ChroniquesSlideshow

Killswitch Engage – Atonement

Faire face à des difficultés est le lot de nombreux groupes. Killswitch Engage ne contredira pas ce propos. Alors en plein enregistrement, Jesse Leach a dû subir une intervention chirurgicale des cordes vocales. Une longue période de rééducation s’en est suivie et a plongé le groupe américain dans le doute. Mais le navire Killswitch Engage a tremblé sans couler. Trois ans après un “Incarnate” de très bonne facture, le quintette remet le couvert avec le dénommé “Atonement”. Ce nouvel album sera t-il couronné de succès pour les pionniers du metalcore ?

Un style solide

Le groupe du Massachusetts n’a pas bouleversé son approche pour cette réalisation. La production étant encore confié à son guitariste, Adam Dutkiewicz, les Américains naviguent en terrain connu. Et la première écoute va dans ce sens. Les compositions mêlent toujours avec brio la mélodie à l’agressivité. Le chant de Jesse Leach ne porte aucune stigmate des désagréments qu’il a vécu et force le respect. Son habileté à jouer sur les différents registres est à mettre en lumière tant il habite les titres. La partie musicale n’est pas en reste et l’efficacité de la section rythmique associée aux guitares épaisses détonent. Les riffs pleuvent mais tout en gardant la musicalité comme leitmotiv.

Une agressivité

“Atonement” est dans la droite lignée de son brillant prédécesseur. Mais il va encore plus loin en proposant une plus large palette de sentiments. Le ton est résolument agressif mais également plus sombre. “Unleashed” dégouline de rage pendant plus de quatre minutes et fera trembler l’auditeur. “The Signal Fire”, qui accueille l’ancien frontman Howard Jones, lui emboîte le pas de la même façon et ne fait pas dans la dentelle. La démarche est agressive mais résolument mélodique et le chant de Jesse Leach s’en trouve le grand gagnant. L’énergie est omniprésente dans ce disque et laisse peu de répit. La frénésie distribuée sur “As Sure As The Sun Will Rise” fait le constat d’un Killswitch Engage très agité mais avec toujours le soin de maîtriser cette débauche de violence.

Un choix discutable

Le combo américain propose des morceaux énergique mais ne perd pas de vue de séduire le plus grand nombre. Pour cela, Killswitch Engage a pris l’habitude de composer des morceaux plus accessibles et “Atonement” ne déroge pas à la règle. “Us Against The World”, même s’il ne ralentit pas le propos, se voit doté d’un style beaucoup plus convenu. Cette volonté est un parti pris de la formation et lui a permis de faire grandir sa notoriété par ce biais dans le passé. Mais ce choix est à double tranchant car “Atonement” perd ici en authenticité. La présence de Chuck Billy (Testament) sur “The Crownless King” rehausse le tout mais pas assez pour contrebalancer ce fâcheux goût qui s’en dégage.

Un album inégal

Le huitième album des Américains ne ternira pas leur discographie. La rage déployée par les metalcoreux est à souligner et démontre qu’ils ont encore bien des choses à dire. Le chant de Jesse Leach force l’admiration quand on sait d’où il revient. Pourtant, la magie n’opère qu’à moitié et nous laisse sur notre faim. Le contraste entre les compositions agressives et d’autres, plus grand public, est trop flagrant et déroutant. Cet accroc n’égratigne pas tout le bien qu’on pense du groupe et n’enlève en rien sa qualité qu’on lui connaît. Mais il est difficile de ne pas afficher quelques regrets après l’écoute de ce disque.

Informations

Label : Metal Blade Records
Date de sortie : 16/08/2019
Site web : www.killswitchengage.com

Notre sélection

  • Unleashed
  • The Signal Fire
  • As Sure As The Sun Will Rise

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

1 Commentaire

  1. J’ai trouvé l’album très complet, et il y a d’autre titre (à mon goût) qui mérite vraiment l’écoute comme “Know Your Enemy”. La guitare en général est pointilleuse, la disto est presente partout. Bonne écoute à tous 😊

Ecrire un commentaire