué.

Mettons les choses au clair dès le départ : ce n’est pas le meilleur disque des Red Hot.

Piment doux

Signant également le retour de l’emblématique producteur Rick Rubin, les RHCP se sont assagis et nous proposent un mix rock groovy, loin d’être radicalement différent de leurs habitudes, agréablement frais. Le chant d’Anthony Kiedis est doux, presque mélancolique. Les guitares de John Frusciante sont puissantes et trépidantes. Flea est comme à son habitude impeccable, et Chad Smith apporte un relief bienvenu avec sa batterie vrombissante.

Avec dix-sept titres on est plus que repu à la fin de l’écoute. Peut être est-ce trop de morceaux, puisque la sensation de tourner en rond se fait rapidement sentir. Le retour de John Frusciante a beau apporter des textures et des mélodies qu’on croyait impossibles, on reste finalement sur notre faim d’un point de vue musical. Rentrons dans le vif du sujet.

Pétard mouillé

Comment réussir à ressusciter la magie des premiers albums, avec toujours le même type de texte et de musique ? C’est la question qui s’est forcément posée lors de l’enregistrement de ce disque. Et dès “Black Summer” on se prend à espérer. Cela sonne comme du Red Hot, cela a en a le goût, l’odeur, le groove. Mais cette première bonne impression est rapidement estompée avec quelques morceaux en deçà : “Not The One”, malgré sa douceur et sa mélancolie, n’est pas un “Under The Bridge”; “Poster Child” et “She’s A Lover” sonnent comme des redites d’anciens morceaux. Et c’est justement là que le bât blesse (un peu) : tout sonne comme les anciens morceaux, mais teintés de mélancolie (ou de lassitude ?). On sent que les musiciens sont heureux de renouer avec le line up le plus prolixe de RHCP, mais dans ce cas pourquoi en profiter pour ne pas explorer plus ? La scène musicale a évolué ses deux dernières décennies, et par instants on a l’impression que le groupe est resté éternellement en 1991. Dommage.

Faire du nouveau dans de l’ancien

Sans révolutionner le style, les morceaux semblent malgré tout honnêtes mais manquent de toucher au cœur : “Veronica” est un peu en dessous, “The Great Apes” manque sa cible. Quelques titres relèvent cependant la déception que l’on peut avoir et nous montrent qu’en faisant du nouveau avec de l’ancien, sans révolutionner la roue ni la musique, les RHCP s’en sortent admirablement bien : “Aquatic Mouth Dance”, “These Are The Ways” et “Basterds Of Light” sont de belles surprises.

Loin d’être le disque le plus abouti ou le plus emblématique de la formation, Unlimited Love est un bon album. Mais est-ce vraiment suffisant pour un disque signant le retour de Frusciante ? L’avenir nous dira si la collaboration retrouvée sera entérinée.

Informations

Label : Warner Music
Date de sortie : 01/04/2022
Site web : redhotchilipeppers.com

Notre sélection

  • Black Summer
  • Aquatic Mouth Dance
  • Basters of Light

Note RUL

 3/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Laura Navarre
J'ai annoncé à mes parents à 16 ans que mon objectif professionnel était de produire la prochaine tournée de U2. Depuis de l'eau a coulé sous les ponts (et U2 fait de la musique relativement passable). Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, je me suis écartée du chemin musical parental (Queen & la chanson française), pour rejoindre celui autrement plus sympathique du ROCK.