ChroniquesSlideshow

Nada Surf – Never Not Together

Quatre ans après “You Know Who You Are” (2016), les Américains de Nada Surf reviennent avec leur neuvième album “Never Not Together”.

Toujours emmenées par le chanteur et guitariste Matthew Caws, les indémodables mélodies 90’s du groupe fonctionnent mais ne surprennent pas dans l’ensemble. Nada Surf fait toujours du Nada Surf, à bon entendeur.

La même recette

Formé en 1993, le quatuor a trouvé son style et son public avec son hit “Popular” et semble s’en complaire. Dans ce nouveau disque, la voix caractéristique du chanteur est bien présente, maîtrisée dans sa douceur, tout comme les amorces folk à la guitare rattrapées par la rythmique plus rock accordée à l’ensemble par la batterie. En intro, “So Much Love” nous livre des accords rock familiers, comme un rendez-vous musical attendu saupoudré ici et là de l’épaisseur du piano ou de l’énergie vintage du synthé pour “Something I Should Do”.

Comme un papa pantouflard, Nada Surf aime le confort de sa musique qu’il connaît par cœur, sans chercher à tout prix à la faire évoluer. “Never Not Together” est le reflet de cette continuité musicale. Les messages sont positifs de manière générale, retranscrivant une foi en l’humanité toujours teintée de développement personnel et d’affranchissement des diktats sociaux. Les compositions de “Come Get Me”, “Live Learn And Forget” ou encore “Ride In The Unknown” en outro sont sans surprise, les riffs sont peu percutants, bien que l’ensemble reste agréable à l’écoute.

De l’engagement et quelques surprises

Grâce à une certaine liberté artistique, ce neuvième album révèle cependant quelques bonnes surprises. Avec une intégralité de titres de plus de quatre minutes, Nada Surf s’affranchit encore une fois des convenances de l’industrie musicale et donne libre cours à des élans instrumentaux et sonores qui ne sont pas sans déplaire. “Looking For You” donne sa part belle à une chorale enfantine qui installe l’atmosphère mélancolique du morceau et vient donner de l’impact à un refrain saisissant, amplifié par des solos de guitare électrique puissants.

L’intermède parlé de “Something I Should Do” ramène aux origines juvéniles revendicatrices de la formation. La rapidité du débit du frontman y accentue la confusion de ses propos volontairement contradictoires (“We are crazy but also not crazy”), comme pour tirer le signal d’alarme d’une société à la dérive.

Et puis il y a “Mathilda”, la pépite de l’ensemble, son trésor caché. Six minutes dix d’une histoire musicale qui s’écoute et se ressent. C’est l’histoire d’un petit garçon qu’on appelle Mathilda, parce qu’il a les cheveux longs. C’est l’histoire d’une guitare et d’une batterie qui transcrivent tour à tour les sentiments d’incompréhension, de colère puis d’apaisement du personnage musical dont la sexualité et le genre sont questionnés par la société. “Mathilda” n’a pas de refrain mais n’en a pas besoin tant la composition de ce titre est artistiquement riche.

Mise à part quelques (trop rares) morceaux originaux voire d’exception, “Never Not Together” installe encore un peu plus Nada Surf dans le canapé bien confortable de son rock 90’s.

Informations

Label : City Slang
Date de sortie : 07/02/2020
Site web : www.nadasurf.com

Notre sélection

  • Mathilda
  • Looking For You
  • Something I Should Do

Note RUL

 3/5

Ecrire un commentaire

Mathilde Deau
Inconditionnelle de festivals et ouverte à toute proposition musicale.