ChroniquesSlideshow

Los Disidentes Del Sucio Motel – Polaris

Le quintette strasbourgeois est de retour pour un quatrième album, après un “Human Collapse” qui avait fait l’unanimité en 2016. Ce dernier lui permettant même de monter sur la scène de la Valley du Hellfest 2017 ! Un petit chamboulement a cependant eut lieu, avec l’arrivée de Katia Jacob à la basse.

Au fil des années et des disques, on sent un réel besoin chez le groupe de chercher de nouvelles sonorités, et de ne pas s’enfermer dans un style un particulier. Son premier album par exemple, “Soundtrack From The Motion Picture” (2010), est une ode au stoner. Le son évoluera par la suite avec des sonorités plus progressives. Les influences de Pink Floyd ou encore Foo Fighters sont clairement présentes.

Étoile polaire

Alors que vaut ce “Polaris” ? Dès les premières note de “Blood Planet Child”, la formation en impose. Comme d’habitude, la batterie de Greg est ultra présente et puissante, ajoutant une belle puissance au morceau. Le chant de Daniel Scherding est lui toujours aussi impactant et apporte des belles envolées lyriques. Tout au long de l’ensemble une véritable maitrise se fait ressentir. Que ce soit les guitares de Nico et Romain, ou la basse de la nouvelle venue Katia, tout est impeccable. L’impression qui ressort à la première écoute de ce “Polaris” est qu’il est certainement l’album de la maturité pour LDDSM. Il concentre absolument toutes les qualités des précédents disques du groupe.

La Peste

Ce titre fait référence à ce qui est très certainement l’un des meilleur morceau des Strasbourgeois, “The Plague” (ndlr : La Peste en français). Ce dernier est l’exemple même de la maitrise de LDDSM sur sa musique. Une voix qui déchire, des riffs percutants, des solos bien placés, des chœurs enivrants, et la batterie qui vous scotch. À écouter le plus fort possible ! Le morceau est suivi de “Alpha Ursae Minoris”, encore un titre qui vous décoche un uppercut en pleine mâchoire. C’est d’ailleurs celui-ci qui ressemble le plus à ce que le groupe proposé à ses débuts. Avec un clavier encore plus présent ici et qui rajoute une dimension Pink Floydienne loin d’être désagréable.

Elsass Power

Attention cependant, “Polaris” n’est pas que violence. “Earthrise” ou “Horizon” vous transporteront par leur fluidité, et une certaine mélancolie. Encore une preuve que l’ensemble est plus que cohérent. L’écoute se fait sans accro, avec un enchainement parfait des morceaux plus ou moins calmes. Le final “The Great Filter” fait office de cliffhanger, tant on en aurait aimé d’avantage. Ce dernier étant un morceau de fin d’album parfait, avec un début calme, puis une montée progressive et explosant sur la fin. Les Dissidents ont encore fait fort.

Par ces temps de pandémie, quel plaisir de découvrir ce genre d’œuvre, qui vous fera vous évader. Ce “Polaris” prouve que la scène française à encore de beaux restes, et énormément de bons groupes à nous offrir. Los Disidentes Del Sucio Motel est le porte étendard du rock alsacien. Peu de doute qu’à terme il pourrait être celui du rock français.

Informations

Label : Klonosphere
Date de sortie : 02/04/2021
Site web : lddsm.bandcamp.com

Notre sélection

  • The Plague
  • Alpha Ursae Minoris
  • The Key

Note RUL

 4,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Thomas Schneider
Né en 91, et fan de rock depuis toujours. Au fil des années, la musique est devenue une véritable passion.