ChroniquesSlideshow

Kasabian – The Alchemist’s Euphoria

Le groupe de Leicester, désormais séparé de son chanteur iconique, publie son septième album. Un moment pivot dans la discographie du groupe. Signera-t-il la fin de Kasabian tel qu’on le connaît ?

Après le départ forcé du charismatique chanteur Tom Meighan, il était normal de penser que l’aventure Kasabian allait s’arrêter-là. Une salve de concerts intimistes et un single plus tard, le groupe désormais porté par Sergio Pizzorno sort, en dépit des prédictions, son septième album, The Alchemist’s Euphoria.

Une absence remarquée

C’est donc une attention toute particulière qui se pose sur ce nouveau disque. La voix nonchalante si reconnaissable de Meighan participait fondamentalement à faire l’identité du groupe. Encore plus lorsque Pizzorno avait repris le rôle de seul compositeur au départ de Chris Karloff en 2006.

Avec la décision surprenante de continuer le groupe, restait à savoir qui allait se poster au micro pour remplacer Meighan. La réponse était évidemment tout trouvée en la personne de Sergio Pizzorno. Le guitariste et compositeur avait en effet pris beaucoup plus de place au fil des ans, opérant les chœurs sur certaines chansons jusqu’à officier en tant que chanteur principal sur certains morceaux.

Malgré cette continuité, à moins d’accueillir à nouveau le chanteur original dans la formation, Kasabian ne sera plus le même groupe qu’avant. Rien que ce fait a sans doute divisé les fans. La nouvelle direction musicale de l’album va encore ajouter une couche.

Kasabian ou The S.L.P. ?

Le son de ce septième disque marque lui aussi une certaine continuité avec les derniers albums de la formation. Les sons électroniques et les processed beats sont présents depuis le premier album mais depuis Empire (2006), la touche rock semblait toujours avoir le dessus. Ici ce n’est plus le cas. Des morceaux comme “Rocket Fuel” ou “Strictly Old Skool” sont plus proches de morceaux de hip hop que des classiques du groupe et leurs riffs enflammés. Le beat menaçant de la première est d’ailleurs assez entraînant mais cela ne suffit pas à la rendre intéressante.

Avec ce genre de sonorités on se demande si ce nouvel album de Kasabian est bien un effort collectif ou si ce n’est pas un spin-off du projet perso de Pizzorno (The S.L.P.). Heureusement, il y a quelques chansons qui rappellent suffisamment l’ADN de Kasabian dans cet album. Rares, certes, mais elles ont le mérite d’exister. C’est le cas de “Scriptvre” ou encore “Alygatyr”, qui brillent particulièrement par leurs mélodies et leur énergie.

A l’opposé, il y a l’ouverture, “Alchemist”, qui voit Pizzorno chanter en solo par-dessus des nappes de synthés sans vraiment inspirer un quelconque intérêt, tout comme “The Wall” ou la fermeture de l’album, “Letting Go”. Pourtant, l’ensemble ne manque pas refrains entêtants mais ceux-ci sont perdus au milieu de chansons peu globalement intéressantes. Dommage.

On sent que Kasabian peut encore sortir des titres percutants mais l’identité du groupe en a pris un coup. Et tout n’est pas à forcément à mettre sur le départ de Meighan. Mais cela a peut-être permis à Pizzorno d’aller encore plus loin dans l’intégration de ses influences hip hop. L’avenir nous dira si cette direction va former la nouvelle identité de Kasabian ou si on aura droit à un volte-face musical. Maintenant il ne reste plus qu’à voir de quoi il en retourne en live.

Informations

Label : Sony Music
Date de sortie : 12/08/2022
Site web : www.kasabian.co.uk

Notre sélection

  • Alygatyr
  • Scriptvre
  • Chemicals

Note RUL

 2,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire