ChroniquesSlideshow

Foo Fighters – Medicine At Midnight

Le groupe de Dave Grohl revient sur le devant de la scène avec un dixième album studio. Foo Fighters propose de faire le plein d’énergie et d’optimisme avec “Medicine At Midnight”.

Un voyage dans le temps

Le disque s’ouvre sur le très nineties et très funky “Making A Fire”. Un titre qui fait immédiatement penser à du Lenny Kravitz et qui surprend par un côté très enjoué et pop. “Holding Poison” revient sur les marqueurs des débuts de Foo Fighters avec un refrain qui aurait très bien fonctionné sur “The Colour And The Shape” (1997). Un aspect rock garage, qui suscitera sûrement des relents nostalgiques chez les fans de Nirvana.

Le morceau éponyme “Medicine At Midnight” aurait pu figurer dans la discographie de Bowie. Une ligne basse groovy à souhait, un chant sexy et des chœurs à n’en plus finir. Le tout complété par une guitare blues au toucher délicat, pour un mélange des influences bien équilibré. Le mariage des influences et des hommages servent d’ailleurs de fil conducteur dans cet album. Le sextette américain semble avoir pris une approche décomplexée et nourrie par le plaisir de composer pour créer ses morceaux.

Une positive attitude bien rock

“No Son Of Mine” aurait été écrit pour rendre hommage à la légende Lemmy Kilmister. Le riff d’intro ferait pourtant plus penser à “Don’t Bring Me Down” d’Electric Light Orchestra. Lorsque le morceau s’emballe, porté part une instrumentation minimaliste agrémentée de quelques chœurs, une furieuse envie de taper du pied s’empare de l’auditeur. Le rythme soutenu du titre permet de donner un coup de fouet bienvenu à l’ensemble.

Rock toujours, “Cloudspotter” rappelle que, malgré les déceptions de ses précédentes sorties, la formation est encore capable de sortir des compositions efficaces. Dave joue avec toutes les nuances de sa voix pour un résultat plutôt jouissif. Le disque se conclut par deux titres aux tempos opposés. Le très aérien “Chasing Birds”, une errance psychédélique, empreinte de douceur. Puis, la note finale arrive avec le dansant “Love Dies Young”. Un concentré joyeux et entraînant soutenu par un refrain entêtant.

“Medicine At Midnight” démontre qu’après plus de vingt-cinq ans de carrière Foo Fighters n’est pas en panne d’inspiration. Un album plaisant et résolument positif, qui détonne dans un contexte mondial morose.

Informations

Label : Sony Music / RCA Records
Date de sortie : 05/02/2021
Site web : foofighters.com

Notre sélection

  • Cloudspotter
  • No Son Of Mine
  • Making A Fire

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !