ChroniquesSlideshow

Meshuggah – Immutable

Ce nouveau mois commence fort. Très fort. En effet, en ce Premier Avril, les patrons du metal progressif Meshuggah ne sont pas là pour blaguer ! Ils sont de retour avec leur neuvième album studio, Immutable

Plus rien à prouver

Voici donc trente-cinq ans que les Suédois nous collent des droites monstrueuses en pleine face à chaque nouvelle sortie. Ils ne dérogent évidemment pas à la règle avec ce nouveau disque. Immutable n’est pas une bouffée d’air frais. Mais…

Ici, le quintette nous offre une pépite sombre et toujours aussi pachydermique. Immutable est d’une noirceur considérable. Comme l’indique son titre, l’album traite de choses qui ne changent jamais. La condition humaine notamment. Recommencer inlassablement les mêmes erreurs. Il évoque également la propre carrière du groupe. Meshuggah fait du Meshuggah. Pour autant, la formation apporte ici quelques nouveautés, sans quitter ce style unique qu’elle a créé il y a des années.

Sortir des sentiers battus

Première nouveauté si on peut dire : l’ensemble n’est pas enregistré en live contrairement au précédent The Violent Sleep Of Reason (2016). Ce qui nous vaut une deuxième nouveauté : un son plus organique et chaleureux.

Et pour finir… la lenteur ! Enfin lenteur, on se comprend. Contrairement à tous ses prédécesseurs, Immutable est un album aux rythmiques plus lentes, plus amples, parfois plus douces également (mais jamais trop longtemps). “They Move Below” en est la démonstration parfaite ! Ce titre, purement instrumental, est une pépite. Une ouverture mélodique, d’une finesse incroyable avant de se faire percuter de plein fouet par l’ensemble. “Past Tense” suit cette même voie. Instrumental également, ce morceau est aussi beau qu’inquiétant et d’un hypnotisme sans nom !

Se faire rouler dessus

Toujours d’une complexité folle, le groupe n’oublie pas d’où il vient et nous balance des titres au djent technique divin à tendance thrash metal (“Kaleidoscope”, “Armies Of The Preposterous” ou l’énorme “The Faultless”). 

La voix monstrueuse de Jens Kidman vous hérissera le poil sur “Broken Cog” avec son parlé/chanté tout droit sorti d’un film d’horreur.

Meshuggah explore également d’autres horizons, notamment le black metal sur “Black Cathedral” et “I Am That Thirst”. Pour autant, il n’en oublie pas ses premiers amours : la polyrythmie et les dissonances en tout genre ! “Phantoms” ou encore “God He Sees In Mirrors” exploseront littéralement vos cerveaux. Tomas Haake démontre, une fois de plus, qu’il est un batteur hors pair avec ses patterns que lui seul comprend. Et que dire des inlassables tapping tout aussi déroutants de Fredrik Thordendal, particulièrement sur la dantesque “The Abysmal Eye” !

Avec Immutable, Meshuggah ne fait toujours pas dans la dentelle mais s’essaie parfois à calmer ses ardeurs, afin de nous laisser reprendre notre souffle. Cette petite heure d’écoute est un véritable mastodonte qui vous cassera en deux. Un neuvième essai réussi avec brio.

Informations

Label : Atomic Fire Records
Date de sortie : 01/04/2022
Site web : www.meshuggah.net

Notre sélection

  • The Abysmal Eye
  • Kaleidoscope
  • God He Sees In Mirrors

Note RUL

 4,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire