ChroniquesSlideshow

London Grammar – Californian Soil

Quatre longues années après “Truth Is A Beautiful Thing” (2017), London Grammar est enfin de retour avec son troisième album, “Californian Soil”.

Entre désillusion du rêve américain et mélancolie envoûtante, le temps semble avoir joué en faveur du trio anglais. Hannah Reid, Dominic Major et Dan Rothman n’ont pas perdu une once de talent depuis leur succès mondial “Wasting My Young Years” en 2013. Embarquez pour un voyage musical en terre promise.

Mélancolie ondulatoire

Une voix exceptionnelle, une mélancolie savamment rythmée et quelques touches électro ici et là : la recette magique de London Grammar séduit toujours tout en s’affirmant.

Malgré la présence de merveilleuses ballades dépouillées comme “All My Love” ou “Talking”, les sonorités électroniques s’invitent doucement mais sûrement sur les mélodies de “Californian Soil”. Tantôt murmurées et presque R’n’B sur “Missing”, un peu plus lounge sur “Lord It’s A Feeling”, tropicales sur “Baby It’s You” ou plus franchement électro pop sur “How Does It Feel”, London Grammar évolue en terrain familier tout en parvenant à donner un vent de fraîcheur à sa musique.

Poétique et captivant, l’excellent “Lose Your Head” et son clip en sont la parfaite illustration visuelle et sonore. Depuis son bateau voguant en mer pastel, la navigatrice solitaire habillée de lumière chante ses interrogations amoureuses, progressivement accompagnée par des chœurs ensorcelants. Les percussions grondent crescendo jusqu’à ce qu’un vent de synthé électro finisse par éclater. Le chant des sirènes aura eu raison de l’artiste, dont le voyage s’achève brutalement, au fond de l’océan.

Métaphore des péripéties d’un groupe qui a failli perdre la tête ? Peut-être bien.

Récit d’un voyage

Los Angeles, Californie. Capitale de l’industrie musicale dont reviennent les Anglais de London Grammar avec, semble-t-il, assez de recul pour faire le point sur leur parcours et leur prochaine destination. “Californian Soil” n’est pas le disque du changement ou de la transition : ce serait plutôt l’étape juste avant, celle de la remise en question.

Quoi de mieux qu’une intro magistrale, digne d’une épopée fantastique, pour introduire un tel album ? Pendant près de 2:36, c’est un paysage extraordinaire regorgeant d’aventures qui se dessine au détour d’une voix enchanteresse et des violons qui l’accompagnent.

Comme une parenthèse aspirationnelle, l’intro s’efface pour laisser place à l’amertume de “Californian Soil”. “I left my soul / On Californian soil”, chante Hannah, désabusée. “America”, remarquable par sa charge émotionnelle et son dépouillement, fermera la boucle du désenchantement (“But all of our time chasing America / But she never had a home to me”) accompagnée du grain vocal unique de sa chanteuse.

Le charme indéfinissable de London Grammar opère toujours comme par magie. “Californian Soil” est le chant d’un rêve américain qui touche à sa fin mais promet, malgré tout, un avenir hors du commun.

Informations

Label : Because Music
Date de sortie : 16/04/2021
Site web : www.londongrammar.com

Notre sélection

  • Intro
  • America
  • Lose Your Head

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Mathilde Deau
Inconditionnelle de festivals et ouverte à toute proposition musicale.