ChroniquesSlideshow

Pop Evil – Versatile

Pop Evil est de retour avec un sixième album, qui mélange et défie les genres. Ecrits avant la crise sanitaire, les textes et les titres des morceaux font étrangement échos à la situation actuelle. Une clairvoyance qui s’accompagne de sonorités électros et d’une panoplie d’expérimentations vocales.

Des expérimentations vocales à foison

L’ensemble s’ouvre sur “Let The Chaos Reign”, titre évocateur dans le contexte actuel. Le rap des lignes de chants fonctionne bien. Les passages bien heavy à la guitare dégagent une bonne dose d’énergie bienvenue. Une entrée en matière réussie, qui n’est pas sans rappeler le travail de groupes qui ont su traverser les âges comme Papa Roach. En puisant dans l’énergie et les sources du neo metal, Pop Evil parvient à recracher un morceau à sa façon, qui invite à en découvrir plus.

Le single “Breathe Again” prend un départ tonitruant à coups d’effets vocaux et de sons électroniques. Le tout adossé à une composition assez classique. Dans ce morceau, comme pour d’autres, la surenchère d’effets ne met pas en avant les qualités de chaque musicien et rend le titre un peu brouillon. Difficile de reconnaître la voix de Leigh sur les premières notes de “Worst In Me”. La puissance des riffs et le déferlement des effets sonores confères une ambiance rageuse, que vient atténuer le refrain. L’incorporation des éléments EDM nécessite un travaille tout en finesse pour éviter les écueils de la grandiloquence, de la surenchère et du tape-à-l’œil. Pop Evil affiche sa détermination à expérimenter pour ne pas devenir un groupe de rock vieillissant. L’exercice est périlleux, l’intention est louable, mais le résultat n’est pas toujours à la hauteur.

Des titres très calibrés

Pop Evil affirme au cours des albums sa capacité à produire des morceaux bien équilibrés et accrocheurs. Le nombre de hits classés au top 10 des charts ne fait que le confirmer. Ainsi, “Stronger (The Time Is Now)” arrive à proposer du groove et de la pop tout en conservant un esprit résolument metal. Les changements de rythmes et les sorties de guitares évitent le piège du morceau trop lisse et aboutit sur un résultat entraînant. “Human Nature” pousserait presque l’auditeur à frapper dans ses mains dès la première écoute. Encore une fois, le côté très catchy du chant et des couplets saute aux oreilles. Le solo de guitare très seventies apporte un aspect décalé surprenant et réconfortant. Les riffs et les cassures de rythmes de “Fire Inside” ou sur “Work” font quelque peu penser à Imagine Dragons. Le refrain, un peu trop facile casse la surprise de l’intro.

C’est pourtant sur les titres moins classiques que la formation prend du relief. Le réussi “Work” allie sons électro, chant parlé, passages instrumentaux minimalistes. Le morceau joue sur les différentes rythmiques pour monter ou descendre en intensité. Sur “Fire Inside”, l’intro assez soutenue avec la voix durcie de Leigh dans le couplet annonçait un refrain explosif. Le groupe prend le parti d’un refrain chanté avec une voix plus douce, sur un ton plus classique. Un choix un peu déroutant, qui permet de sortir du cadre trop attendu.

Une quête de réinvention pas toujours aboutie

La sauce ne prend pas toujours, comme sur “Same Blood”, qui tombe un peu vite dans le mielleux. Les chœurs ne sont pas assez travaillés pour apporter une note intéressante. Les courts passages sur lesquels Leigh lâche les chevaux sur le chant ne suffisent pas à sauver le titre. Lorsque “Raise Your Flag” entame son premier couplet, des relents de “Roar” de Katy Perry se font entendre. Dans le refrain, la voix saturée prend des airs punks. La juxtaposition des ambiances est certainement clivante. Certains apprécieront la prise de risque, d’autres resteront dans l’incompréhension. Toujours est-il que les Américains tiennent leurs promesses de recherche de croiser les genres pour innover et proposer quelque chose de jamais entendu.

Pop Evil cherchait à proposer des compositions innovantes, à la croisée des genres et surprenantes. Le contrat est rempli, il manquerait juste des morceaux plus forts sur le plan émotionnel pour devenir convaincant.

Informations

Label : eOne
Date de sortie : 21/05/2021
Site web : popevil.com

Notre sélection

  • Work
  • Let The Chaos Reign
  • Stronger (The Time Is Now)

Note RUL

 3,5/5

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !