ChroniquesSlideshow

Gojira – Fortitude

Atteindre l’unanimité mondiale lorsque l’on est français relève d’un exploit démesuré. Il n’est pas galvaudé d’affirmer que Gojira s’approche aisément de ce consensus global. “Magma” (2016) a définitivement permis au groupe landais de passer un cap. Celui de référence pour les puristes à prophète, même en son propre pays. En témoigne deux Olympia ainsi que qu’une tête d’affiche pour l’édition 2019 du Hellfest. Gojira revient, plus fort que jamais, avec ce “Fortitude” qui devrait marquer le paysage du metal à tout jamais.

La lumière…

Certes le propos s’est adouci depuis les débuts sur “Terra Incognita” (2001), il y a vingt ans maintenant. Gojira n’en devient pas pop pour autant, mais sait depuis quelques albums tirer le meilleur de l’essence du rock, et de tous les styles de metal imaginables. Ce spectre est encore plus jouissif ici. “Amazonia”, derrière son message désespéré prend racines dans le trash groovy de Sepultura. “New Found” aurait très bien pu figurer sur “Magma”, grâce à ses guitares lorgnant sur la crème du neo des années 90. Les exemples, les références, les clins d’œil sont nombreux. Plus que des hommages, on sent que Gojira prend désormais plaisir à penser ses chansons pour proposer un paroxysme permanent. Une sorte de nombre d’or, un algorithme permettant à l’auditeur de profiter de chaque nouveaux éléments à plein pot. “Fortitude” est un exemple d’épique, un tourbillon émotionnel.

…dans les détails

Le pessimisme de “Magma” venait de la période très compliquée que venait de traverser les frères Duplantier suite au décès de leur mère. Pour “Fortitude”, le quatuor souhaitait accompagner son propos toujours très conscient d’une musique plus lumineuse. En témoigne les riches arrangements, qui permettront aux auditeurs de redécouvrir l’album à chaque écoute. Des percussions tribales ici, des gang vocaux hantés là. Aux commandes du disque, puisque crédité comme producteur, Joe Duplantier profiter pleinement de son rôle pour ne laissera aucun détail au hasard. Sa vision de ce que doit être Gojira est précise, humble mais suffisamment confiante pour aboutir à un résultat grandiose.

A nos âmes

On parlait d’un propos adouci. Quel meilleur exemple que la doublette “Fortitude” / “The Chant” pour illustrer les superbes capacités vocales de Joe. Très fortement inspirés de chants tibétains, les deux titres se complètent et accentuent la profondeur spirituelle que l’on ressent en parcourant l’album. Mais Gojira ne fait pas que s’adoucir. Le quatuor sait encore sortir les crocs, et le fait toujours brillamment. Dans “Into The Storm”, Mario dégaine un pattern de batterie d’une puissance impressionnante. La progression de Gojira peut se mesurer à leur utilisation des passages “techniques” : plus on avance dans leur discographie, plus les passages velus servent à souligner un sentiment particulier et ne sont jamais là pour la frime.

Born For One Thing

Ce qui frappe avec la musique de Gojira, c’est son incroyable sincérité. Ainsi, les évolutions stylistiques sont toujours justifiées par un propos des plus intègres. Les fans s’amassent de plus en plus et personne ne peut contester sa domination. Il faut profiter de ce moment particulier. Il faut se souvenir de la sortie de ce “Fortitude”. Il faut encrer cette étape de la carrière comme probablement le paroxysme d’un groupe qui atteint une plénitude artistique, couplée à un soutien sans faille de son public. Il faut écouter Gojira, et s’en inspirer tous les jours.

Informations

Label : Roadrunner Records
Date de sortie : 30/04/2021
Site web : www.gojira-music.com

Notre sélection

  • Into The Storm
  • Grind
  • Hold On

Note RUL

 4,5/5

Ecouter l’album

1 Commentaire

  1. Ce nouvel album est sincère et fidèle à leur auteur
    Gojira évolue au fil des albums
    Ils atteignent une maturité à laquelle je ne m’attendais pas forcément.
    Le métal français est sur le devant de la scène internationale grâce à ce groupe qui en entraîne d’autres dans son sillage. Les mass lofo etc j’ai assisté à la scène française au hellfest 2019 et passé une super journee
    Bravo à tous de nous faire aimer le métal

Ecrire un commentaire

Nathan Le Solliec
LE MONDE OU RIEN