ChroniquesSlideshow

Me And That Man – New Man, New Songs, Same Shit, Vol.1

Il y a trois ans, Adam “Nergal” Darski, le leader du groupe polonais de black death metal Behemoth, surprenait le monde du metal avec un projet parallèle baptisé Me And That Man, à base de folk, country et blues.

Fast forward à 2020 : Le chanteur polonais est désormais seul derrière le manche (de guitare) et revient avec un nouvel album dans la veine du précédent. On garde le même esprit folk/blues et on change les musiciens, histoire d’éviter la redite.

New Man, New Songs… New Shit

Nergal peut compter sur ses amis musiciens pour agrémenter ce nouveau disque, et pas des moindres : on a le plaisir d’entendre entre autres Corey Taylor, Brent Hinds, Jorgan Munkeby. Éclectique.

On entame une ballade très plaisante rythmée par différents styles. Entre classic rock optimiste (le très énergique “Run With The Devil” et son saxophone surréaliste) ou rock mélancolique (“How Come?”). De la country folk épurée et toute en sensibilité (“Burning Churches”) ou une ambiance gothique à souhait (“Man Of The Cross” avec Jérôme Reuter de Rome).

Chaque interprète marque son morceau : La voix de crooner d’Ihsahn (Emperor) ou encore la seule voix féminine de l’ensemble en la personne de Johanna Sadonis. Dommage de ne pas retrouver plus d’interprètes féminins sur cet album !

Petite pépite cachée

Surprise : le seul morceau sans invité est interprété par notre serviteur Nergal. Chant clair en polonais, elle nous donne de vrais frissons tant elle est superbe. Une petite perle à ne pas négliger.

Les sujets de prédilections de Nergal (religion, diable et amour romantique) sont bien là. La noirceur est dans les textes, pas dans la musique. Hormis peut être la pépite metal “Confession”. D’abord bouleversante, elle nous explose au visage en mur de bruit et de fureur. Un titre qui a le mérite de nous clouer sur nos chaises !

Grâce à des compositions inspirées et inspirantes, et le soutien de musiciens se prêtant amicalement au jeu de se mettre en danger et de sortir de leur zone de confort, ce disque est envoûtant et divertissant. C’est jouissif de voir les artistes se télescoper. Ceux qui s’en sortent le mieux sont tout de même Corey Taylor et Matt Heafy. Leurs voix, moins marquées par un certain style de musique, s’adaptent mieux.

“New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 1” est diversifié et clivant. Un petit chef d’œuvre (n’ayons pas peur des mots !) qui présente le chanteur polonais sous un jour complètement nouveau, déjà entraperçu sur l’album précédent.

Clivant il l’est, car très éloigné des sons lourds et sombres de Behemoth.

Néanmoins, il serait dommage de bouder notre plaisir parce que c’est loin de l’esprit black metal polonais. Il faut souligner et encourager les chemins de traverse pris par un artiste aussi complet que Nergal.

Informations

Label : Napalm Records
Date de sortie : 27/03/2020
Site web : www.meandthatman.com

Notre sélection

  • Run with the Devil (feat. Jørgen Munkeby)
  • Deep Down South (feat. Johanna Sadonis & Nicke Anderson)
  • How Come (feat. Corey Taylor & Rob Caggiano & Brent Hinds)

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Laura Navarre
J'ai annoncé à mes parents à 16 ans que mon objectif professionnel était de produire la prochaine tournée de U2. Depuis de l'eau a coulé sous les ponts (et U2 fait de la musique relativement passable). Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, je me suis écartée du chemin musical parental (Queen & la chanson française), pour rejoindre celui autrement plus sympathique du ROCK.