ChroniquesSlideshow

Grey Daze – Amends

Grey Daze n’évoque pas grand-chose aux premiers abords. Mais si on parle de Chester Bennington, qui était le chanteur du groupe avant son départ pour Linkin Park, le nom est davantage familier. Dissous en 1997, l’annonce d’une reformation de la bande d’Arizona avec un album contenant d’anciennes productions du groupe avait attiré l’attention en 2017. “Amends” sort finalement trois ans plus tard avec le contexte douloureux que l’on connait et le suicide de son vocaliste.

Une dimension particulière

“Amends” symbolise évidemment beaucoup plus qu’un simple disque d’un groupe se reformant. La perte de Chester Bennington alors en plein travail sur l’album a donné un sens poignant à l’ensemble. Finalisé avec l’accord de ses proches, l’œuvre sonne tel un hommage avec d’anciennes chansons de Grey Daze mais revisitées et avec de nombreux guests. “Amends” utilise les enregistrements de Chester dont certains datant de plus vingt ans. Le projet est ambitieux mais sera-t-il une réussite ?

Un chantier conséquent

Reprendre les anciennes chansons de la formation et leur donner un second souffle est un exercice ô combien périlleux. Il a fallu toute l’expertise du batteur Sean Dowdell et des invités pour arriver à bon port. “B12” en est l’exemple le plus signifiant avec une ambiance transformée par les deux comparses de Korn (Brian “Head” Welsh et James “Munky” Shaffer). La maîtrise transpire des compositions et tranchent avec les hésitations des premiers enregistrements. Les arrangements servent grandement le tracklisting et donnent un coup de fouet évident. “In Time” avec son travail sur les claviers ou encore “Just Like Heroin” et son style alliant guitares et tensions, font mouches. La production est une réelle plus-value pour un ensemble basiquement plus grunge et donc moins carré.

L’ombre de Chester

Mais c’est bien la voix de Chester Bennington qui attire toute l’attention. Sa voix puissante démontre une palette riche et stupéfiante. Passant du clair (“The Syndrome”) au rageux  (“She Shines”), sa maitrise vocale détonne. Son chant est surtout le meilleur moyen pour faire passer les émotions transpirant des textes. “Soul Song” enfonce le clou de ce côté émotionnel qui ne tombe pas dans le mielleux. La mélodie de piano lancinante et les chœurs chantés par le fils de Chester, Jaime, confère à ce morceau une atmosphère poignante.

Un album saisissant

“Amends” ne fera pas date mais il s’écoute avec un plaisir non dissimulée. Les mélodies retravaillées et la production de tout premier ordre donne une solidité indiscutable aux compositions. Ce nouvel album est surtout une œuvre à prendre pour ce qu’elle est. Un hommage posthume à un artiste au talent indéniable qui a marqué sa génération. “Amends” permet également de redonner du cachet à Grey Daze trop rapidement et injustement oublié.

Informations

Label : Loma Vista Recordings
Date de sortie : 26/06/2020
Site web : www.greydaze.fr

Notre sélection

  • B12
  • Soul Song
  • Shouting Out

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire