ChroniquesSlideshow

Lacuna Coil – Black Anima

Lacuna Coil ne connaît pas la routine. Depuis 2016 et la sortie de “Delirium”, les Italiens sont sur tous les fronts. Tournée gigantesque, livre rétrospectif de leur vingt années de carrière, difficile de manquer leur actualité. Cristina Scabbia et ses acolytes remettent une pièce dans la machine en dévoilant leur nouvelle œuvre : “Black Anima”. Ce nouvel album n’est pas sans danger car il se doit de confirmer tout le bien qu’on pense d’eux. Ce challenge sera t-il accompli ?

Encore plus extrême

“Anima Nera” lance les hostilités et rappelle instantanément l’univers propre à Lacuna Coil. Ambiance torturée qui accompagne avec brio la voix de Cristina Scabbia, le leitmotiv des Italiens est intact. “Sword Of Anger”, qui lui emboîte le pas, fait preuve d’une violence sauvage. Un gros travail est effectué sur la complémentarité entre les performances de ses deux chanteurs. Andrea Ferro excelle dans le registre growl et contrebalance parfaitement la voix plus appliquée de sa collègue. Le ton du disque est résolument agité et encore plus extrême que son prédécesseur. La lourdeur transpire dans les compositions et les riffs de guitares sont d’une épaisseur à faire pâlir le plus solide des auditeurs. “Reckless”, avec ses airs électro et son rythme abrupte, résume tout ce qui fait la puissance du groupe.  “Layers Of Time” est également à souligner pour la dureté de ses lignes de guitare qui n’a rien à envier à certains groupes de djent.

Des limites regrettables

La recette est efficace et éprouvée mais l’écoute souffre pourtant d’un manque cruel de consistance. Lacuna Coil joue la carte de l’extrême mais oublie l’aspect mélodique. Cet écueil pointe du doigt les limites de la bande milanaise. Des titres comme “Under The Surface” ou “Now Or Never” font le travail mais laissent la désagréable sensation de tourner en rond. Pourtant, le quintette cherche à varier le propos. “Save Me,” avec son air plus léger, n’arrive pas à nous accrocher, pas plus que le sombre “The End Is All I Can See”. Et on peut même affirmer que sans la palette vocale de ses deux chanteurs, l’ensemble pourrait devenir fade. Lacuna Coil détient un style qui a fait sa renommée mais peine à y ajouter des éléments pouvant le renforcer. En tentant le pari brutal, les Italiens perdent un peu de leur superbe.

Un gout d’inachevé

“Black Anima” peine à combler nos attentes et nous laisse sur notre faim. Le choix de la lourdeur ne fonctionne que par intermittence et peine à renouveler un style déjà bien utilisé. Mais il y a des motifs de satisfaction qui font que la pilule passe quand même. L’utilisation des deux voix est une réussite et reste une référence dans le milieu metal. Cette complémentarité sert grandement les compositions et donne de l’épaisseur. Des idées de riffs et de ligne rythmiques sont aussi très intéressantes. Cela souligne que l’élan créatif des Italiens n’est pas au point mort, loin de là. Mais il manque ce petit plus qui fera passer encore une étape à la déjà très longue et belle carrière de Lacuna Coil.

Informations

Label : Century Media Records
Date de sortie : 11/10/2019
Site web : www.lacunacoil.com

Notre sélection

  • Sword Of Anger
  • Reckless
  • Layers Of Time

Note RUL

 3/5

Ecouter l’album

1 Commentaire

  1. Pour ma part je le trouve très bon. J’ai plaisir, depuis “Delirium”, à écouter les italiens pour qui j’avais perdu l’attrait à la suite d’un excellent “Comalies”. Certains passages, comme l’excellent bridge de “Layers of Time” me replonge dans les ambiances feutrées et torturées de “Comalies”. Vraiment. Je n’ai rien à reprocher à cet album, jusqu’à sa superbe jaquette (contrairement à celles des précédents – “Delirium” faisant exception -).

Ecrire un commentaire