Chroniques

London Grammar – Truth Is A Beautiful Thing

Une voix incomparable, quelques accords de guitare ou de piano, quelques notes de synthés bien dosées et des compositions soignées. Voilà en quelques mots comment l’on pourrait résumer le travail de London Grammar. Le trio anglais revient avec un deuxième album envoûtant, “Truth Is A Beautiful Thing”.

Comme sur le premier disque, les morceaux du groupe semblent construits autour de la voix de sa chanteuse pour la sublimer. Hannah Reid possède ce timbre si particulier qui fait qu’aucune confusion n’est possible. Dès les premières notes de la douce “Rooting For You” qui ouvre ce nouvel effort, on comprend qu’elle n’a rien perdu de sa superbe.

Chaude, intense, puissante. À elle seule, elle donne à cet album un ton grave, mélancolique. Elle lui donne de la force aussi, comme sur “Hell To The Liars”, un titre qui monte si bien en puissance que les envolées d’Hannah Reid finissent par se confondre avec la mélodie, portées par des violons majestueux. La recherche de la vérité est d’ailleurs au coeur de cet opus, comme son nom l’indique, et plusieurs chansons y font clairement référence.

Calmes et apaisants, tous les morceaux donnent envie de se laisser porter. Des ballades amoureuses qui deviennent parfois nostalgiques, quand le chant s’envole et se fait complainte, comme sur “Leave The War With Me” ou l’éponyme “Truth Is A Beautiful Thing”. Sobre, composé majoritairement de compositions au piano, l’ensemble tend parfois vers des sonorités plus pop. C’est le cas notamment sur “Non Believer” qui pousse un peu les effets électros sur la voix de la vocaliste.

Côté reprise, “If I Wait” proposait une surprenante cover du “Nightcall” de Kavinsky. La version deluxe de “Truth Is A Beautiful Thing” offre elle une reprise tout aussi singulière du “Bitter Sweet Symphony” de The Verve, à la sauce London Grammar. Une version plus douce, très épurée.

À force de piano-voix ou de guitare-voix, un auditeur peu attentif pourra avoir une impression de répétition à la fin de son écoute. Pourtant, en y prêtant attention, on pourra remarquer toutes les nuances d’une impressionnante voix de velours au fil des chansons et la diversité subtile des sonorités qui l’accompagnent. À la fois doux et puissant, ce nouveau disque s’inscrit clairement dans la lignée du précédent. L’intensité qui s’en dégage est en majeure partie l’oeuvre d’Hannah Reid, dont la voix porte de bout en bout cet effort, comme elle le faisait déjà sur le premier essai du trio de Nottingham.

Informations

Label : Because Music
Date de sortie : 09/06/2017
Site web : www.londongrammar.com

Notre sélection

  • Hell To The Liars
  • Non Believer
  • Wild Eyed

Note RUL

4/5

Ecouter l’album