ChroniquesSlideshow

Hangman’s Chair – A Loner

Après le succès de Banlieue Triste (2018), le quatuor parisien revient avec une déferlante de mélancolie et de désespoir dans le très réussi A Loner. Transcendant ses origines doom et stoner, Hangman’s Chair trouve un nouvel équilibre sonore teinté de cold wave.

Un mélancolie aérienne

Hangman’s Chair fait preuve de virtuosité dans le travail des ambiances sur A Loner. Les morceaux respirent et oscillent dans des niveaux de lourdeurs. “An Ode To Breakdown”, qui ouvre cet album, sonne comme l’affirmation d’une nouvelle direction sonore. Dans l’intro, une guitare quelque peu malaisante plante les prémices du décor. Rejointe par une batterie lourde et présente, elles préparent l’oreille à l’arrivée d’une guitare aérienne, éthérée. Mais c’est la voix de Cédric Toufouti, accompagné d’un riff pesant à souhait qui vient bousculer le morceau. Une voix qui reflète vulnérabilité, désespoir et résignation avec beaucoup de délicatesse.

“Cold & Distant” accroche l’oreille avec ses riffs doom puissants et orageux. La sensation vaporeuse du jeu et les notes mélodiques de guitare construisent une ambiance mélancolique très prenante. A Loner se distingue par une volonté marquée de travailler sur un certain minimalisme instrumental. Cette approche intensifie les émotions véhiculée grâce à une gestion des effets toute en retenue. Chaque effet appuie une intention et sonne juste, à l’image de “The Pariah And The Plague”. Un instrumental languissant et ensorcelant, qui n’est pas sans rappeler l’univers de The Cure.

Une introspection thérapeutique

A Loner nait d’un besoin viscéral d’aborder des évènement tragiques et intimes et le repli sur soi qui en découle. Les premières notes de “A Thousand Miles Away” annonce la tragédie qui suit la mort d’un père. Une intro grave, qui semble pourtant chercher un brin de lumière. Il se dégage de ses notes une poésie lugubre, que vient perturber les riffs massifs. Le final du titre plonge l’auditeur dans un questionnement, parfois colérique, parfois apaisé, sans résolution. A souligner le difficile exercice pour Cédric, qui s’approprie la douleur des évènements vécus par un autre membre du groupe afin de le retranscrire de la manière la plus juste possible. Son chant, puissant et émouvant vient sublimer ce morceau, comme les autres de ce disque. Un véritable atout pour la formation, qui mériterait une mise en avant dans la production.

Le titre éponyme se démarque par les relents très cold wave de la voix. Elle renforce une idée de distance avant de sembler se perdre dans des réflexions intemporelles. Une sensualité nouvelle émane de certains passages. Une douceur à fleur de peau, subtilement amenée. Hangman’s Chair joue également sur le rythme de ses morceaux. Le tempo ralentit sur “Supreme”, créant ainsi une atmosphère plus hypnotique. Chaque morceau contribue à la cohérence d’un ensemble dont la réussite repose sur une parfaite osmose entre les musiciens. Chacun se complétant au service de la composition musicale.

Hangman’s Chair s’échappe de son univers primaire pour offrir un album hypnotique et émouvant.

Informations

Label : Nuclear Blast Records
Date de sortie : 11/02/2022
Site web : www.rockurlife.net

Notre sélection

  • An Ode To Breakdown
  • Cold & Distant
  • A Thousand Miles Away

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

1 Commentaire

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !