ChroniquesSlideshow

Foals – Everything Not Saved Will Be Lost – Part 1

Que se passe-t-il quand on confie notre créativité au numérique ? C’est ce que Foals s’est posé comme question avec “Everything Not Saved Will Be Lost”, dont le titre, provient d’un message informatique. Après “What Went Down” (2015) qui n’a fait que confirmer la réputation de Foals dans la scène british, le groupe revient en force avec un effort tout de même plus lisse et moins surprenant que son prédécesseur. Ne vous attendez donc pas à retrouver dans ce disque la grande époque de Foals, mais tout de même de quoi satisfaire vos oreilles averties.

“Moonlight”, dès l’ouverture, se présente comme l’introduction à un récit onirique, un appel au voyage, dans une profonde vibe électro. La piste est légère, la production est fluide, comme la voix de Yannis Philippakis. C’est quasi-mystique et ça donne envie d’entendre la suite. S’ensuit donc “Exits”, dont les premières secondes sont un peu déroutantes tant elles sont dissonantes par rapport au reste du single. “Exits” est dansant et dans l’air du temps. Le single fait son effet.

Le départ de Walter Gervers a été une véritable épreuve pour Foals, qui n’a toutefois pas cherché de remplaçant à son bassiste originel. En effet, la formation a plutôt profité de l’événement pour donner à sa musique un nouveau tournant, avec une ligne de basse totalement électronique. Mais ce qui est relativement nouveau pour Foals sur cet album se trouve dans la variété des pistes synthés utilisées, qui montrent que le quatuor possède toute la maîtrise de l’exercice. Foals mélange les styles, englobe ses différentes inspirations dans une vibe pop lancinante qui, il faut l’avouer, fait son effet.

“White Onions” et “In Degrees” s’enchaînent de manière efficace, ce qui maintient notre attention. Et déjà l’heure sonne du premier bilan : “Everything Not Saved Will Be Lost” est un appel à la danse, tant les rythmes des différents morceaux sont frénétiques.

Le tempo est plus rapide sur la deuxième partie de ce “Part 1”, avec “On The Luna” à l’appui. Peut-être un clin d’œil à notre rythme de vie, toujours plus mouvementé, qui ne nous laisse que peu de temps à accorder à la contemplation. On sent par ailleurs que les morceaux sont construits pour nous faire réaliser ceci : des refrains rapides, suivis de boucles sonores qui nous poussent justement à l’égarement et la rêverie. L’ensemble s’achève sur “I’m Done With The World (& It’s Done With Me)”, qui sonne comme un court répit pour l’auditeur toujours plus sollicité. Court répit jusqu’à la sortie de “Everything Not Saved Will Be Lost – Part 2” qui doit voir le jour dans l’année.

Avec “Everything Not Saved Will Be Lost”, Foals montre sa capacité à rester dans l’air du temps sans trahir son identité. L’époque rock du groupe d’Oxford est peut être derrière lui, mais une nouvelle voie s’ouvre désormais.

Quatre ans après “What Went Down”, Foals ne cache pas ses ambitions de jouer lui aussi dans des arenas. La plupart des morceaux de cette première partie de “Everything Not Saved Will Be Lost” se prêtent totalement à l’exercice, et il n’en manque que très peu au quartette pour s’ouvrir un chemin pavé de roses jusqu’à elles.

Informations

Label : Warner Music
Date de sortie : 08/03/19
Site web : www.foals.com

Notre sélection

  • In Degrees
  • On The Luna
  • Moonlight

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire