Chroniques

John Garcia – John Garcia And The Band Of Gold

Ne bénéficiant pas du succès de son ancien compère Josh Homme et de ses Reines De l’Âge De Pierre, le co-fondateur de Kyuss tourne néanmoins régulièrement sur nos platines et en tournées pour transmettre cette énergie qui le fait vibrer : le stoner rock. John Garcia multiplie les projets divers et variés tout en essayant de rester dans cette cohérence qui sent bon le sable chaud et l’herbe fraîchement fumée. Deux ans après son dernier album, nous repartons en retraite dans le désert pour recevoir une dose non négligeable de riffs sous la houlette de ce nouvel effort studio nommé “John Garcia And The Band Of Gold”.

Ayant utilisé son patronyme pour un premier disque en demi-teinte et une aventure acoustique à l’esprit chamanique, il est bon de savoir le vocaliste de nouveau branché avec une formation capable d’amener cet héritage musical vers les hauteurs. La pochette qui sert d’écrin aux onze titres nous interpelle dans un style rétro simple et efficace, petite mise en bouche avant de nous retrouver avec l’instrumental “Space Vato” qui capture toute notre attention grâce à l’alchimie qui opère. Cette science occulte est opérée par la six cordes à la fois hypnotique et dense d’Ehren Groban ainsi que la basse imposante de Mike Pygmie qui s’unit aux fûts de Greg Saenz. Même si ce trio vous semble être de parfaits inconnus, ajoutez la voix de John Garcia à l’équation, et vous serez en présence du quatuor armé pour le braquage de vos esgourdes. Le plus grand tour de force est tout de même perpétré à notre insu, car malgré l’absence de ses cordes vocales sur ce premier titre, il sonne comme l’une de ses compositions.

Après avoir mis sur le devant de la scène la force brute de ses acolytes, le chanteur débarque sur “Jim Whisker’s” pour imposer sa loi et sa voix. N’ayant pas perdu de sa superbe, il n’hésite pas à nous le prouver en passant du suave à l’aigu avec maestria. Sous un déluge de fuzz tantôt sur un rythme médium, tantôt sur des rythmes plus rapides, il conduit de main de maître la formation en enchaînant les morceaux accrocheurs. Du single “Chicken Delight” à “Softer Side”, l’unique ballade qui clôture la petite virée, rien n’est laissé au hasard pour nous faire partager un univers qui s’étend toujours plus au loin au fur et à mesure que le soleil se lève et se couche.

L’album naît sous les meilleurs auspices car à la production, c’est un vieux camarade qui se penche sur son berceau. Chris Goss, producteur de Kyuss et leader de Masters Of Reality, est tout aussi emblématique du mouvement stoner que son ami vocaliste. Ce dernier parvient à faire monter à la surface des aspects très personnels de Garcia qu’on ne retrouve pas sur ses derniers opus tout en allant à l’essentiel. Les trois derniers titres sont les plus tentaculaires, permettant de nous laisser nous imprégner de l’ambiance avant d’arriver à destination.

Comme John Garcia l’a laissé sous-entendre, cette formation peut être son dernier tour de piste. Si ces débuts avec Kyuss constitue l’une des meilleurs introductions au stoner, alors ce proche chant du cygne peut nous réserver un final en feu d’artifice. Ou alors, il peut très bien s’arrêter sur cette note pour partir en toute discrétion. Essai d’excellente facture, “John Garcia And The Band Of Gold” est la meilleure façon de démarrer l’année 2019, ainsi qu’un voyage vers le soleil au volant d’un bolide capable de vous faire voir du pays autant que ce disque. Prenez place !

Informations

Label : Napalm Records
Date de sortie : 04/01/2019
Site web : www.facebook.com/JohnGarciaOfficial

Notre sélection

  • Space Vato
  • Popcorn (Hit Me When You Can)
  • Don’t Even Think About It

Note RUL

4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire